Soleil FM

Tag : transport

Guinée Actus Sociétés

A la une « Les étrangers … pour emprisonner arbitrairement les guinéens », Déplore le syndicat de l’Albayrak-Transport

LINSAN

36 employés de la société Albayrak transports ont été arrêtés lundi 16 août 2021 suite à une grève déclenchée par leur syndicat pour réclamer l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail. Joint ce mercredi 18 août 2021 par soleilfmguinee.com, le Secrétaire général de la délégation syndicale des travailleurs de cette société déplore cette arrestation, qu’il qualifie d’ailleurs d’arbitraire.

Selon le Secrétaire général de la délégation syndicale, ce sont des gendarmes de l’éco 4 de Matoto qui ont arrêtés ces grévistes au moment où ils réclamaient l’augmentation de salaires, la signature du contrat de travail, l’immatriculation de l’ensemble des travailleurs et le départ de la directrice de communication de ladite société. 

« Ils ont passé la nuit du lundi à la gendarmerie de Matoto, le mardi matin  à 09heures ils ont été déférés au tribunal de première instance de dixinne, c’est  après là-bas qu’on les a automatiquement déféré à la sûreté. En ce moment même où je vous parle, les 36 personnes arrêtées sont tous à la maison centrale de Conakry », confie Aboubacar Mariamne Fofana.

Pour lui, il est inadmissible que des Guinéens arrêtent d’autres Guinéens sur leur territoire guinée pour faire plaisir aux étrangers. 

« Dans ce cas  comment est-ce qu’il faut revendiquer ses droits, parce que dès qu’on réclame simplement ses droits dans ce pays, on vous arrêtes arbitrairement et on vous enferme. Aussi, ce sont des Guinéens mêmes qui agissent  pour les étrangers en jetant leurs frères Guinéens en prisons, et c’est ce qui est vraiment déplorable. Un étranger passe par les forces de l’ordre guinéen pour emprisonner les Guinéens, or les forces de l’ordre turcs ne feront jamais cela en Turquie », estime-t-il.

Le syndicaliste lance un appel à la population et aux autorités. 

« Nous demandons d’abord à la population de comprendre la cause que nous défendons, et quant à L’État, nous le demandons de libérer simplement les travailleurs grévistes, ils ne font que revendiquer leurs droits. C’est à L’État de demander à la Direction générale de satisfaire ces revendicationsnobles et ces revendications ont été exposé sur la table de la Direction générale, ça fait plus de cinq mois », interpelle-t-il.

Par ailleurs, le Secrétaire général du syndicat des travailleurs de la société Albayrak Transport indique  que la grève se poursuivra jusqu’à la libération de ses camarades.

FATOUMATA NIMAGA

Guinée Actus Guinée Politique

A la une La coupe du bois interdite en Guinée, un chroniqueur scientifique avertit

LINSAN

L’interdiction de la coupe du bois et son transport sur toute l’étendue du territoire national est entrée en vigueur ce lundi. Cette interdiction fait suite à un communiqué du Ministre de l’environnement des eaux et forets rendu public ce week-end. A ce propos le chroniqueur scientifique, Aboubacar Camara a pour sa part salué l’impact environnemental de cette décision avant d’énumérer les conséquences qu’elle pourrait causer sur l’économie du pays.

C’est dans le cadre de la protection de l’environnement que le gouvernement guinéen a interdit la coupe et le transport du bois. Pour Aboubacar Camara, chroniqueur scientifique, cette décision est une belle initiative si elle est suivie.

« La décision, moi je trouve salutaire. Ça rentre dans le cadre de la protection de l’environnement. Si on autorise la coupe abusive du bois, l’environnement va être impacté. Et quand l’environnement est impacté, c’est notre santé même qui va être touchée », a-t-il prévenu.

Bien que salutaire, cette décision du Ministre Mohamed Oyé Béavogui n’est pas sans conséquence a souligné notre interlocuteur.

«Les dégâts c’est sur l’économie de la Guinée, donc fermer ça, nous ne pourrons pas faire de maison, nous ne pourrons pas faire de pont, il y a des ouvrages que nous ne pourrons pas faire sans le bois. Si vous dites qu’on ne coupe plus le bois, avec la paupérisation des guinéens, y a des familles qui ne vivent que de ça.  Et n’oubliez pas que le bois c’est l’or vert, donc ça rapporte beaucoup d’argent », a-t-il souligné.

Aboubacar Camara opte le suivi et la réglementation du domaine.

« Il faut réglementer. Il faut permettre la coupe pas abusive, mais  une exploitation rationnelle du bois pour que ceux qui doivent couper soient bien contrôler, bien suivi pour ne pas qu’ils fassent une exploitation illicite. Que ce soit utilisé en Guinée ici pour l’économie guinéenne », a-t-il conclu.

A rappeler que cette interdiction de la coupe et le transport du bois sur toute l’étendue du territoire national est rentré en vigueur à partir de ce lundi 14 juin 2021.

FATOUMATA KEITA