Soleil FM

Tag : manifestation

Guinée Actus Sociétés

Conakry : les vendeuses Taouyah dans la rue

LINSAN

Les femmes de Taouyah dans la commune de Ratoma ont investi la rue ce lundi 21 juin 2021 pour dire non à la vente de leur marché. Selon nos informations le maire et le chef de quartier seraient à la base de cette vente. Pour ces femmes, le monsieur qui a acheté le marché de Koloma est le même qui est derrière ce nouvel achat. Etant informé de cette situation Issa Soumah, maire de la commune de Ratoma a interpellé ces femmes.

Notre marché ne sera pas vendu ! C’est le slogan que scandaient ces vendeuses du marché Taouyah. Elles demandent au maire et au chef de quartier d’annuler la vente du marché. L’une d’entre elles s’est prêtée à notre micro sous anonymat.

« Nous sommes parce que notre maire et le chef de quartier ont vendu notre marché. On sait qu’ils ont vendu le marché de Koloma, quand ils ont vendu le marché de Koloma ils ont chassé les femmes. Hier ils ont dit qu’ils viennent mesurer notre marché et on leur avait dit de ne pas venir, ils ont dit qu’ils vont venir. Nous aussi on a décidé de sortir pour qu’ils puissent nous donner les raisons », a-t-elle expliqué.

Informé de la nouvelle, le maire de la commune de Ratoma a tout d’abord tenu compte des cris de cœurs de ces femmes qui étaient très remontées avant d’apporter des précisions.

« Ce que vous avez fait aujourd’hui ne devrait pas être fait. Il  n’y a même pas 5 mètres entre le marché et la commune. Et en plus de cela votre porte-parole vient de dire que vous avez entendu que je ne sais qui, doit venir acheter ici. Ce que je vais vous dire, est que le marché de Taouyah n’est pas vendu et il ne le sera pas. », rassure Issa Soumah.

Il faut dire que tout est parti du payement d’une somme de 50.000fg qui a été réclamé par l’administration générale du marché et les rumeurs disant qu’on veut vendre le marché.

AMARA SIMBA

Guinée Actus Guinée Politique

A la une Guinée/politique: des frustrés du RPG menacent d’investir la rue

LINSAN

Le collectif des frustrés du RPG s’engage dans un bras de fer avec les responsables du parti au pouvoir dès la première quinzaine du mois de juillet. Selon le chargé à la communication du dit collectif, les démarches sont en cour afin de rencontrer le président Alpha condé. Cependant s’ils ne parviennent pas à leur objectif, ces oubliés de la mouvance vont investir la rue pour se faire entendre par le président de la République.

Depuis sa création il y a quelques mois, le collectif des frustrés du RPG arc-en-ciel peine à faire valoir leur revendication auprès du président Alpha Condé. Selon le chargé de la communication du dit collectif, s’ils ne rencontrent pas le président dans quelques semaines, ils descendront dans la rue. AbdoulayeKader Camara.

« Depuis la création du parti, l’unique raison qu’on ne cesse de revendiquer c’est de rencontrer le président de la République et tant que ce but là n’est pas atteint, on prétend manifester à partir de la première quinzaine du mois de juillet », a- t -martelé.

Selon Abdoulaye Kader Camara, tous ce qu’ils veulent c’est de rencontrer le président de la république pour lui présenter les 12 points de leur revendication.

« Y a de cela deux ou trois mois nous avions tenus une conférence à la maison de la presse de Conakry.  À l’issu de la conférence, on avait dressé un mémorandum qui avait en son sein douze points revendicatif qui devait être pris en compte. Et si nous rencontrons le président de la république, on fera cas de ces douze points afin que nous puissions entrer en possession de nos droits… », a déclaré le chargé responsable de communication du collectif.

A en croire aux propos du chargé à la communication du collectif, s’ils peinent encore dans leur démarche, c’est parce qu’il y aurait des mains noires dans ce dossier.

« On fait de notre mieux, on ménage pas mal d’efforts dans ce sens et vue maintenant qu’on nous met les battons dans les roues, il va falloir que nous nous faisons entendre d’une autre manière », a affirmé.

Le but de ce collectif est de défendre les personnes laissées pour compte et qui se sont battues pour l’avenir du parti afin qu’elles puissent être rétablit dans leur droit, à conclut Abdoulaye Camara, chargé à la communication du collectif des frustrés du RPG.

FATOUMATA KEITA