Soleil FM
Guinée société Infos

TPI Mamou : Cinq « tenanciers relâchés purement et simplement sous la base de l’article 544… »

Cinq tenanciers ont comparu à la barre du TPI de Mamou ce Mardi. Ils ont été interpellés par la police pour non-respect de l’état d’urgence sanitaire dans leurs bars, discothèques et restaurants depuis le 02 juillet dernier. Ils sont tous poursuivis pour rébellion. Des faits prévus et punis par le code pénal guinéen.

C’est un océan de monde qui a envahi le tribunal de première instance de Mamou pour être témoin de ce procès   tant attendu par la population de la ville carrefour. A la barre, tous les cinq prévenus ont rejeté en bloc les accusations portées contre eux, mais ce qui a été retenu pendant cette audience, c’est la révélation du PDG Pélican plus en même temps directeur de la maison des jeunes de Mamou, qui accuse la police d’être partiale dans les interpellations.

Après la phase de débat le procureur a, dans ses réquisitions demandées au tribunal de retenir dans les liens de prévention Mathos Haba, PDG du motel Youla et Mamadou Djouldé Bah du restaurant golf « après en avoir délibéré, le tribunal a requalifié les faits initialement sous la qualification de rébellion  en violation des interdictions édictées par le décret, sur l’action publique renvoi Mamadou Samba Boiro, Boubacar Kaba et Aboubacar Doukouré Sylla des à des fins de la poursuite pour des faits non établis déclare par contre Mathos Haba et Mamadou Djouldé Bah coupable des violations des obligations édictées par un décret, pour la répression les  condamne au paiement de la somme de cinquante milles franc Guinéen  les condamnations en outre dépend le tout en application des articles 67 ; 68 ; 942 du code pénal 544 ;666 ; et 548 du code de procédure pénal » a indiqué El hadj  Sidiki Camara, procureur général de la première instance de Mamou.

Dans ces plaidoiries, l’avocat de la défense Abdoulaye Keita a demandé au président du tribunal de relâcher ses clients par faute de preuves « On les a relâchés purement et simplement sous la base de l’article 544, deux seulement ont été condamné par rapport à l’amande mais par rapport à l’emprisonnement, seulement la loi n’a pas été appliquée à 100 % je suis satisfait à 95% quand même » nous a-t-il confié.

A noter que certaines mesures préventives pour limiter la chaine de contamination de la Covid-19 notamment la distanciation sociale n’était pas respectée durant cette audience.

Mamadou Alpha Mariama Keita

Related posts

UFR : des jeunes réclament le retour de Baidy Aribot au poste de secrétaire exécutif (vidéo)

tsegbaya

Découverte d’un squelette humain dans une forêt à N’Zérékoré : témoignage du maire de Gouecké

tsegbaya

Inde : des personnes risquent d’être déchues de leur nationalité

tsegbaya