Soleil FM

Tag : Côte d'Ivoire

Actualités

A la une Charles Konan Banny, ancien Premier ministre ivoirien est mort

LINSAN

Le décédé est survenu ce vendredi 10 septembre 2021 Paris, où i a été évacué 24 heures plutôt, selon nos confrères de Jeune Afrique, des suites de complications liées au COVID-19 où il s’est éteint à l’Hôpital américain de Neuilly. Agé de 78 ans, il fut un personnage central de la scène politique ivoirienne, dans l’ombre des « trois grands » qu’il a servi successivement.

Né en 1942 à Divo dans le sud de la Côte d’Ivoire, Charles Konan Banny vient d’une famille de planteurs et de hauts fonctionnaires baoulés, piliers du pouvoir houphouëtiste, dont il suivra la trace. Après des études à l’Essec, grande école française de commerce dont il est diplômé en 1968, il entre à la Caisse de stabilisation et de soutien des prix des productions agricoles, d’abord, puis à l’Organisation interafricaine du café dont il est le secrétaire général. 

En 1976, il entre à la BCEAO, il en gravira tous les échelons jusqu’au poste de gouverneur, à partir de 1990, lorsqu’il succède à Alassane Ouattara, devenu Premier ministre. En 1994, il doit gérer les effets de la dévaluation du franc CFA ou encore la faillite d’Air Afrique, mais il poursuit à la tête de la banque sous-régionale, jusqu’à ce qu’une autre crise l’amène à la politique active. 

En 2005, il devient Premier ministre de transition dans une Côte d’ivoire déchirée, alors que la présidentielle a été repoussée. Pendant seize mois, il est balloté par les soubresauts de la crise, sert d’intermédiaire entre Laurent Gbagbo et Jacques Chirac qui ne s’entendent pas, reconnait des « négligences » dans l’affaire du Probo Koala, qui faillit l’emporter.

Il cède sa place en 2007

Dans le même temps, il tente de prendre le contrôle du PDCI, le parti historique de Félix Houphouët-Boigny, mais Henri Konan Bédié gardera la main. Les accords de paix se succèdent mais ne sont jamais réellement appliqués, jusqu’à celui de Ouagadougou, en 2007, à la suite duquel il doit céder sa place à Guillaume Soro.

Source rfi

LAMINE LINSAN

Actualités

A la une Enfin Ouattara et Gbagbo en tête-à-tête

LINSAN

C’est une rencontre historique. Un nouvel air souffle sur la Côte d’Ivoire, celle de la réconciliation nationale. Le président ivoirien Alassane Ouattara et son prédécesseur Laurent Gbagbo ont tenue une rencontre d’environ une heure ce mardi le 27 juillet 2021. Une première depuis la crise postélectorale de 2010–2011. La rencontre s’est déroulée au palais présidentiel d’Abijan et a duré une heure.  

Prévue à 17heures, heure locale et universelle. Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara se sont entretenus une heure d’horloge au salon du petit palais de la présidence ce mardi 27 juillet 2021. A leur sortie, Ils étaient précédés par quelques cadres de leurs partis respectifs.

Les deux présidents ont fait chacun une déclaration à la presse dans une ambiance très amicale, très fraternelle. Ils ont tour à tour pris la parole de façon très brève.

D’abord Laurent Gbagbo a précisé que durant l’entretien avec le président Alassane Ouattara avoir abordé le sujet des prisonniers politiques détenus depuis la meurtrière crise post-électorale de 2010-2011, qui est à la base de la déchirure des deux camps depuis maintenant dix ans. Laurent Gbagbo lance un appel à cette libération et évidemment il laisse comme seul juge le président Alassane Ouattara pour prendre une décision.

LAMINE LINSAN

Actualités

A la une Gbagbo se dit ‘’heureux de retrouver la Côte d’Ivoire et l’Afrique’’

LINSAN

Laurent Gbagbo est arrivé ce jeudi 17 juin 2021 à Abidjan en provenance de Bruxelles. Il foule le sol de la Côte d’Ivoire pour la première dois depuis qu’il a été chassé du pouvoir en 2011. Cela fait suite à son acquittement par la Cour pénale internationale (CPI), où il était poursuivi pour crimes contre l’humanité. Il doit ce retour au bercail aux autorités ivoiriennes qui ont donné le feu vert comme gage de la réconciliation nationale.

L’avion de la ligne régulière de la compagnie Brussels Airlines s’est posé peu avant 16h30 (heure locale et TU), il avait à son bord l’ancien Président ivoirien Laurent Gbagbo.

Le revenant a été acclamé à sa descente d’avion par des centaines de personnes, celles qui avaient pu avoir accès à l’aéroport, ses proches, les responsables de son parti, le Front populaire ivoirien (FPI), et le personnel de l’aéroport et de compagnies aériennes. 

Des milliers de personnes s’étaient massées le long du parcours jusqu’à l’ancien QG de son parti, le FPI.

Tout au long de la journée, la police a dispersé avec du gaz lacrymogène tous ceux qui tentaient de se rassembler près de l’aéroport, situé dans le Sud de la capitale, dans le quartier de Port-Bouët où des échauffourées ont aussi opposé les forces de l’ordre à des partisans de Laurent Gbagbo. 

Les partisans de L. Gbagbo venus l’accueillir à l’aéroport de O. Bouagni le 17 juin 2021

L’ex-président s’est rendu ensuite en cortège dans le quartier d’Attoban, où se trouve son ancien QG de campagne, où des centaines de personnes l’ont accueilli. Devant les membres de la direction de son parti, le Front populaire ivoirien (FPI), il s’est dit “heureux de retrouver la Côte d’Ivoire et l’Afrique après avoir été acquitté” de crimes contre l’humanité par la justice internationale.  “Je suis ivoirien mais j’ai appris en prison que j’étais d’Afrique. Toute l’Afrique me soutient”, a-t-il insisté devant des partisans.

“J’ai des larmes aux yeux en pensant à ma mère décédée”, a-t-il déclaré, évoquant ce décès survenu pendant qu’il était emprisonné à La Haye. Il a ajouté qu’il aurait l’occasion de faire “plus tard” un discours politique.

A lire sur france24

LAMINE LINSAN