Actualités

Cour d’Appel de Conakry : Charles Whrite rassure les associations de presse

today24 février 2022 2

Arrière-plan
share close
Charles-Wright-u

Les associations de presse sont allées à la rencontre du procureur général près  la cour d’appel de Conakry  ce mercredi.  L’objectif était de discuter pour mieux comprendre les propos de Charles Whrite,  faisant suite au communiqué de la haute autorité de la communication HAC en abrégé. La rencontre a eu lieu au parquet général de Kaloum.

Cette rencontre fait suite à la sortie médiatique du procureur général près la cour d’appel de Conakry mardi soir. Charles Whrite s’est référé au communiqué de la haute autorité de la communication pour annoncer des poursuites contre des  journalistes. Aboubacar Camara, le président de l’union des radios et télévision libres de Guinée UTELGUI a donné les raisons de la rencontre.

« Il était impératif pour en tant qu’association de presse de venir en toute responsabilité en discuter, comprendre afin de passer une communication idoine. Au sortir de cette rencontre, nous avons clairement à travers des échanges que nous avons eu avec le procureur général que dans ce communiqué, il n’était nullement question d’annoncer que d’orge et déjà tous les journalistes comme on a laissé entendre allaient faire l’objet de poursuite judiciaire ».

Prenant la parole, le procureur général près la cour d’appel de Conakry, Charles Whrite a affirmé qu’aucun journaliste ne doit s’inquiété en raison de la liberté qu’il exprime dans l’exercice de son métier.

« Cette rencontre a permis aux chefs de médias de relever avec le parquet d’instance quelques dérapages tant bien que mal au niveau de certaines presses et la nécessité pour chaque directeur de la presse qu’elle soit écrite ou en ligne, la responsabilité qui découle de la loi 010 portant liberté de la presse en république de Guinée. Le parquet général reste formel la dessus en disant ceci, aucun journaliste ne doit être inquiété en raison de la liberté de la presse qu’il exprime dans l’exercice de ses fonctions. Mais aucun journaliste ne doit être toléré lorsque ce journaliste-là violerait l’article 1er de la loi portant la liberté de la presse ».

Il faut ajouter que le syndicat des professionnels de la presse de Guinée SPPG était absent de cette rencontre. Il compte aussi rencontrer le procureur général ce jeudi.

Écrit par: Razakou Moussa

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%