Soleil FM

Soleil FM : Guinée Politique

Toute l’actualité sur le sujet Politique. Consultez l’ensemble des articles, …

Guinée Actus Guinée Politique

A la une Gle Mahawa Sylla nommée Gouverneure de Conakry

LINSAN

Dans le communiqué N° 13 du Comité national du rassemblement et du développement (CNRD), rendu public à la télévision nationale ce 10 septembre, le chef de la junte, le colonel Mamady Doumbouya a nommé la générale de brigade Mahawa Sylla, l’unique femme générale de l’armée guinéenne au poste de gouverneure de la zone spéciale de Conakry.

Dame Mahawa Sylla remplace ainsi le général de division Mathurin Bangoura.

La nouvelle gouverneure de la capitale a été élevée au grade de général de brigade il y a deux ans à l’occasion de la commémoration de la fête internationale des femmes par le président déchu Alpha Condé.

L’officier général Mahawa Sylla à fréquenté l’une des écoles de guerre de la Chine. Elle a aussi servi au sein de la Minuci, ces forces internationales d’interposition qui ont été déployées par  les Nations Unies en Côte d’Ivoire pendant la rébellion de 2002.

Elle a assumé dans  le comité national de la défense, les fonctions de secrétaire générale.

LAMINE LINSAN

Guinée Actus Guinée Politique

A la une CAST Guinée demande aux putschistes de sauvegarder l’unité nationale

LINSAN

Le collectif des acteurs sociaux pour une transition apaisée et réussie (CAST Guinée), a fait une déclaration ce jeudi 9septembre 2021, à la maison de la presse de Kipé, dans la commune de Ratoma/Conakry. Dans cette déclaration le collectif demande au comité national du rassemblement et du développement de sauvegarder l’unité nationale et de maintenir  la paix en Guinée.

Déclaration intégrale ci-dessous.

Déclaration :

Nous avons observé avec beaucoup d’intérêts et d’attention, les évènements  survenus le 05 Septembre 2021 en République de Guinée, qui a mis fin au régime du Prof. Alpha CONDE et a conduit à la dissolution du gouvernement et de l’Assemblée Nationale, la suspension de la constitution qui ouvre une nouvelle ère de transition en Guinée.

C’est dans cette optique, nous acteurs sociaux avions jugé de mettre en place une synergie d’actions concertées auprès des organisations sociales afin de faire des propositions concrètes aux différents acteurs de la vie nationale.

En se basant sur notre rôle de veille et d’alerte, nous lançons un appel solennel :

  1. Au Comité national de rassemblement et de développement :
  2. D’ouvrir un cadre d’échange et de consultation inclusive de tous les acteurs sur le plan national ;
  3. De s’abstenir à tout esprit malveillant des mouvements de soutien ;
  4. De proposer des nouvelles orientations de développement ;
  5. Continuer la défense de l’intégrité du territoire national ;
  6. Prôner la paix et l’unité nationale ;
  7. Faire de la justice la boussole du développement ;
  8. Continuer à assurer la protection des citoyens et leurs biens ;
  9. Continuer à assurer l’intégrité physique et morale du Prof Alpha CONDE ;
  10. Aux leaders politiques :
  11. De faire preuve de maturité et d’esprit patriotique ;
  12. De s’abstenir de tout propos de division, de vat en guerre, de régionalisme et de communautarisme ;
  13. De sensibiliser leurs militants à la retenue ;
  14. Aux acteurs de la société civile :
  15. A l’unité d’action ;
  16. A la vigilance et à la promotion du civisme ;
  17. De s’abstenir de tout esprit de divisionnisme ;
  18. De continuer à défendre l’intérêt général ;
  19. Aux coordinations régionales :
  20. De promouvoir l’unité nationale et la paix dans le pays ;
  21. De s’abstenir de toutes considérations ethniques et communautaires ;
  22. A la population :
  23. De s’abstenir de tout mouvement de propagande ;
  24. D’être serein et vigilent ;
  25. De promouvoir la cohabitation pacifique.

Le collectif des acteurs sociaux pour une transition apaisée et réussie (CAST-GUINEE) soucieux de la paix et de la quiétude sociale dans le pays , reste ouvert et disponible à tout dialogue et actions allant dans le sens de l’unité, la paix et la solidarité pour une Guinée uni et

Vive la paix et l’unité nationale

Vive la république

Que Dieu bénisse la Guinée et les Guinéens.

AMARA SIMBA SYLLA

Guinée Actus Guinée Politique

A la une Guinée : tête-à-tête entre nouvelles autorités et anciens dignitaires

LINSAN

Après son discours tenu au chapiteau du palais du peuple ce 6 septembre, le colonel Mamady Doumbouya a eu un entretien avec les anciens ministres et présidents des institutions républicaines. Au cours de la rencontre, selon nos sources, le patron du Comité national de rassemblement et du développement (CNRD) a demandé le soutien de ces anciens dignitaires du régime d’Alpha Condé.

Quand le désormais ancien Premier ministre a pris la parole, il a demandé à ce que les militaires réservent à Alpha Condé un traitement physique et moral conformément à son statut, vu que c’est un Président de la République, puis un personnage âgé.

Quant à Amadou Damaro Camara, il a fait savoir au colonel Doumbouya que les institutions ont des statuts différents des ministères. Il lui a demandé de tenir compte de ce facteur.

Amara Somparé a quand à lui parlé des cas de vandalisme enregistrés dans le ministère de la Communication et de l’Information et aux médias publics situés dans les environs, notamment la Radio rurale, le journal Horoya.

Pour sa part, le président de la Commission électorale nationale (CENI) a fait savoir que des individus s’étaient rendus au siège de l’institution pensant y trouver de l’argent, puisque le Budget venait d’être adopté.

Comme l’avait dit Damaro, Hadja Rabiatou Diallo a rappelé au colonel Doumbouya que la Guinée dirige actuellement l’Union des conseils économiques et sociaux et institutions similaires des pays membres de la Francophonie (UCESIF). Ce qui signifie que si la dissolution de cette institution est maintenue, la Guinée perdrait non seulement la présidence de cette organisation internationale, mais aussi les avantages qu’elle pourrait en bénéficier, puisque la formation de nombreux jeunes guinéens est prévue au sein de l’UCESIF.

Le colonel Doumbouya a promis d’examiner le cas de Hadja Rabiatou Sérah Diallo, présidente du Conseil économique, social, culturel et environnemental (CESCE).

Il a ensuite fait savoir aux anciens dignitaires du régime Condé, qu’il ne toléra aucune action de sabotage contre le CNRD.

Les anciens ministres et présidents des institutions sont repartis avec leurs véhicules de service, mais ils doivent les déposer dès ce mardi 7 septembre 221 au niveau des Secrétaires généraux de leurs ministères, pour ce qui concerne les ministres.

Ils sont tous interdits de sortie du territoire national pendant la transition et ils doivent déposer leurs documents de voyage.

Guinée Actus Guinée Politique

Guinée/libération de détenus politiques : Alpha Amadou DS Bah se réjouit et se dit optimiste quand à la libération de AOB

LINSAN

La libération des détenus politiques a suscité des réactions chez certains activistes des droits l’homme. C’est le cas du vice-président de l’organisation guinéenne des droits de l’homme. Joint ce mercredi, par notre rédaction, maître Alpha Amadou DS Bah exprime sa satisfaction et se dit optimiste quant à la libération d’Alpha Ousmane Bah alias AOB.

La remise en liberté de près de 80 détenus politiques ce mardi, a attiré l’attention du vice président de l’organisation guinéenne des droits de l’homme-OGDH. Pour maitre Alpha Amadou DS Bah cette libération est un grand soulagement.

« C’est un grand soulagement d’apprendre que ces personnes la ont été libérés, puisque c’est quelques chose que nous réclamions  depuis plusieurs mois. Malheureusement ni a la justice, ni au niveau politique nous n’avons obtenu gain de cause. Donc c’est vraiment un grand signal et un vrai remerciement pour les autorités actuelles  d’avoir penser a libérer ces personnes, arrêtées et détenues illégalement  a la maison centrale », s’est t-il réjouit.

Pour le cas d’Alpha Ousmane Bah, alias AOB, cet activiste des droits de l’homme ne cache pas son optimisme quant a sa remise en liberté.

«Mais j’imagine que pour le commandant AOB si c’est lui-même il a été arrêté  suite a un coup d’état qui aurait été perpétré au domicile d’Alpha Condé en 2011, oui bien sûr pour AOB je pense qu’il est fort possible qu’il soit libéré », a-t-il espéré.

Il demande aux nouvelles autorités de poser des actes allant dans le sens de la démocratie et au peuple d’être vigilant, a conclu notre interlocuteur.

ELISABETH DIETLIN

Guinée Actus Guinée Politique

Coup d’Etat en Guinée/ SYN.CE.RE regrette l’obstination de la gouvernance déchue en même temps que la reprise du pouvoir par l’armée

LINSAN

La synergie des organisations de la société civile pour la prévention des conflits électoraux et ses partenaires  ont fait une déclaration ce mardi, au siège d’IFES à Taouyah dans la commune de Ratoma. Dans cette déclaration ils demandent au  CNRD  à multiplier les efforts pour le rassemblement des guinéens et  le respect des droits de l’homme.

Déclaration

Nous, organisations de la société civile membres et partenaires de la Synergie SYN.CE.RE suivons avec beaucoup d’intérêts et espoirs, mais non sans préoccupations, l’évolution de la situation de prise de pouvoir par l’armée depuis la matinée du 05 septembre 2021  à travers des séries de communiqués  et de déclarations.

Fidèles à notre mission, ainsi engagées depuis l’élection présidentielle du 18 octobre 2020, à œuvrer inlassablement pour la prévention et la gestion des conflits, notamment électoraux et la promotion de la bonne gouvernance par un dialogue inclusif et structuré ;

Regrettant l’obstination de la gouvernance déchue à diligenter un dialogue inclusif  et participatif pour la gestion de la crise post-électorale et l’amélioration de la gouvernance, en dépit des nombreuses démarches et propositions concrètes à cet effet;

Constatons avec regret le retour de l’armée au pouvoir favorisé par les élites du pays, après plusieurs années de sacrifices et d’engagements pour l’instauration d’une démocratie véritable ;

Tirant les leçons des nombreux rendez-vous ratés avec des discours de prise de pouvoir qui se sont soldés par la déception pour le vaillant peuple de Guinée ;

Considérant les premiers discours et actes administratifs posés de façon salutaire dans une certaine mesure, avec une forte adhésion circonstancielle exprimée ou non des différentes catégories sociopolitiques du pays ;

Observant avec vigilance les ralliements prétentieux et calculés sur fond d’intérêts et d’agendas politiciens ;

Connaissant le niveau de manipulation de l’opinion publique très poussée sur des fonds de subjectivité et à élan ethno communautaire par certains acteurs sociopolitiques ;

Vu la fébrilité économique et financière de la majorité écrasante de la population dues à la corruption et l’impunité, avec des risques élevés d’instabilités à l’interne et à nos frontières ;

Vu les échecs répétitifsde la communauté internationale à coordonner les efforts pour faire face à ces genres de situations dans la sous-région, en Afrique et de par le monde ; 

Nous, organisations de la  société civile guinéenne, à travers la Synergie SYN.CE.RE et ses organisations partenaires, invitons :

  1. Les nouvelles autorités à:

Continuer leur élan de rassemblement des guinéens dans le respect des droits humains et les principes démocratiques aussi bien dans le discours que par les actes ;

Considérer l’adhésion des populations à leur prise du pouvoir comme une circonstance atténuante et une dernière chance que leur offre l’histoire de notre patrimoine commun, mais non une opportunité d’enrichissement comme observé par le passé ;

Engager de façon incessante des consultations inclusives avec l’ensemble des catégories sociopolitiques du pays et les partenaires pour définir la feuille de route de la transition;

Etre vigilantes face aux ralliements à relent démagogique et politicien;

Faire bénéficier  le peuple d’une justice indépendante et efficace pendant cette période de transition comme un levier de jalons d’un Etat de droits ; 

  • La classe politique

De mettre fin pour une fois, aux combines sur fonds d’appétits égoïstes visant à instrumentaliser les différents rendez-vous de la République avec son histoire ;

D’éviter de construire des opinions publiques sectaires ou orientées contre l’intérêt de la nation pour des intérêts pécuniaires ou bassement partisan;

  • La Société civile et les lobbyings médiatiques à :

Evaluer les impacts des déclarations et émissions à grande écoute sur la vie de la nation pour ainsi s’affranchir des agendas politiques et la course au luxe;

Etre vigilants contre toute tentative d’abus de pouvoir ou de détournement de la transition contre la République ;

  •  La communauté internationale à travers la CEDEAO, l’UA et l’ONU

A restaurer son image et se réinventer à partir de cette situation guinéenne, ainsi considérer la transition comme une feuille de route à exécuter et non une course contre la montre au nom des agendas improductifs.

Vive l’unité nationale,

Vive la démocratie,

Vive le bien être pour toutes les guinéennes et tous les guinéens.

Vive la coopération internationale 

AMARA SIMBA SYLLA

Guinée Actus Guinée Politique

A la une Putsch en Guinée : voici les premières décisions du CNRD

LINSAN

Le nouvel homme fort de la Guinée, le Lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, à la tête du Comité national de rassemblement et du développement (CNRD) vient de prendre de nouvelles décisions, suite à un putsch ce dimanche 4 septembre 2021.

Les ministres et présidents des institutions républicaines dissoutes sont tous conviés à une rencontre au Palais du peuple à partir de 11H ce lundi du 6 septembre 2021. Tout absent à cette rencontre sera considéré comme ‘’rebelle’’ contre de la nouvelle équipe dirigeante selon le communiqué.

« Les ministres sortants et les anciens présidents des institutions sont conviés à une rencontre demain à 11 heures au Palais du peuple. Tout refus de se présenter sera considéré comme une rébellion contre le CRND », indique le communiqué lu sur la télévision national ce dimanche 4 septembre 2021, dans le journal de 20H 30’.

Les désormais anciens ministres sont remplacés par les secrétaires généraux, gouverneurs, préfets et sous-préfets sont respectivement remplacés par les commandants de région, et les commandants d’unité. Et le couvre-feu est instauré à partir de 20 heures dorénavant.

« A partir de ce jour, les Secrétaires généraux de tous les départements ministériels assureront la continuité des charges courantes. Les gouverneurs de régions sont remplacés par les commandants de région. Les sous-préfets et les préfets par les commandants d’unités de leurs localités », annonce le Comité National du Rassemblement et du Développement (CNRD).

Dans la même foulée, il est demandé à toutes les unités (militaires) d’éviter les mouvements vers Conakry.

En outre, le communiqué invite les fonctionnaires à reprendre leurs activités ce lundi 6 septembre 2021 et rassure les citoyens quant aux mesures de sécurités.

Affaire à suivre.

Guinée Actus Guinée Politique

A la une Coup d’Etat en Guinée, un lieutenant-colonel prend le pouvoir

LINSAN

Le discours de prise de pouvoir par le commandant des forces spéciales a été diffusé sur les réseaux sociaux ce dimanche 4 septembre 2021dans la matinée. Sur la vidéo, le Lieutenant-colonel Mamady Doumbouya annonce la suspension de la constitution, la dissolution du parlement et du gouvernement.

Par la même occasion, le nouvel homme fort de la Guinée a confirmé les images qui avaient fait le tour des réseaux sociaux, image qui faisait état de l’arrestation du Président déchu Pr Alpha Condé.

C’est à partir de 14heures à Conakry et en temps universel que le Lieutenant-colonel Mamady Doumbouya est apparu à la télévision nationale (RTG), entouré de ses frères d’armes lourdement armés.

Il a réitéré la prise du pouvoir devant les caméras de ce média d’Etat. Il a en substance dénoncé la mauvaise gouvernance et d’inféodation des intuitions et organes de l’Etat.

« L’instrumentalisation de la Justice, le piétinement des droits des citoyens, l’irrespect des principes démocratiques, la politisation à outrance de l’Administration, la gabegie financière, la pauvreté et la corruption endémique ont amené l’armée guinéenne à travers le Comité national du rassemblement et de développement à prendre ses responsabilité vis-à-vis du peule souverain de Guinée dans sa totalité. Nous avons décidé à partir de l’instant de dissoudre la constitution,… Nous allons dissoudre les institutions, le gouvernement est dissout », s’est adressé aux peuple de Guinée Lieutenant-colonel Mamady Doumbouya.

Le putschiste a par ailleurs annoncé la fermeture des frontières terrestres et invité tous les corps armés à se mettre du côté du peuple, afin d’honorer les devanciers qui ont trouvé la mort pour la dignité et l’honneur de ce peuple.

Guinée Actus Guinée Politique

A la une ‘’Le mandat d’arrêt contre Sékou Koundouno n’aboutira jamais’’ dixit Alpha Amadou DS Bah

LINSAN

Le mandat d’arrêt international décerné fin mai 2021 contre l’administrateur de balaie citoyen, Sékou Koudounou n’a aucune chance d’aboutir. C’est en tout cas ce qu’a laissé entendre le vice-président de l’Organisation Guinéenne des Droits de l’Homme dans un entretien accordé à notre rédaction ce samedi 28 août 2021. Selon Maître Alpha Amadou DS Bah, il serait mieux de se consacrer au dossier des détenus politiques dans les geôles guinéen au lieu de courir après celui qui se bat pour une cause juste.

Emettre un mandat d’arrêt international contre Sékou Koundouno, responsable des stratégies et de la planification du FNDC est une décision qui a peu de chance d’aboutir selon le vice-président de l’organisation guinéenne des droits de l’homme, OGDH. Alpha Amadou DS Bah affirme que ceci n’est qu’un acharnement.

« Ce mandat n’a aucune chance d’être exécuté, au contraire il va renforcer l’idée selon laquelle le gouvernement guinéen est entrain de s’acharner contre les opposants politiques. Et quand il y a acharnement, ce genre de mandat ne va jamais être exécuté par un pays respectueux des droits de l’homme. Pour qu’un mandat soit exécuté, il faudrait que des garanties suffisantes soient accordées à la personne  pour l’extrader dans son pays », a-t-il dénoncé.

En plus, Me Alpha Amadou DS Bah pense que la détention prolongée des opposants en Guinée réduit toutes les chances de réussite de ce mandat.

« A partir du moment où il y a des problèmes par rapport à la tenue du procès pour les personnes qui sont déjà incarcérées dont les motifs d’incarcération pause question, je pense que ce mandat n’a pratiquement pas de chance d’être exécuté. A supposé qu’il soit exécuté et que Koundouno n’est pas droit à un procès juste et équitable ? », S’est il interrogé.

Par ailleurs, cet avocat dénonce les pratiques de deux poids deux mesures dans les décisions de la justice guinéenne. Le laxisme de l’Etat dans le dossier Ousmane Gnéloye est un bel exemple.

« Il y a un deux poids deux mesures parce que le procès concernant Gnéloye par exemple. Il a été condamné par un tribunal qui a décerné un mandat d’arrêt contre lui, malheureusement ce mandat  n’a jamais été exécuté parce qu’il a une proximité avérer avec certains membres du  gouvernement. La justice est entrain de se décrédibiliser. On ne peut pas dire qu’on a pas retrouvé le monsieur qui se pavane à longueur de journée dans les rues de Conakry », a-t-il martelé.

Comme d’autres opposants au troisième mandat d’Alpha Condé, Sékou Koundouno est poursuivi pour association de malfaiteurs, incendies volontaires, la dévastation, le pillage, participation à un mouvement insurrectionnel pour ne citer ceux-ci.

FATOUMATA KEITA

Guinée Actus Guinée Politique

A la une Se faire vacciner de doit pas être obligatoire, estime Dr Ibrahima Sory Diallo

LINSAN

Pour stopper la propagation de la COVID-19 à travers son variant Delta en Guinée, les autorités sanitaires ont décidé de rendre obligatoire la vaccination à partir de mi-septembre. Pour Dr Ibrahima Sory Diallo, député à l’Assemblée nationale, la vaccination doit se faire sur l’honneur avec l’engagement individuel de chaque citoyen. A recueilli la reporter de soelilfmguinee.net Fatmé Jaffar.

Avec la présence du variant Delta du Coronavirus sur le sol guinéen et qui se déplace à une vitesse supersonique, les autorités sanitaires du pays veulent limiter sa propagation en rendant la vaccination obligatoire d’ici la première quinzaine du mois de septembre 2021. Selon le député et médecin le Docteur Ibrahima Sory Diallo, chaque citoyen doit être libre de se faire vacciner ou non.

« Cette histoire de vaccination obligatoire est devenue un problème, chaque patient ou citoyen est libre de se faire vacciner ou non. Parce que la vaccination doit se faire sur l’honneur avec l’engagement individuel de chaque citoyen » insiste-il.

Pour cet élu du peuple, les autorités doivent passer par le parlement avant de rendre obligatoire la vaccination.

« Les autorités devraient d’abord chercher à passer par le parlement, parce qu’on ne peut pas engager le peuple sans son avis. Parce que le vaccin n’est pas obligatoire c’est un engagement personnel », note le médecin.   

Si un citoyen refuse de se faire vacciner, il représente un danger pour le public, dit le leader de la formation politique ADC-BOC.

« Votre refus de se faire vacciner, peut entrainer un danger pour la santé publique. Vous pouvez faire deux choses, vous vous isolez, vous quittez le mieux public ou bien vous vous êtes vaccinés. Parce que lorsque vous le faites, vous vous êtes engagés, en cas d’allergie vous êtes responsable », précise Dr Ibrahima Sory Diallo.  

Tout de même Dr. Ibrahima Sory Diallo précise qu’avant de prendre le vaccin, il faut connaître son état de santé.

« Il faut essayer de faire certains examens avant de vous engager dans le vaccin, c’est le virus même qu’on met dans votre corps, si un jour vous contractez la maladie pour que vous soyez sauver. Donc  y a pas d’autre moyen d’éviter les effets secondaires que de connaitre son état de santé ».

Il reste à savoir, si la population guinéenne comprendra la nécessité de se faire vacciner contre le Coronavirus à travers son virulent variant Delta.

FATME JAFFAR

Guinée Actus Guinée Politique

A la une Parlement guinéen : Baadiko rappelle à l’ordre ses pairs qui réclament des primes

LINSAN

Grogne à l’Assemblée nationale de la République de Guinée. Depuis quelques temps, des voix se lèvent dans l’institution dirigée par Honorable Amadou Damaro Camra pour réclamer des primes liée la session parlementaire. Selon nos informations, les députés de la neuvième législature ont passé trois mois sans être en possession de leur prime d’entretien. Joint ce lundi 15 août 2021, Honorable Mamadou Baadiko Bah a inivité ses collègues à se ressaisire, car ils ne sont pas les plus malheureux.

En vacances parmementaires dans sa ville nationale, Honorable Baadiko Bah suit de près les nouvelles de la 9ème législature dont-il est membre. Ce parlementaire ainsi que l’ensemble de ses pairs sont privés des leurs primes d’eau, d’électricité, de carburant depuis trois mois.

Pour lui, tous ces bruits sont les conséquences d’une mauvaise gestion.

« C’est une situation anormale, puisse que c’est un bien et non un cadeau qu’on fait aux députés. Ça aurait due être payée. Mais dès l’instant où nous sommes tous dans le pays, nous savons qu’il y’a des difficultés de trésorie. L’Etat avec sa mauvaise gestion est rentré dans les difficultés de trésorie avec les détournements, la corruption on est rattrapé », trouve-t-il.

Certes, cette revendication est un droit, mais ce député estime qu’actuellement le peuple souffre plus que les parlementaires.

«  Je veux dire que c’est difficile, mais les députés ne sont certainement pas ceux qui souffrent le plus. Aujourd’hui dans ce pays, il y a des milliers de jeunes qui ne peuvent pas faire face à leurs besoins élémentaires en matière de nourriture, de santé,… et même vous voyez l’explosion du prix du transport. Donc ça ne me parrait pas convénable que les députés se mettent en avant pour se lamenter », a-t-il recadré.

Selon nos sources, le ministre du budget qui doit procéder au paiement de ces primes trimestrielles n’a pas encore débloqué cet argent pour mettre à la disposition du parlement.

SAMUEL DEMBA DUOLAMOU