Soleil FM
Infos santé

VIH-SIDA : le rôle des médias dans la lutte contre la maladie

Comment renforcer la communication dans la lutte contre le VIH-SIDA pour les personnes séropositives ? La question était au cœur d’un atelier de formation sur le VIH basique et la stigmatisation des personnes vivant avec le VIH. Au cours de la rencontre, des personnes vivant avec le virus ont fait des témoignages palpitants. Initiée par Médecins sans frontière Guinée, la rencontre s’est tenue au siège de l’institution à Mafanco dans la commune de Matam ce mercredi 20 octobre 2019.

Le média est le canal à grande écoute inégalé pour divulguer des informations à la population. Mais quand il s’agit de riposte au VIH, une infime partie de ce potentiel se met à la tâche, déplore le chargé de communication de Médecins sans frontière Guinée.

« La radio, la télévision et d’autres voix, constituent des sources d’information majeurs sur le VIH. Mais s’il existe des exemples de campagnes inventives et couronnées de succès de l’épidémie par les médias, reste généralement insuffisante. Des millions de personnes n’ont jusque là pas entendue parler de SIDA et bien d’autres entretiennent encore de graves idées fausses concernant la maladie », dixit Mohamed Bah .

C’est bien possible de vivre sa vie avec le VIH, a témoigné Marie Loua. Déclarée séropositive en 2002 après son mariage en 1999, cette dame invite tout le monde à se faire dépister. « Imaginez, si je n’avais pas fait le test à temps, de 2002, j’allais dire qu’on m’a lancé un sort alors que c’est le virus qui est entrain de me ronger. Mais depuis que j’ai commencé à prendre des produits jusqu’à l’heure là, si je ne vous dis pas que j’ai le VIH-SIDA, ce n’est pas écrit sur le front, ni sur le corps ».

Les personnes vivant avec le VIH sont souvent stigmatisées par leur entourage. Chose qui tue plus que le virus lui-même. Le vice-président du Réseau Guinéen des associations des personnes infectées et affectées, demande une assistance aux patrons des médias. Aboubacar Sidiki Kourouma dira : « Vous êtes habilités vraiment à battre campagne auprès de ces personnes afin qu’elles puissent accéder à une meilleure condition de vie dans leur communauté. Mais l’épineux problème que nous avons, quand les associations membres de notre réseau partent au niveau des médias, on nous demande l’argent. Et les membres de ce réseau n’ont pas assez de ressources pour faire face à leur couverture médiatique ».

 

L’objectif de l’ONUSIDA pour l’année 2020 est de voir que 90% de la population mondiale se fassent dépister, traiter et une charge virale ou taux non détectable. Malheureusement, la Guinée reste encore très loin de ce chiffre.

 

SAMUEL DEMBA DUOLAMOU

Related posts

Sécurité maritime: c’est parti pour le projet de détresse et de sauvetage pour sauver des vies

tsegbaya

Mateus Magala, nommé au poste de vice-président des Ressources humaines et des services institutionnels de la BAD

tsegbaya

Côte d’Ivoire: Charles Blé Goudé intentera des recours après sa condamnation

tsegbaya