Soleil FM

Tag : ratoma

Guinée Actus Sociétés

A la une Guinée/Conakry : Lutte contre le travail des enfants, l’ONG AJED fait le porte à porte

LINSAN

Le 12 juin de chaque année, est célébrée la journée mondiale du « Travail des enfants ». Cette journée met un accent sur l’importance d’une éducation de base gratuite pour l’enfant et la nécessité de le soustraire des pires formes de travail afin d’assurer sa réadaptation et son intégration sociale. A cette occasion, une initiative citoyenne a fait de la ‘’lutte contre le travail des enfants’’ son cheval de bataille. Il s’agit de l’Appui Jeunes pour le Développement (AJED), qui a mené ce samedi 12 juin 2021, une campagne de porte à porte pour sensibiliser les parents dans la commune de Ratoma.

Malgré l’adoption de la convention des droits de l’enfant en 1989 par l’OIT, ce phénomène de travail des enfants persiste toujours. Ils sont partout aux ronds-points, gares routières, marchés, dans les embouteillages, ces enfants exposés sur ces lieux à revendre pour leurs parents.

Pour faire comprendre aux parents les risques de ce fléau, l’ONG AJED, a organisé une journée de sensibilisation dans les quartiers de Bambéto et Koloma.

«  On a commencé aujourd’hui par une campagne numérique avec des vidéos  de sensibilisation. D’autres personnes aussi ont fait des témoignages en invitants des parents à une prise de conscience à l’égard du travail des enfants. Cette phase consiste une sensibilisation porte à porte pour ses parents pour réduire considérablement ce fléau », a expliqué Bangaly Mara, président de la structure.

Au cours de cette journée campagne de sensibilisation, une cinquantaine de ménages, ateliers et garages ont été touchés. Selon Bintou Kaba, la vice-présidente de l’ONG, en plus de l’adhésion des parents, les résultats sont satisfaisants.

«  Je veux féliciter les parents qu’on a rencontré sur le terrain, parce que la plupart d’entre eux nous ont témoignés que non seulement leurs enfants sont scolarisés mais aussi y a le suivi. Et je crois que c’est ça le grand point. Il ne s’agit pas seulement d’envoyer les enfants à l’école, mais il faut un suivi pour ne pas qu’il soit abandonné parce qu’on voit à longueur de journée des enfants qui revendent dans la rue, parfois ils sont exposés à plusieurs formes de maltraitance », s’est-elle réjouie.  

Pour éradiquer le travail des enfants qu’il qualifie de fléau, Alhassane Diallo, chargé au projet suivi et évaluation de l’AJED prévoit des actions concrètes au-delà de la sensibilisation.

«  Après la sensibilisation, nous comptons mettre une stratégie de parrainage qui nous permettra d’identifier des enfants qui revendent de l’eau, des bavettes, et aller auprès de leurs parents afin qu’on puisse contribuer à leur scolarisation. Et un autre axe consistera à aller dans les orphelinats pour faire des dons en terme de fournitures et des prises en charge », a-t-il promis.  

SAMUEL DEMBA DUOLAMOU

Guinée Actus Sociétés

A la une Insalubrité à Conakry ; Les balayeuses de Ratoma plaident pour une amélioration des conditions de travail

LINSAN

Pour rendre la Capitale Conakry propre, une équipe de balayeuses est à pied d’œuvre tous les jours dans la commune de Ratoma. Elles balayent et désherbent les bordures sur le long des routes pour non seulement rendre la ville propre, mais aussi pour subvenir aux besoins de leur famille. En ce début de saison pluvieuse, ces femmes sont confrontées à plusieurs difficultés et demandent l’aide aux autorités pour une meilleure condition de travail.

La lutte contre l’insalubrité est une des tâches les plus préoccupantes en Guinée. C’est dans ce cadre que ces balayeuses opèrent depuis le mois dernier dans la commune de Ratoma. Fatoumata Traoré est l’une d’entre elles.

« Nous sommes des femmes, on ne peut pas rester comme ça bras valant. Là maintenant nous avons commencé de faire ce travail, ça nous fait plaisir même de rendre la ville propre parce qu’on est chez nous, donc l’Etat aussi doit nous soutenir, on a besoin de soutien, on est payé à 500.000fg. Si l’Etat pouvait nous aider encore à augmenter ce salaire. Nous avons perdu nos maris on n’a pas d’autres choses, notre plaisir a été que de rentrer dans ce travail » a-t-elle expliqué.

Près d’une quarantaine de femmes sont en activité ce matin de ce jeudi 10 juin 2021 sur le long de cette route de Lambanyi dans les environs de la radio soleil Fm.

Selon cette autre balayeuse, elles travaillent dans des conditions pas très favorables surtout en cette période de pluie.

 « Il faut nous aider à avoir des gants et des manteaux pour nous couvrir quand il pleut, car nous prenons de l’âge. Sinon toute la pluie qui tombe là c’est sur nous qu’elle s’abattra », a-t-elle plaidé.

En plus du manque d’équipements, ces femmes plaident pour une augmentation de salaire.

 « C’est dans ça nous trouvons de quoi nourrir nos familles. Que les autorités nous viennent en aide. Augmentez notre argent. Il y a trop de veuves parmi nous, nous n’avons pas de maison, nous payons la location », s’est-elle plaint.

Pour l’heure le contrat de travail entre ces femmes et la société qui les emploie est de quatre mois en attendant la signature d’un autre contrat.

FATOUMATA KEITA