Soleil FM

Tag : Syndicat

Guinée Actus Sociétés

A la une Guinée Transition : les forces vives refusent de s’unir

LINSAN

 L’Union syndicale des travailleurs de Guinée (USTG) et la confédération nationale travailleurs de Guinée (CNTG) tiennent séparément leur entretien ce jeudi 23 septembre 2021. Objectif, soumettre des propositions au Comité national du rassemblement pour le développement. La CNTG a fait passer un communiqué sur les médias d’Etat, appelant toutes les centrales syndicales à l’inspection générale du travail ce jeudi 23 septembre, où les centrales syndicales de la CTN sont en pourparlers en ce moment même. Simultanément, Au l’USTG aussi tient sa réunion avec neuf (9) centrales syndicales au ministère de la fonction publique.

Joint par la Rédaction de soleilfmguinee.net, le secrétaire général de l’USTG Abdoulaye Sow accuse la CNTG de prendre une décision unilatérale d’appeler toutes les centrales syndicales au nom de l’intersyndicale, alors que ses responsables n’ont pris langue avec ceux d’aucune autre confédération.

Est-ce une guerre d’ego entre Amadou Diallo et Abdoulaye Sow, les deux secrétaires généraux de ces deux grandes confédérations syndicales en Guinée ?

 Ont peut être tenté de répondre par l’affirmatif. Mais ce qui est évident, les syndicats guinéens ne fument toujours pas dans la même pipe, en dépit du souhait des nouvelles autorités guinéennes d’unir les forces pour corriger les fautes du passé.

Amadou Diallo, Secrétaire général de la CNTG

Le combat d’égo ou d’intérêt entre les confédérations syndicales l’Union syndicale des travailleurs de Guinée (USTG) et la confédération nationale travailleurs de Guinée est un bel exemple de la division des forces vives de la Guinée.

De l’autre côté, les syndicats de l’éducation ne prennent part à aucune de ces deux rencontres d’aujourd’hui.

Le secrétaire général du Syndicat national de l’éducation (SNE) Michel Pépé Balamou, a confié à notre rédaction qu’une rencontre de l’intersyndical de l’éducation est prévue le samedi 25 septembre 2021.

Michel Pépé Balamou, Secrétaire général du SNE

Pour rappel, les partis politiques se livrent aux mêmes pratiques, le lundi 20 septembre 2021, les partis membres du FNDC, de l’ANAD et de la COPED étaient réunis chez leur doyen d’âge, Sidya Touré de l’UFR, sans que d’autres partis ne soient en informés, les membres de la CORED de Mamadou Sylla, Bah Oury et Cie à l’occurrence.

LAMINE LINSAN

Guinée Actus Sociétés

A la une « Les étrangers … pour emprisonner arbitrairement les guinéens », Déplore le syndicat de l’Albayrak-Transport

LINSAN

36 employés de la société Albayrak transports ont été arrêtés lundi 16 août 2021 suite à une grève déclenchée par leur syndicat pour réclamer l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail. Joint ce mercredi 18 août 2021 par soleilfmguinee.com, le Secrétaire général de la délégation syndicale des travailleurs de cette société déplore cette arrestation, qu’il qualifie d’ailleurs d’arbitraire.

Selon le Secrétaire général de la délégation syndicale, ce sont des gendarmes de l’éco 4 de Matoto qui ont arrêtés ces grévistes au moment où ils réclamaient l’augmentation de salaires, la signature du contrat de travail, l’immatriculation de l’ensemble des travailleurs et le départ de la directrice de communication de ladite société. 

« Ils ont passé la nuit du lundi à la gendarmerie de Matoto, le mardi matin  à 09heures ils ont été déférés au tribunal de première instance de dixinne, c’est  après là-bas qu’on les a automatiquement déféré à la sûreté. En ce moment même où je vous parle, les 36 personnes arrêtées sont tous à la maison centrale de Conakry », confie Aboubacar Mariamne Fofana.

Pour lui, il est inadmissible que des Guinéens arrêtent d’autres Guinéens sur leur territoire guinée pour faire plaisir aux étrangers. 

« Dans ce cas  comment est-ce qu’il faut revendiquer ses droits, parce que dès qu’on réclame simplement ses droits dans ce pays, on vous arrêtes arbitrairement et on vous enferme. Aussi, ce sont des Guinéens mêmes qui agissent  pour les étrangers en jetant leurs frères Guinéens en prisons, et c’est ce qui est vraiment déplorable. Un étranger passe par les forces de l’ordre guinéen pour emprisonner les Guinéens, or les forces de l’ordre turcs ne feront jamais cela en Turquie », estime-t-il.

Le syndicaliste lance un appel à la population et aux autorités. 

« Nous demandons d’abord à la population de comprendre la cause que nous défendons, et quant à L’État, nous le demandons de libérer simplement les travailleurs grévistes, ils ne font que revendiquer leurs droits. C’est à L’État de demander à la Direction générale de satisfaire ces revendicationsnobles et ces revendications ont été exposé sur la table de la Direction générale, ça fait plus de cinq mois », interpelle-t-il.

Par ailleurs, le Secrétaire général du syndicat des travailleurs de la société Albayrak Transport indique  que la grève se poursuivra jusqu’à la libération de ses camarades.

FATOUMATA NIMAGA

Guinée Actus Sociétés

A la une Guinée-Société : création d’une nouvelle confédération syndicale.

LINSAN

Création de la confédération syndicale des travailleurs de Guinée. L’accord de création a été signé ce mardi 01 juin 2021 par neuf (9) secrétaires généraux. L’objectif est d’unir les forces pour réussir des combats en faveur des travailleurs de Guinée.

Neuf (9) centrales syndicales à savoir ONSLG, UGTG, COSATREG, CGTG, CGSL, UDTG, SLECG, SYNAMIC-GUINEE et CGFOG se donnent la main pour la création de laconfédération syndicale des travailleurs de Guinée. Pour ces différentes structures syndicales, seule l’union pourrait leur rendre fort.

« Les centrales syndicales et syndicats nationaux légalement constitués décident de la création d’une confédération syndicale des travailleurs de Guinée », a déclaré Ehladj Mamadou Saliou Diallo, porte-parole de ladite confédération.

Pour Aboubacar Soumah Secrétaire général du SLECG, l’objectif de la mise en place de cette confédération est de palier aux maux dont souffrent des mouvements syndicaux guinéens.

« Nous avons jugé opportun de nous regrouper, afin de créer cette confédération syndicale. Autour de laquelle nous sommes réunis ici aujourd’hui. Nous avons analysé tous les paramètres, nous avons su que toutes les structures sociales sont divisées en Guinée »

 A peine créer, la confédération syndicale des travailleurs de Guinée se prononce déjà sur une éventuelle augmentation du prix du carburant à la pompe.  Elle déclare qu’aucune augmentation du prix carburant n’est possible.

Aboubacar Soumah, Secrétaire général du SLECG avertit les autorités de ce qui va suivre si jamais le prix des produits pétroliers grimpe en Guinée.

« Le gouvernement a compris qu’il faut maintenir le prix du carburant à neuf mille (9000) franc. Au-delà, si cela n’est pas maintenue, le mouvement syndical guinéen à travers cette confédération syndicale déclenchera une grève générale » a-t-il insisté.

A noter que le processus d’adhésion à cette nouvelle structure syndicale est ouvert à toute autre organisation syndicale des travailleurs de Guinée. En attendant, un comité est mis en place pour préparer le cadre juridique et institutionnel de la nouvelle structure des travailleurs de Guinée. Ont-ils précisé.

Amara Simba Sylla.