Sociétés

Célébration de la journée mondiale de l’Education : le secrétaire général du SNE s’adresse aux acteurs

today24 janvier 2024 7

Arrière-plan
share close

Discours  du Secrétaire Général du Syndicat National de l’Éducation  (SNE) à l’occasion  de la célébration  de la 6ème  Journée  Mondiale  de l’Éducation. 

 

 Cher(e)s enseignant(e)s 

 

  Ce mercredi 24 janvier  2024  marque la célébration  de la 6ème  Journée Mondiale de l’Éducation. Il convient  de rappeler  que le monde de l’éducation a célébré la toute première  journée  internationale  proclamée  par l’assemblée  générale  des Nations Unies  en 2018  afin de mettre en lumière  le rôle  de l’éducation pour la paix et le développement..

 

   Cette année  , l’UNESCO  dédie  la Journée Mondiale de l’Éducation  au rôle  du système éducatif et des enseignants  pour lutter contre les discours  de haine, une menace  pour nos sociétés  qui s’est  accrue ces dernières années  via les réseaux sociaux.  Les discours  de haines alimentent  les préjugés et les discriminations  et peuvent  contribuer  à  la banalisation  et à la normalisation  de la violence.  Leur récente  escalade  , notamment  au Proche-Orient  , précisément dans l’éternel  et sempiternel  conflit  Israélo -palestinien , amplifiée par l’utilisation  des réseaux sociaux  et exacerbée par de nouvelles crises  prolongées  dans différentes régions  du monde  a de graves répercussions  sur la sûreté  et la sécurité  des communautés  à  travers le monde . 

 

      A la suite de l’attaque terroriste du Hamas contre des civils israéliens le 7 octobre 2023, l’Anti-Defamation League a constaté une augmentation de 337 % des incidents antisémites aux États-Unis, de 320 % en Allemagne et de 961 % au Brésil par rapport à l’année précédente, ainsi qu’une augmentation de 818 % aux Pays-Bas par rapport aux trois dernières années. L’Institute for Strategic Dialogue (ISD), basé au Royaume-Uni, a également constaté que le volume des discours anti-musulmans sur YouTube avait été multiplié par 43 entre les quatre jours précédant et suivant l’attentat

 

                             Cher(e) s  camarades  enseignant(e)s 

  En tant  qu’éducateurs,  instructeurs,  enseignants , formateurs , transformateurs  des âmes , leaders  en temps de crise , façonneurs  d’avenir  et vitrine de la société,  il nous revient  la mission  sacerdotale  de bannir dans nos gestes, comportements et langages tant à l’école   ,les réseaux sociaux que dans les médias  les germes contagieux  du discours  de la haine  et de la discrimination  en vue de l’émergence  d’une école  de la République plus laïque et tolérante  dans une société  guinéenne  juste et égalitaire.  Nous devrons donner à  nos élèves des moyens  de déconstruire  les discours de haine  au nom des principes  de l’unicité,  de la forme républicaine et de la laïcité  de l’Etat.  Seule l’éducation  de nos élèves   pourra nous permettre  de consolider  les bases  d’une  société  guinéenne  solidaire, démocratique  et respectueuse des droits de l’homme.  

 

              Cher(e)s intrépides  combattant(e)s   de la justice  sociale 

 

     Nous vivons  une période  difficile  pour l’école  et pour les enseignants.Les réformes  entreprises par le Ministère  de l’enseignement pré-universitaire et de l’alphabétisation  ( MEPU-A )  sans concertation  des partenaires  sociaux  ni évaluation  des contrats  de performance  ont dégradé  nos conditions  de travail  et de vie , alourdi nos tâches,  fragilisé  nos statuts,  réduit  nos moyens  et remis en cause  nos libertés  pédagogiques.   Les inégalités profondes  entre  d’une  part , écoles publiques  et privées  et d’autre part entre écoles urbaines et rurales  en termes  de qualité  des enseignements  et des apprentissages  et de rendements scolaires  lors de la proclamation des résultats  des examens nationaux sont devenues  très profondes . Les pressions, les intimidations  et les trafics d’influence  sont devenus monnaie courante.  Les  récentes nomination  aux différents postes de responsables  dans l’administration  scolaire et dans  les structures d’encadrement  sont une ode à la médiocrité et à l’incompétence institutionnalisées  avec ce slogan venant  de la bouche du premier  responsable  du MEPU-A: << Je préfère  un cadre incompétent  loyal à  un cadre compétent  déloyal. >>. Pire ce slogan est appliqué  à l’école de la République. 

  Face à  cette situation  nous ne devons pas rester silencieux et  résignés. Nous devons nous mobiliser,  nous organiser, nous défendre  et nous faire entendre  par tous les moyens  légaux. 

             

                     Camarades  pionnier (re)s  et ami(e) de l’école 

 

      Une  enquête  récente  menée par l’UNESCO  et IPSOS  dans 16 pays  a révélé  que  67 %  des utilisateurs  d’internet  déclarent  avoir été  confrontés à  des discours  de la haine  en ligne et que 85 %  se disent préoccupés  par l’impact et l’influence  de la désinformation  sur leurs concitoyens,  la considérant  comme  une menace  réelle  susceptible de déstabiliser  les sociétés.  L’éducation offre plusieurs moyens  de s’attaquer  aux causes profondes  des discours  de haine et de sensibiliser  les apprenants  à  leurs formes  et conséquences    en ligne et hors ligne. Il s’agit  notamment de doter  les élèves  des compétences  nécessaires  pour reconnaître la haine et l’injustice  et y répondre,  de leur transmettre  les valeurs de respect,  de la diversité  et des droits  de l’homme  et de leur apprendre  à  différencier  le discours  de haine  et de la liberté d’expression.  L’éducation  constitue  une force d’inclusion  pour tous et notamment pour les plus d’un milliard  de personnes  (jeunes et adultes) qui ne maîtrisent pas les compétences   en alphabétisation. 

Selon l’ONU, 617 millions  d’enfants  et d’adultes  à  travers le monde ne sont pas scolarisés  ou ne maîtrisent pas  la lecture  ou les mathématiques. 

 

Nos dirigeants  doivent  promouvoir  le programme  de développement  durable  à l’horizon  2030 ( adopté  en 2015)  , qui consacre  l’éducation  comme facteur  décisif  à la réalisation  des << 17 objectifs  pour sauver le monde >> et notamment  celui d’ << assurer  l’accès  de tous à une éducation  de qualité,  sur un pied d’égalité  et promouvoir  les possibilités  d’apprentissage tout au long de la vie >>.

Ils doivent  organiser des formations en ligne  d’une journée pour permettre à plusieurs milliers d’enseignants  d’être mieux outillés   pour mieux repérer,  traiter  et prévenir  les incidents  liés  au discours  de haine. .

  

               Bonne célébration  à  toutes et à  tous

 

Écrit par: Soleil FM

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%