Soleil FM

Tag : Président

Actualités

A la une En fuite, le Président afghan s’adresse à son peuple

LINSAN

Depuis la chute du régime de Kaboul, tombé aux mains des talibans, le Président Ashraf Ghani n’a pris de parole que ce mercredi 18 août.  il est actuellement aux Émirats arabes unis d’où il a fait cette apparition médiatique. Dans son adresse à la nation, le président afghan déchu concède sa défaite politique et militaire face aux talibans. Ces derniers ont engagé des discussions avec d’anciens dirigeants afghans. L’ex-président Hamid Karzaï a ainsi rencontré le leader Anas Haqqani.

Ashraf Ghani s’est présenté seul devant la caméra, vêtu d’une chemise blanche et d’un gilet noir, avec pour seul décor un rideau sombre et un drapeau afghan hissé derrière lui, selon l’envoyé spécial de la Rfi à Dubaï.

« J’ai dû fuir vers les Émirats arabes unis, car on voulait m’exécuter en public », confirme-t-il. Plus tôt dans la journée, l’État a annoncé qu’il accueillait « pour des considérations humanitaires » l’ex-président et sa famille.

L’homme d’État assure être « parti pour éviter un bain de sang et la destruction de Kaboul ». « Oui, c’est une défaite, mais une défaite partagée. La nôtre, celle de notre gouvernement, et celle de nos alliés internationaux. Car ce qui a commencé sous la forme d’un processus de paix s’est terminé sous la forme d’une guerre », observe-t-il.

« Maintenant, il faut négocier, et je soutiens les discussions entamées avec les talibans par l’ancien président Hamid Karzaï. Quant à moi, je ne vais pas m’échapper. Je suis en train de négocier mon retour en Afghanistan, où je veux continuer la lutte pour la justice et pour nos valeurs », conclut Ashraf Ghani.

Mais, alors que les talibans sont de retour au pouvoir, l’influence de Ghani s’est effondrée ; les États-Unis ont confirmé mercredi que l’ex-président n’est « plus une personne qui compte en Afghanistan ».

Lamine Linsan

Guinée Actus Sociétés

A la une Me Béa : ‘’ Je demande à mes clients de mettre cette affaire derrière, et d’accepter que c’était le destin ‘’

LINSAN

La libération de Souleymane Condé, coordinateur des antennes du FNDC aux Etas Unis d’Amérique et Youssouf Dioubaté est une satisfaction pour  Me Salifou Béavogui, l’un des défenseurs de ces graciés.

L’avocat a remercié ce geste du Président de la République, ses collègues et toutes les personnes à visage découvert ou caché qui ont joué en faveur de ce processus. Aux micros des journalistes, il invite ceux-ci, à regarder dans l’avenir.

«  C’est un grand jour pour moi et pour mes clients. Aujourd’hui, Souleymane Condé et Youssouf Dioubaté ont été libérés. Je commence d’abord par prier Dieu que l’âme de leur troisième codétenus Roger Bamba qui était dans le même dossier n’a eu ni la chance ni le droit de comparaitre devant les juridictions. (…) Je demande à mes clients de mettre cette affaire derrière nous, et d’accepter que c’était le destin et de continuer leur vie pour le bien-être de la population’’, a-t-il conseille.

SAMUEL DEMBA DUOLAMOU

Guinée Actus Sociétés

A la une Congrès de l’UNTRG : Férébory Donzo élu Président

LINSAN

Au cours d’un congrès électif qui a réuni ce jeudi 17 juin 2021, dans la salle du congrès du palais du peuple, les délégations des 28 Préfectures sur les 33 de la Guinée, un nouveau Président a été élu à la tête de l’Union des transporteurs routiers de Guinée. Il s’agit de Férébory Donzo, sans concurrent, et choisi à l’unanimité par les congressistes. Il remplace à ce poste, El hadj Souleymane Cissé, décédé en début d’année 2021.

Avec un mandat de cinq ans renouvelable une fois, le nouveau responsable de l’organisation décline ses priorités.

« Nos priorités comme vous le savez, c’est la vétusté des automobilistes en Guinée. Nous allons nous attaquer à ce projet pour un renouvellement surtout au niveau du transport commun et aussi du transport marchandise. L’appel que je lance aux transporteurs c’est d’essayer de former les chauffeurs et essayer de les sensibiliser pour réduire les accidents. Au niveau de l’Etat aussi c’est d’essayer de revoir les déviations surtout sur la nationale, numéro 1 parce que qu’il y’a beaucoup de mauvaises déviations qui entraînent des accidents. Aussi les problèmes de renouvellement de parcs et aussi les assurances, parce qu’on a compris que les assurances n’arrivent pas à rembourser. Et  généralement cela fatigue les transporteurs », a déclaré le nouveau patron du syndicat des transporteurs routiers.

A peine élus, les membres de ce nouveau bureau exécutif  s’engagent à œuvrer dans l’intérêt du groupe. C’est pourquoi Alpha Amadou Bah, l’un des vice-présidents du bureau, estime qu’ils doivent d’abord s’entraider.

«  Nous comptons sur le Bureau qui vient d’être élu. En tant que premier vice-président, tout ce que je peux au niveau national et international je le frai quand le président voudra. (…) on doit faire un recensement des entreprises au niveau des transporteurs routiers dans le secteur des mines. Et aider tous ceux qui n’ont pas de moyens pour qu’ils arrivent à s’en sortir. Et aider aussi ceux qui en ont pour qu’ils puissent recruter des travailleurs si on prenait mille que ça soit deux mille. Nous allons s’organiser pour que la population sachent que le transport est un secteur vraiment important’’, a-t-il promis.  

La structure de ce nouveau Bureau de l’Union des transporteurs routiers de Guinée, est composée de 51 membres dont quatre femmes.

SAMUEL DEMBA DUOLAMOU

Actualités Guinée Politique

A la une Conakry : Adama Barrow en visite chez Alpha Condé, les deux inaugurent un centre dès après l’aéroport

LINSAN

Après l’aéroport international de Gbessia-Conakry, où le Président guinéen est venu réceptionner son homologue gambien ce jeudi 3 juin 2021, ces chefs d’Etat se sont dirigés avec leurs protocoles à Kaporo, un quartier situé dans la banlieue de Conakry. Alpha Condé et son homologue ont mis l’occasion à profit pour inaugurer le centre de gestion des permis de conduire. Un projet piloté par le ministère des transports.

Satisfait de cette réalisation, le ministre des transports a d’abord salué l’entreprise en charge du projet avant de souligner l’importance accordée à ce permis.

« L’intérêt pour ce projet, c’est tout d’abord assurer la sécurité dans la circulation en République de Guinée. Et l’autre intérêt non des moindre c’est que ce permis est valable à l’international. Cette société a signé un accord qui permet aux guinéens détenteurs de ce permis de s’en servir partout où ils se trouvent dans le monde. Soit on échange avec le permis du pays ou on échange avec le permis guinéen. Aussi ça évite que les accidents ne se produisent parce que ce permis là ne se donne pas à n’importe qui », a expliqué Mohamed Keïta

En plus d’être authentique, ce document n’est pas falsifiable.  Pour son obtention, il faut préalablement passer par des tests.

« Il y’a ici des machines de dernière génération. Donc fini la fraude, c’est le permis de conduire biométrique qui va commencer en Guinée. Pour quelqu’un qui veut avoir un permis il faut passer dans une école et voir si la personne n’a pas une maladie incompatible avec la conduite. Et on t’examine si les cours théoriques et pratiques sont assimilés. C’est en ce moment seulement qu’on peut laisser la personne prendre un permis », a commenté Mômon Sacko, directeur du projet en charge.

Pour faire adhérer les citoyens à cette initiative, une campagne de sensibilisation est prévue dans les prochains jours à l’intérieur du pays, a indiqué Alhassane Kénéma, directeur général d’informafrik.

SAMUEL DEMBA DUOLAMOU