Soleil FM

Soleil FM : Guinée Politique

Toute l’actualité sur le sujet Politique. Consultez l’ensemble des articles, …

Actualités Guinée Politique

Arrestation de Mamadou Billo Bah: le FNDC parle de “Kidnaping”

Razakou Moussa

Mamadou Billo Bah, responsable de Antennes et Mobilisations du Front National pour la Défense de la Constitution a été arrêté ce samedi 21 janvier 2023 à Dabompa, dans la commune de Matoto par des agents de forces de maintien d’ordre. L’activiste a été conduit vers une destination inconnue. Le communiqué du front dissout par le MATD n’a pas tardé.

Communiqué

La Coordination nationale du FNDC a appris avec consternation le kidnapping de son responsable de la mobilisation et des antennes Mamadou Billo BAH, dans la soirée de ce samedi 21 janvier 2023, par un groupe d’agents de l’armée guinéenne lourdement armés.

Monsieur Mamadou Billo BAH, sortait d’une réunion avec des citoyens du quartier Tombolia dans le cadre de la mobilisation citoyenne pour exiger le retour rapide à l’ordre constitutionnel en Guinée. Une action citoyenne entamée par la Coordination nationale du FNDC, afin de sensibiliser les citoyen.nes pro-démocratie de la nécessité pour notre pays de recouvrer avec l’État de droit, la démocratie à travers des élections libres et transparentes.

Ce kidnapping intervient plus cinq mois après, celles du coordinateur national Fonikè Manguè et du responsable des opérations, Ibrahima Diallo.

La Coordination nationale du FNDC rappelle à l’opinion nationale et internationale qu’elle a toujours réaffirmé que ses membres étaient parfaitement disposés à répondre à toute convocation de la justice, dans le respect toutefois des règles et procédures en vigueur.

La Coordination nationale du FNDC condamne fermement le kidnapping de son responsable à la mobilisation et antennes en violation de toutes les procédures d’interpellation et tiendra pour responsable le CNRD de tout ce qui arrivera à Monsieur Mamadou Billo Bah.

La Coordination nationale appelle les ravisseurs cagoulés à la libération immédiate et sans condition des otages.

Conakry le 21 janvier 2023

La coordination nationale du FNDC

Actualités Guinée Politique

TPI de Dixinn: le procès de l’ancien ministre Dr Ibrahima Kourouma renvoyé

Razakou Moussa

Le procès opposant l’ancien ministre de la Ville et de l’Aménagement du territoire, Dr Ibrahima Kourouma aux victimes du déguerpissement de Kaporo-rails, Kipé 2 et Dimesse -2019 s’est poursuivi ce jeudi au Tribunal de Première instance de Dixinn. Après plus d’une heure d’échanges  entre les avocats des deux  parties, le président du tribunal  a renvoyé l’audience au 16 février 2023 pour les réquisitions et  plaidoiries.

Docteur Ibrahima Kourouma et Mohamed Maama Camara sont poursuivis pour des faits “De rébellion, destruction d’édifices privés, bris de clôture et enlèvement de bornes, abus d’autorité et de fonction”. Après la presentation de ces faits  par le président du tribunal, le ministère public est revenu tout d’abord sur les difficultés rencontrées pour  la    comparution de l’ancien ministre de la Ville et de l’Aménagement du territoire. Le procureur a ensuite déclaré que docteur Ibrahima Kourouma n’est pas au dessus  de la loi. Selon Alpha Bacar Cissé,   c’est la partie civile qui serait en partie responsables de sa non  comparution à cette audience.

Par ailleurs, il a souligné que son absence à l’audience ne dépendrait pas de lui , mais de la situation dans laquelle il se trouve actuellement. Pour le procureur,  le mandat d’amener l’accusé comme souhaité  par la partie civile ne sera pas possible. C’est pourquoi, il  sollicite la tenue du procès par défaut, c’est-à-dire sans les accusés  en se réfèrent de l’article 872 du code de procédure pénale.

Du berger à la bergère, la partie civile rejette  l’argumentation  du procureur général. Elle rassure n’avoir  rencontré aucune difficulté pour la comparution de docteur Ibrahima Kourouma. La partie civile  a aussi  déploré l’incapacité du ministère public  à faire comparaître un prévenu qui se trouve déjà à la maison centrale, comme il l’avait promis lors de la précédente audience.

La défense  n’est pas restée en marge de ces débats houleux.  Elle a demandé le renvoi de l’audience dans le but de préparer la comparution de son  client qui selon elle ne sera pas opposé à sa présence à l’audience. Suite à cette demande du conseil de docteur Ibrahima Kourouma, le président du tribunal Amadou Sy  a déclaré  que les débats sont clos et  a renvoyé l’audience au 16 février 2023 pour les réquisitions et  plaidoiries.

Amara Simba Sylla pour soleilfmguinee.net

Actualités Guinée Politique

Conakry: le Forum des forces sociales de Guinée (FFSG) mitige le bilan du CNRD

Razakou Moussa

Le Forum des Forces sociales de Guinée (FFSG) a animé une conférence de presse ce mercredi à la maison commune des journalistes sise  à la Minière dans la commune de Dixinn. L’objectif était de porter son regard sur le  bilan du CNRD au cours de l’année 2022.

Devant la presse ce mercredi, le Forum des Forces sociales de Guinée a déploré le manque de consensus dans la conduite de la transition. Abdoul  Sacko, coordination de ladite structure parle de deception.

 
« Pour ressortir les risques par endroit  en terme de lutte contre la corruption, la moralisation de la gestion de l’Etat pendant ces deux derrières décennies qu’est qu’en fait le CNRD ? Ça, c’est la première dimension nous nous sommes attaqués. Et deuxièmement, la refondation de l’Etat, la question de rectification et la réorientation sur les différents aspects: aspect politique, aspect social, aspect économique et aspect institutionnel.   En parlant de ces thèmes, ils le savaient évidemment ou bien c’était juste un stratagème qui permet de mieux durer dans les affaires de l’Etat, c’est-à-dire dans les privilèges du pouvoir», déplore cet activiste de la société civile.

Par ailleurs, le coordinateur du Forum des Forces sociales de Guinée a déploré la manière dont certaines personnes ont été nommées à des postes de responsabilité au sommet de l’Etat.

« La logique de coptage  au sein des médias, le coptage  au  sein de la société civile, vous voyez ce genre de nomination qui n’est pas fondé sur le critère de la compétence, n’importe qui peut être n’importe où. Les échecs pendant les examens passés  ont fait du tort aux enfants.  Lorsque vous prenez  en pleine  année scolaire vous envoyez tous les compétents à la retraite sans être rassurés s’il y a  la relève et vous abandonnez   les enfants à eux-mêmes, vous venez maintenant vous  vous ventez que vous avez  collé les enfants.  Je vous donne  un sujet à l’examen, vous choisissez des préfectures comme Tougué,  Koundara, je vous assure qu’aucun membre du gouvernement ne pourra le traiter », s’est-il insurgé.

Kannie Diallo pour soleilfmguinee.net

Actualités Guinée Politique

AG-PEDN: Lansana Kouyaté s’oppose à la délocalisation du cadre de dialogue inter-guinéen

Razakou Moussa

A l’Assemblée Générale hebdomadaire du Parti de l’Espoir pour le Développement National-PEDN de ce samedi 14 janvier, deux points étaient à l’ordre du jour : présentations des vœux de nouvel an et le cadre du dialogue en cours. Lansana Kouyaté, président du parti a une nouvelle fois invité le bloc des acteurs qui ont boudé ce processus à les rejoindre.

Cette première assemblée générale du PEDN pour l’année 2023 n’a pas connu la présence de beaucoup de militants. Lansana Kouyaté, président du parti aborde ce sujet : « Je comprends bien que la salle ne soit pas totalement remplie. Ça se comprend parce qu’on vient de loin. A vous qui êtes présents ici, aux autres qui n’ont pas pu venir, je voudrais dire bonne année à vous. Veille Dieu nous accorder pendant la nouvelle année la volonté de changer ce pays ».

Parlant du dialogue inter-guinéen, l’ancien premier ministre comprend certaines revendications de ceux qui ont boudé ce cadre. Cependant, il refuse sa délocalisation comme le souhaitent d’autres : « Il y a eu des dialogues qui ont été délocalisés. Mais on délocalise quand une partie du territoire est occupée par un groupe et l’autre partie par l’Etat. Est-ce que c’est le cas, nous nous ne lavons pas. Pourquoi aller à l’extérieur ? Alors il faut savoir raison garder. Et ne pas penser que c’est un mauvais esprit »

Lansana Kouyaté demande à ses collègues qui se considèrent comme exilés politiques de rentrer au pays pour participer au processus : « Et puisque ça ne doit pas être délocalisé, nos frères de l’extérieur et ceux qui n’ont pas pris part à ça, n’ont qu’à venir. Rien ne les empêche de venir. La seule chose qu’il faut éviter, c’est  de dire qu’il aura de paix quand l’impunité sera accordée à tout le monde. Est-ce que le pays va avancer ? Non. Voyons les réalités en face »

Samuel Demba Duolamou pour Soleil FM

Actualités Guinée Politique

Guinée: Abdourahmane SANOH, promet de poursuivre le combat après sa relaxe par le TPI de Mafanco

Razakou Moussa

Abdourahmane SANOH, ancien coordinateur national du FNDC s’est exprimé ce vendredi sur le verdict du TPI de Mafanco qui l’a relaxé mercredi pour délit non constitué. Il a salué cette décision du tribunal et a demandé aux autorités de libérer les membres du FNDC détenus à la maison centrale de Guinée. L’activiste a réitéré son ambition de poursuivre son combat pour la citoyenneté en Guinée. C’était à la faveur d’un point de presse tenu au siège de la PCUD à Kipé dans la commune de Ratoma.


L’ancien coordinateur du front national pour la défense de la constitution a exprimé sa gratitude à ses avocats, avant de saluer le verdict rendu par le Tribunal de Première Instance de Mafanco le 11 janvier 2023 parle d’une acte de haute portée.


« Le sens de responsabilité qui a caractérisé ce verdict doit inspirer la majustrature de notre pays afin que ces bons exemples cessent d’être des exceptions. Je me réjouis du fait de cet implacable témoignage judiciaire.  Notre justice vient  de reconnaitre que les réunions  publique sont libres conformément à l’article 624 du code pénal  et que la non déclaration n’est pas une infraction», a déclaré Abderrahmane SANOH devant la presse.

L’ancien coordinateur national du FNDC n’a pas oublié les responsables du FNDC incarcérés à la maison centrale de Conakry.
« Dans cette circonstance très évocatrice des droits de l’homme, je voudrai avoir une pensée pour Oumar SYLLA alias Foniké Menguè et Ibrahima DIALLO pour lesquels j’éprouve beaucoup de peine à voir en prison plus pour leurs opinons que tout autre raison. J’exhorte les autorités de leur rendre au plus vite leur liberté ».

L’ancien ministre sous le CNDD souligne que sa foi en son combat est inébranlable et qu’aucun sacrifice n’est de trop pour l’assumer.
« Le plein exercice de la citoyenneté est une question de  dignité. Le négocier, l’aliéner, l’abandonner ou riser avec est un acte de lâcheté », estime t-il.


La Guinée a encore du chemin à faire dans la marche vers la démocratie regrette l’activiste. Il appelle toutes les composantes à œuvrer pour consolider la paix dans le pays. 

Mamadou Dian Diallo pour Soleilfmguinee.net

Actualités Guinée Politique

Economie: le Plan de Relance économique (Pré) lancé avec un coût estimé à 3 milles 127 milliard GNF

Razakou Moussa

Le ministère de l’Economie et des Finances a fait le lancement de la mise en œuvre du Plan de Relance Économique (Pré) ce lundi. C’est dans le but de faire face à la crise de Covid-19 et la crise économique à laquelle le monde entier est confronté. Le coût dudit plan est estimé à plus de 3 milles 127 milliards de francs guinéens. Cette cérémonie était placée sous l’égide du premier ministre et a connu la présence des membres du gouvernement et des opérateurs économiques.

Le plan de relance Économique (Pré) a pour objectif de stimuler l’activité économique en contribuant à la transformation structurelle de l’économie guinéenne. «  L’événement qui nous réunis  aujourd’hui marque un point de départ pour insuffler  à l’économie guinéenne une nouvelle dynamique  qui  ressemblera les difficultés aux quelles  la population  fait face  au regard du contexte international avec le passage d’un indice capital à un indice national. Les prévisions  de l’inflation pourrait être revues à la baisse» s’est-il réjoui Moussa Cissé, ministre de l’Economie et des Finances.

Ce plan tire son fondament du conseil des ministres du 13 janvier 2022 qui a instruit sa mise en place. Moussa Cissé parle de ses impacts positifs sur les populations à la base. « En terme d’impact  social le plan de relance pourrait être un excellent pour lutter contre la pauvreté. En créant  des emplois  dès  sa première  mise en œuvre et avoir un effort  multiplicatrice  sur les emplois  et la valeur », a-t-il lancé.

Ensuite, le ministre de l’Economie soutient que la balance commerciale sera positive.

 « Il convient de signaler que le pré est  dynamique  et vise à adopter l’évolution d’une conjoncture  économique. Il comporte 20 projets et 18 mesures d’amélioration des affaires  avec un coût globalement estimé à 3milles 127 milliard GNF dont 2007 milliard GNF consacrés au  volet relance par la demande et le reste pour le volet relance par l’offre » affirme-t-il.

Le volet budgétaire repose sur l’utilisation efficace des fonds disponibles et la gestion appropriée du système d’investissements. Pour se faire, l’Etat doit assurer une bonne performance et une bonne équité dans sa stratégie de relance économique.

Amara Simba Sylla pour soleilfmguinee.net

Actualités Guinée Politique

Guinée-Politique: la troïka devient quatuor

Razakou Moussa

Les morceaux du quatuor se récolent petit à petit. Après le départ de la CORED dirigée par Mamadou Sylla, le quatuor est devenu troïka. Une nouvelle coalition politique qui a les mêmes aspirations que l’ANAD, le FNDC politique, le Rpg arc-en-ciel et alliés rejoint le mouvement. Le Forum des Forces Politiques (FFP) dont le coordinateur est Boubacar Diallo, président du Parti pour la Paix et le Développement (PPD) a annoncé officiellement son adhésion aux idéaux de l’inter-coalition ce vendredi au QG de l’Union des Forces démocratiques de Guinée.

 «Je vous annonce que notre inter-coalition a connu l’adhésion d’une nouvelle coalition. Le Forum des Forces politiques  (FFP), qui ramène le nombre à  quatre (4) On a désormais le quatuor. En même temps l’ANAD a connu l’adhésion d’une nouvelle formation politique. Il s’agit du Parti des Ecologistes de Guinée (PEG). Voici les deux informations à porter  à votre connaissance », a déclaré en substance Jochim Baba Milimouno, responsable de la Communication de l’UFDG, membre de l’ANAD.

Mamadou Dian Diallo pour Soleilfmguinee.net

Actualités Guinée Politique

Rencontre Troïka-Embalo: Abdoulaye Kourouma, président du RRD y voit un rappel à l’ordre

Razakou Moussa

Le président de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO a reçu  ce lundi une délégation des acteurs sociopolitiques qui  n’ont pas participé aux travaux du cadre de dialogue inter-guinéen. Selon Abdoulaye Kourouma, président du Rassemblement pour la Renaissance et le Développement (RRD), cette rencontre constitue un rappel à l’ordre.

« On ne peut pas parler de la crédibilité, on ne peut pas parler du sérieux de l’organisation d’élection, de dialogue sans la participation des ces partis qui représentent ou qui incarnent (…) Jusqu’à 95 % de l’électorat… Même quand c’est organisé, eux même doutent de la crédibilité », a estimé l’acteur politique.

Des démarches sont en cours avec le forum des forces sociales pour que les autres partis politiques et plateformes de la société civile qui n’étaient pas représentés à cette rencontre soient aussi  consultés, a conclu Abdoulaye Kourouma.

Fatoumata Keita pour soleilfmguinee.net

Actualités Guinée Politique

Limitation d’âge à la présidentielle: Le parti de Sidya Touré pense qu’aucune considération ne doit écarter un candidat

Razakou Moussa

L’une des résolutions issues  des travaux  du rapport du dialogue inter-guinéen rendu public ce mercredi concerne la limite d’âge des candidats à l’élection présidentielle de 35 à 75 ans. Une proposition rejetée par l’Union des Forces républicaines, dirigée par Sidya Touré.  Le responsable de la communication digitale de l’UFR pense que la question  d’âge ne doit en aucun exclure un candidat aux échéances électorales en Guinée.

« Si un âge déjà  est observé qu’est ce que cela voudrait  dire. Je pense tout simplement qu’ils ont entrain de  tordre le cou à la démocratie. De faite même de penser qu’on doit interdire à une personne qui serait en âge avancé de ne pas être candidat  on tord le coup à ses droits fondamentaux» s’indigne Fodé Baldé.

Dans une démocratie aucune considération ne doit écarter un candidat à la course pour la présidentielle soutient ce proche de l’ancien premier ministre. « Je pense que dans toutes les démocraties, même les  plus  bananières, le seul critère par lequel on peut  éliminer un individu  candidat ou une personne qui veut briguer un poste électif c’est le rapport des médecins assermentés à travers un rapport médical qui atteste qu’il n’est pas en capacité d’assumer cette fonction là, il peut être disqualifié », a-t-il laissé entendre.

Lors de son discours à la cérémonie de remise, le premier ministre  a dit que ledit  rapport constituera le guide pour le cadre de dialogue durant   la transition. Pour Fodé Baldé la troïka dont l’UFR est membre n’est pas concernée.

Amara Simba pour Soleilfmguinee.net

Actualités Guinée Politique

Dialogue inclusif: le PM et les facilitatrices présentent les résolutions des travaux au Colonel Mamadi Doumbouya

Razakou Moussa

Le Premier ministre, Chef du gouvernement et les facilitatrices nationales ont présenté ce mercredi au président de la transition les résolutions  des travaux du Cadre de dialogue inclusif inter-guinéen. Cette cérémonie de remise s’est déroulée au Palais Mohammed V, en présence des membres du gouvernement, des corps diplomatiques accrédités en Guinée et les acteurs sociopolitiques qui ont pris part à ces travaux.

« J’ai l’honneur  de prendre ici la parole  au nom de son excellence monsieur le président de la transition pour la remise du  rapport issu des discussions thématiques et les plénières du cadre de dialogue inclusif inter guinéen. Tenu le 24 novembre au 20 décembre 2022, ce rapport constituera un guide pour le cadre de dialogue tout au long de la transition » a-t-il expliqué Dr Bernard Goumou.

Au nom de ses collègues  facilitatrices, Docteure Makalé Traoré est revenue sur le déroulement des travaux du cadre de dialogue.

«  Trente-neuf (39) entités ont été rencontrées dont 25 politiques et 14 de la société civile. Trente-cinq ont accepté de venir au cadre, trois entités politiques et une faitière n’ont pas participé à ce dialogue, malgré 5 sollicitations. Les échange ont été libres, équilibrés, transparents, mais aussi passionnés en respectant l’intérêt des participants », a-t-elle restitué.

Bon nombre de participants à la  remise de ce rapport, estiment que  c’est une première que ce genre d’initiative soit une réalité en Guinée. C’est pourquoi,  ils  demandent aux acteurs réticents de prendre le train en marche.

Amara Simba pour Soleilfmguinee.net