Image default
Guinée politique Infos

Vandalisme des kits électoraux: l’ancien ministre Alpha Ibrahima Kéïra hausse le ton et interpelle

L’ancien ministre de la sécurité et de la protection civile, membre du RPG Arc-en-ciel interpelle l’unité de sécurisation du processus électoral à prendre ses responsabilités face aux menaces et violences enregistrées dans l’opération de distribution des cartes d’électeur. Cette sortie d’Alpha Ibrahima Kéïra intervient à quelques jours de la tenue des élections législatives couplées au référendum prévues le 1er mars prochain. 

Depuis le début des opérations de distribution des cartes d’électeurs, plusieurs quartiers de Conakry comme en province sont le théâtre de violences. Des jeunes favorables à l’opposition s’attaques aux kits électoraux les déchire et les brûle avant de s’enfuir sans être inquiétés. Ces cas de violences et de vandalismes interviennent alors que le pays traverse depuis des mois une crise sociopolitique marquée par des manifestations observées par le FNDC, sur la question, Alpha Ibrahima Kéïra accuse les organisateurs d’être à l’origine des casses lors de ces manifestations :« Quand quelqu’un casse le véhicule de quelqu’un, quand ils jettent des pierres sur les véhicules des policiers, quand ils ont des armes blanches, quand ils brulent des pneus. Vous appelez ça manifestants ? Ce n’est pas un manifestant. Le manifestant c’est celui qui a une banderole qui sort pour exprimer ses sentiments. Mais des jeunes de 10ans, d’abord même le fait qu’un jeune de 10 ans soit dans la rue c’est un délit », accuse-t-il.

S’agissant des opérations de distribution des cartes d’électeurs, l’ancien ministre de la sécurité interpelle l’unité de sécurisation du processus électoral en ces termes : « Il faut que l’unité de sécurisation du processus électoral aussi prenne ses responsabilités. Parce que ce que nous sommes en train de voir sur le terrain nous laisse dubitatif. Il faut que l’unité de sécurisation du processus électoral mette des hommes sur le terrain et que ces malfrats soit mis hors d’état de nuire. Parce que ça sent de la complicité au niveau de certain secteurs. C’est inadmissible ! », déplore le ministre d’Etat, conseiller à la présidence de la république.

A moins de 10 jours de ce rendez-vous électoral crucial, le ton continue à monter dans tous les sens. Si la mouvance présidentielle rassure les populations de la tenue correcte de ce scrutin, les opposants au régime en place eux, menace d’empêcher l’organisation de ces élections prévue le 1er mars prochain.

TOMOU TRAORE

Articles Similaires

Football : Le CHAN Cameroun 2020 reporté

soleilfm935

Kandia TOURÉ sauveteur à Kassonya

tsegbaya

Algérie: mobilisation avant la fin des dépôts de candidatures pour la Présidentielle 

tsegbaya