Soleil FM

Tag : Union européenne

Guinée Actus Guinée Politique

Sanctions économiques contre la Guinée, Plaidoiries

LINSAN

Les sanctions économiques constituent un risque considérable pour la Guinée. Depuis le 21 mai 2021, l’Union Européenne a pris des sanctions contre quelques individus impliqués dans le massacre du 28 septembre 2009. Au-delà de ces sanctions, figurent des sanctions économiques que risque de connaître la Guinée toute entière.

C’est dans ce contexte que le député français Sébastian Nadot a alerté l’U.E. sur les risques de ces sanctions. Il sollicite des sanctions économiques ciblées contre les présumés auteurs de ce massacre.

Ce mercredi 9 juin 2021, la rédaction de soleilfmguinee.net a fait réagir le Président du Forum Civil guinéen, à cette demande de Sébastian Nadot.

A propos, Ibrahima Balaya Diallo soutient l’idée de l’élu français et propose des solutions pour éviter toute sorte de sanction contre la Guinée.

Après le massacre du 28 septembre 2009, les familles des victimes continuent de réclamer justice. C’est dans ce cadre que des sanctions ciblées ont été prises par l’Union Européenne. Au-delà de ces sanctions, les euros-députés envisagent des sanctions économiques contre la Guinée.

Mais un des élus français a alerté sur les risques que prendrait l’Union Européenne en infligeant des sanctions économiques contre le pays tout entier. Suite à cette plaidoirie, le Président du forum civil guinéen soutient la même cause et qualifie de dangereuses ces types de sanctions.

 « C’est vrai que ça serait très dangereux de punir tout un pays, parce que y a une sorte de mauvaise gouvernance, je crois que la manière qui avait été proposée par le parlementaire français est une très bonne chose de cibler les gens qui sont à peu près responsables de tous ces mélimélos », a  souhaité Ibrahima balaya Diallo. 

L’activiste de la société civile guinéenne exige à ce qu’on ait des solutions pour éviter de telles sanctions désormais. Personnellement Ibrahima Balaya Diallo propose la restauration du dialogue politique. 

« Je crois qu’il faut restaurer la liberté d’expression, il faut renouer le dialogue entre les partis politiques, parce que tout est rompu, car, malheureusement qu’aujourd’hui y a un silence total, personne n’en parle. Peut-être que maintenant ces sanctions ciblées vont dissuader», recommande t-il.

Les euros-députés doivent examiner le renouvellement de ces sanctions en septembre 2021.

FATOUMATA NIMAGA