Soleil FM

Tag : prison

Guinée Actus Guinée Politique

A la une L’ère des grâces en Guinée

LINSAN

La grâce présidentielle est à nouveau accordée à deux autres prisonniers politiques, il s’agit de Souleymane Condé et Youssouf Dioubaté. L’annonce a été faite ce mardi 22 juin 2021 dans un décret lu sur les médias d’Etat. Après avoir bénéficiés de cette totale remise de peine. Notre rédaction a joint ce mercredi l’honorable Abdoulaye Kourouma, député à l’Assemblée nationale et président du parti Rassemblement pour la Renaissance et le Développement (RRD). Cet homme politique s’est dit joyeux de cet acte du Président Alpha Condé, il n’a pas également hésité à lui invité de faire bonne œuvre de son pouvoir.

Abdoulaye Kourouma, Député guinéen et leader du RRD

Jugés et condamnés pour opposition au troisième mandat du Président à un an d’emprisonnement et une amende de 20 millions chacun, Souleymane Condé et Youssouf Dioubaté ont désormais bénéficié de la grâce du Président. Cette faveur de la part du Chef de l’Etat est bien appréciée par le leader du  RRD. Il invite par la même occasion le Président de la République à user de la sagesse durant son mandat en cours.

 « Mais ce que je voudrai dire au Professeur Alpha Condé, le mandat qu’il est entain d’exercer ne doit pas être un mandat politique, ça doit être un mandat de développement économique, social et surtout un mandat de paix, de culture et de l’unité nationale. Il doit préparer une sortie honorable et une fondation pour le pays dans le cadre du developpement sociopolitique et économique », a déclaré Abdoulaye Kourouma.

Poursuivant, le leader du Rassemblement pour la Renaissance et le Développement insiste sur l’unité nationale.

 « Moi je lui demande pardon, nous avons tous été candidats, il a gagné les élections, nous même nous avons reconnu sa victoire et on lui a felicité. Aujourd’hui il detient le pouvoir dicrétionnaire alors c’est à lui d’orienter le pays et ses contenus sur le bon chemin. Dans ce cas, il doit vraiment nous accepter, que nous sortons de la politique politicienne et que nous travaillons main dans la main », affirme-t-il.

L’homme politique souhaite le meilleur pour ceux qui viennent de recouvrer leur liberté. 

« Ceux qui ont eu leur liberté, vraiment on leur dit bonne chance pour le reste de la vie et de continuer le combat pour le développement du pays, d’avoir l’amour du pays et surtout d’être fort moralement », a-t-il souhaité.

Quelques heures plutôt, les bénéficiaires de cette grâce ont dressé une demande de clémence au chef de l’Etat guinéen.

FATOUMATA NIMAGA

Guinée Actus Sociétés

A la une Guinée-Justice : Ismaël Condé attend d’être situé par le juge

LINSAN

Sept ans d’emprisonnement ferme avec une amende de cent millions de francs guinéens ont été requis contre Ismaël Condé par le tribunal de première instance de Mafanco. Poursuivi pour offense sur la personne du chef de l’Etat, diffusion des données de nature à troubler l’ordre public et injures par le biais d’un système informatique. Cette réquisition du procureur n’a pas été une surprise pour son avocat Me Mohamed Traoré

A la barre, le vice maire de la commune de Matam a nié les faits qui lui sont reprochés par le ministère public. Pour Ismaël Condé, il est victime d’une injustice.

« Je n’ai rien dit dans cette publication, je n’ai fait que retranscrire les propos du chef de l’Etat, un Président que j’ai servi d’ailleurs pendant plus de vingt ans. Donc je me retrouve aussi aujourd’hui dans le camp des bannis, parce que j’ai aimé ce Président, parce que j’ai aimé ce parti que nous avons bâti ensemble. Alors c’est un appel que je lance à tous les démocrates, de rester encore sereins. On ne se bat pas pour un homme, on se bat pour un pays. J’ai juste dit mon opinion, et je pense que par rapport à mon opinion, je ne mérite pas tout ça», explique Souleymane Diallo est le représentant d’Amnesty international.

Pour Me Mohamed Traoré, l’un des avocats de la défense, son client est un détenu à cause de son opinion.

 «On a fait une sorte d’incursion sur sa page Facebook pour aller sortir des publications qu’il avait faites  en tant qu’homme politique. C’est pourquoi nous disons que Ismaël Condé est un exemple type d’un détenu d’opinion, parce que sur sa page Facebook, il n’a fait qu’exprimer une opinion et d’ailleurs cette opinion-là, certains l’avaient déjà exprimé avant lui, mais comme il est dans le mauvais camp on a pensé qu’une telle opinion venant de lui constituait tout de suite une infraction», déroule-t-il.

Puisque tous les procureurs ont désormais pour habitude de requérir des peines maximales contre les détenus politique, le collectif des avocats du vice-maitre de Matam est aussi prêt à démontrer que ces peines n’en valent pas la peine.

« Ce n’est pas étonnant, tous les procureurs de Conakry se sont inscris dans cette logique de requérir des peines maximales contre les détenus d’opinions ou politiques, nous nous sommes employés nous aussi en tant qu’avocats, à démontrer que ces faits-là ne tiennent pas et que ces réquisitions ne valaient pas la peine d’être présentées. J’ai simplement rappelé que le juge est chargé de juger ses prochains, mais au-dessus du juge il y a le juge suprême qui est Dieu », a déclaré Me Mohamed Traoré.

Ce dossier a été finalement renvoyé le 08 juillet 2021. Pendant ce temps Ismaël Condé se retourne dans sa cellule où il a déjà passé neuf mois.

FATOUMATA NIMAGA