Soleil FM

Soleil FM : Guinée Politique

Toute l’actualité sur le sujet Politique. Consultez l’ensemble des articles, …

Guinée Actus Guinée Politique

A la une La coupe du bois interdite en Guinée, un chroniqueur scientifique avertit

Linsan

L’interdiction de la coupe du bois et son transport sur toute l’étendue du territoire national est entrée en vigueur ce lundi. Cette interdiction fait suite à un communiqué du Ministre de l’environnement des eaux et forets rendu public ce week-end. A ce propos le chroniqueur scientifique, Aboubacar Camara a pour sa part salué l’impact environnemental de cette décision avant d’énumérer les conséquences qu’elle pourrait causer sur l’économie du pays.

C’est dans le cadre de la protection de l’environnement que le gouvernement guinéen a interdit la coupe et le transport du bois. Pour Aboubacar Camara, chroniqueur scientifique, cette décision est une belle initiative si elle est suivie.

« La décision, moi je trouve salutaire. Ça rentre dans le cadre de la protection de l’environnement. Si on autorise la coupe abusive du bois, l’environnement va être impacté. Et quand l’environnement est impacté, c’est notre santé même qui va être touchée », a-t-il prévenu.

Bien que salutaire, cette décision du Ministre Mohamed Oyé Béavogui n’est pas sans conséquence a souligné notre interlocuteur.

«Les dégâts c’est sur l’économie de la Guinée, donc fermer ça, nous ne pourrons pas faire de maison, nous ne pourrons pas faire de pont, il y a des ouvrages que nous ne pourrons pas faire sans le bois. Si vous dites qu’on ne coupe plus le bois, avec la paupérisation des guinéens, y a des familles qui ne vivent que de ça.  Et n’oubliez pas que le bois c’est l’or vert, donc ça rapporte beaucoup d’argent », a-t-il souligné.

Aboubacar Camara opte le suivi et la réglementation du domaine.

« Il faut réglementer. Il faut permettre la coupe pas abusive, mais  une exploitation rationnelle du bois pour que ceux qui doivent couper soient bien contrôler, bien suivi pour ne pas qu’ils fassent une exploitation illicite. Que ce soit utilisé en Guinée ici pour l’économie guinéenne », a-t-il conclu.

A rappeler que cette interdiction de la coupe et le transport du bois sur toute l’étendue du territoire national est rentré en vigueur à partir de ce lundi 14 juin 2021.

FATOUMATA KEITA

Guinée Actus Guinée Politique

A la une Guinée/politique: des frustrés du RPG menacent d’investir la rue

Linsan

Le collectif des frustrés du RPG s’engage dans un bras de fer avec les responsables du parti au pouvoir dès la première quinzaine du mois de juillet. Selon le chargé à la communication du dit collectif, les démarches sont en cour afin de rencontrer le président Alpha condé. Cependant s’ils ne parviennent pas à leur objectif, ces oubliés de la mouvance vont investir la rue pour se faire entendre par le président de la République.

Depuis sa création il y a quelques mois, le collectif des frustrés du RPG arc-en-ciel peine à faire valoir leur revendication auprès du président Alpha Condé. Selon le chargé de la communication du dit collectif, s’ils ne rencontrent pas le président dans quelques semaines, ils descendront dans la rue. AbdoulayeKader Camara.

« Depuis la création du parti, l’unique raison qu’on ne cesse de revendiquer c’est de rencontrer le président de la République et tant que ce but là n’est pas atteint, on prétend manifester à partir de la première quinzaine du mois de juillet », a- t -martelé.

Selon Abdoulaye Kader Camara, tous ce qu’ils veulent c’est de rencontrer le président de la république pour lui présenter les 12 points de leur revendication.

« Y a de cela deux ou trois mois nous avions tenus une conférence à la maison de la presse de Conakry.  À l’issu de la conférence, on avait dressé un mémorandum qui avait en son sein douze points revendicatif qui devait être pris en compte. Et si nous rencontrons le président de la république, on fera cas de ces douze points afin que nous puissions entrer en possession de nos droits… », a déclaré le chargé responsable de communication du collectif.

A en croire aux propos du chargé à la communication du collectif, s’ils peinent encore dans leur démarche, c’est parce qu’il y aurait des mains noires dans ce dossier.

« On fait de notre mieux, on ménage pas mal d’efforts dans ce sens et vue maintenant qu’on nous met les battons dans les roues, il va falloir que nous nous faisons entendre d’une autre manière », a affirmé.

Le but de ce collectif est de défendre les personnes laissées pour compte et qui se sont battues pour l’avenir du parti afin qu’elles puissent être rétablit dans leur droit, à conclut Abdoulaye Camara, chargé à la communication du collectif des frustrés du RPG.

FATOUMATA KEITA

Guinée Actus Guinée Politique

Assemblée nationale : l’Ambassadeur d’Iran chez Damaro pour remettre une lettre d’invitation

Linsan

Après l’Ambassadeur d’Israël le mardi 8 juin 2021, le Président de l’Assemblée nationale a reçu en audience celui de la République islamique d’Iran ce mercredi 9 juin 2021 dans la salle des actes du palais du peuple.

Les échanges entre ces deux hommes ont porté sur le renforcement des coopérations entre ces deux Etats. A cette occasion, le deuxième vice-président du parlement guinéen a reçu l’invitation de représenter la Guinée aux éventuels échanges entre ces deux Etats. 

Au sortir de la salle des actes, le diplomate iranien s’est exprimé au micro soleilfmguinee.net.

« Ces deux pays croient qu’ils peuvent bénéficier à travers leur coopération, développer leur relation d’amitié ancienne.  La République islamique d’Iran est prête à mettre en disposition ses acquis et expériences. Alors nous voulons que ces relations se développent surtout à partir de cette rencontre d’aujourd’hui », a exprimé Mohammad Hossein.

Après avoir touché en revue leur coopération, ils ont aussi parlé de d’autres secteurs qui feront l’objet des prochaines rencontres.

L’occasion était de mise pour Honorable Fodé Soumah deuxième vice-président de l’Assemblée nationale de faire de son invitation prochaine.

« A cette occasion, ces deux autorités ont fait le tour d’horizon des activités qui existent déjà entre ces deux pays. Mais également ils ont ouvert d’autres créneaux pour les départements qui n’ont pas eu encore la chance de travailler avec la République d’Iran. Sinon dans l’ensemble, tous les départements nationaux intéressent la coopération iranienne. C’est à ce titre-là, une invitation a été faite. J’ai donc le plaisir de vous annoncer que j’ai été choisi en tant que Président des groupes d’amitié pour prendre part à ces discussions qui auront lieu, et ici au niveau des départements ministériels et en Iran avec les autorités iraniennes », a précisé Honorable Fodé Soumah.

Pour boucler ces visites diplomatiques, le Président de l’Assemblée nationale Amadou Damaro Camara recevra en audience ce jeudi 10 juin 2021, la délégation de l’Union européenne au palais du peuple.

SAMUEL DEMBA DUOALMOU

Guinée Actus Guinée Politique

Sanctions économiques contre la Guinée, Plaidoiries

Linsan

Les sanctions économiques constituent un risque considérable pour la Guinée. Depuis le 21 mai 2021, l’Union Européenne a pris des sanctions contre quelques individus impliqués dans le massacre du 28 septembre 2009. Au-delà de ces sanctions, figurent des sanctions économiques que risque de connaître la Guinée toute entière.

C’est dans ce contexte que le député français Sébastian Nadot a alerté l’U.E. sur les risques de ces sanctions. Il sollicite des sanctions économiques ciblées contre les présumés auteurs de ce massacre.

Ce mercredi 9 juin 2021, la rédaction de soleilfmguinee.net a fait réagir le Président du Forum Civil guinéen, à cette demande de Sébastian Nadot.

A propos, Ibrahima Balaya Diallo soutient l’idée de l’élu français et propose des solutions pour éviter toute sorte de sanction contre la Guinée.

Après le massacre du 28 septembre 2009, les familles des victimes continuent de réclamer justice. C’est dans ce cadre que des sanctions ciblées ont été prises par l’Union Européenne. Au-delà de ces sanctions, les euros-députés envisagent des sanctions économiques contre la Guinée.

Mais un des élus français a alerté sur les risques que prendrait l’Union Européenne en infligeant des sanctions économiques contre le pays tout entier. Suite à cette plaidoirie, le Président du forum civil guinéen soutient la même cause et qualifie de dangereuses ces types de sanctions.

 « C’est vrai que ça serait très dangereux de punir tout un pays, parce que y a une sorte de mauvaise gouvernance, je crois que la manière qui avait été proposée par le parlementaire français est une très bonne chose de cibler les gens qui sont à peu près responsables de tous ces mélimélos », a  souhaité Ibrahima balaya Diallo. 

L’activiste de la société civile guinéenne exige à ce qu’on ait des solutions pour éviter de telles sanctions désormais. Personnellement Ibrahima Balaya Diallo propose la restauration du dialogue politique. 

« Je crois qu’il faut restaurer la liberté d’expression, il faut renouer le dialogue entre les partis politiques, parce que tout est rompu, car, malheureusement qu’aujourd’hui y a un silence total, personne n’en parle. Peut-être que maintenant ces sanctions ciblées vont dissuader», recommande t-il.

Les euros-députés doivent examiner le renouvellement de ces sanctions en septembre 2021.

FATOUMATA NIMAGA

Guinée Actus Guinée Politique

Politique : Grenade a-t-il quitté l’esquif UFDG ?

Linsan

Le parti de l’Union des Forces Démocratique de Guinée a réagi ce lundi 7 juin 2021 aux propos tenus par Boubacar Diallo ‘’alias Grenade’’, qui affirme être abandonné par le parti de Mamadou Cellou Dalein Diallo. Joint ce lundi par notre rédaction soleilfmguinee.net, Dr Ben Youssouf Keïta déclare que ‘’Grenade’’ n’a jamais été abandonné par les cadres de l’UFDG.

Dans sa déclaration, Dr Ben Yousouf Keïta, membre du bureau politique national salue le courage de Boubacar Diallo ‘’alias Grenade’’ qui selon lui a été condamné à cause de son appartenance politique.

« Je commencerais d’abord à rendre un vibrant hommage à ce garçon. L’UFDG n’a jamais abandonnée monsieur Boubacar Diallo ‘’alias Grenade’’. Nous savons, c’est pour son militantisme dans les rangs de l’UFDG qu’il a été appréhendé. L’UFDG en ce que je sache depuis son arrestation n’a jamais délaissé. On lui y a toujours soutenu moralement et financièrement. La preuve, les avocats qui lui défendent sont engagés par l’UFDG », a précisé Dr Ben Youssouf Keïta.

Selon bon nombre d’observateurs, Boubacar Diallo ‘’allias Grenade’’ n’est plus militant de l’UFDG. Pour notre interlocuteur, ‘’Grenade’’ reste toujours militant du parti dirigé par Cellou Dalein Diallo.

« Moi, je n’ai pas vu sa lettre de démission en tant que membre de L’UFDG, vous savez en politique il y a trop de rumeurs, donc ce qui reste claire, il est toujours un membre de l’UFDG », a-t-il insisté.

Boubacar Diallo ‘’allias Grenade’’ a été condamné dans un procès en appel la semaine passée à dix ans de prison assortie d’une période de sûreté de cinq ans par la Cour d’appel de Conakry. 

FATOUMATA BAH

Actualités Guinée Politique

A la une Conakry : Adama Barrow en visite chez Alpha Condé, les deux inaugurent un centre dès après l’aéroport

Linsan

Après l’aéroport international de Gbessia-Conakry, où le Président guinéen est venu réceptionner son homologue gambien ce jeudi 3 juin 2021, ces chefs d’Etat se sont dirigés avec leurs protocoles à Kaporo, un quartier situé dans la banlieue de Conakry. Alpha Condé et son homologue ont mis l’occasion à profit pour inaugurer le centre de gestion des permis de conduire. Un projet piloté par le ministère des transports.

Satisfait de cette réalisation, le ministre des transports a d’abord salué l’entreprise en charge du projet avant de souligner l’importance accordée à ce permis.

« L’intérêt pour ce projet, c’est tout d’abord assurer la sécurité dans la circulation en République de Guinée. Et l’autre intérêt non des moindre c’est que ce permis est valable à l’international. Cette société a signé un accord qui permet aux guinéens détenteurs de ce permis de s’en servir partout où ils se trouvent dans le monde. Soit on échange avec le permis du pays ou on échange avec le permis guinéen. Aussi ça évite que les accidents ne se produisent parce que ce permis là ne se donne pas à n’importe qui », a expliqué Mohamed Keïta

En plus d’être authentique, ce document n’est pas falsifiable.  Pour son obtention, il faut préalablement passer par des tests.

« Il y’a ici des machines de dernière génération. Donc fini la fraude, c’est le permis de conduire biométrique qui va commencer en Guinée. Pour quelqu’un qui veut avoir un permis il faut passer dans une école et voir si la personne n’a pas une maladie incompatible avec la conduite. Et on t’examine si les cours théoriques et pratiques sont assimilés. C’est en ce moment seulement qu’on peut laisser la personne prendre un permis », a commenté Mômon Sacko, directeur du projet en charge.

Pour faire adhérer les citoyens à cette initiative, une campagne de sensibilisation est prévue dans les prochains jours à l’intérieur du pays, a indiqué Alhassane Kénéma, directeur général d’informafrik.

SAMUEL DEMBA DUOLAMOU    

Actualités Guinée Politique

Morcèlement des structures professionnelles : « l’Etat est à la base de cette division… », incrimine Moussa Samoura, un analyste politique

Linsan

Les structures socio-professionnelles vont de mal en pire en Guinée. Le constat révèle qu’elles sont toutes divisées. En réalité, ce sont les citoyens qui payent le prix de cette division.

Dans un entretien accordé à la rédaction soleilfmguinee.net ce jeudi 3 mai 221, Moussa Samoura, Analyste politique et chef de département à l’Université Mahatma Gandhi de Conakry déplore cet état de fait. Il accuse l’Etat d’être à la base de cette division entre les acteurs socio-professionnels.

Depuis maintenant plusieurs années les structures syndicales, les organisations de la société civiles et les acteurs politiques sont dans une division qui ne dit pas son nom. Et pour cause la lutte des intérêts égoïstes et la préférence du gouvernement pour avoir le contrôle sur ces structures socio-professionnelles. Moussa Samoura est un analyste politique et enseignant chercheur à Conakry.

« Dans un premier temps cela découle d’une crise de confiance entre les acteurs. Et la seconde cause est la lutte des intérêts, aujourd’hui mise en avant par la stratégie même du gouvernement à appliquer et à encourager cette politique. Comme on le dit plus ils sont divisés, plus ils n’auront pas le contrôle sur la politique gouvernementale » a-t-il regretté.

Pour cet analyste politique, ces acteurs socio-professionnels doivent se battre pour le bien-être des travailleurs en particulier et des citoyens en général.

« Un militant de la société civile ou un militant du mouvement syndical est un militant qui milite pour la bonne cause. Mais, il met sa conviction afin de lutter pour la cause commune. Alors comme disait Victor Hugo ‘’ vous voulez être des grands hommes de demain, mais mourez aujourd’hui’’. Cela veut tout simplement dire qu’il faut vous sacrifier pour les autres, ceux qui resteront de vous c’est ça que les gens diront de vous », a renchérit Moussa Samoura.

 L’universitaire propose quelques solutions de sortie de crise.

 « La première des choses il faudrait d’abord que les gens fassent l’examen de confiance qui peut les amener vers une prise de conscience, dire que ce que nous sommes en train de faire n’est pas une chose qui peut nous honorer, n’est pas une chose qui peut nous grandir demain pour la prospérité. Ce qu’on dira de vous qui est positif, qui est plus important, le matériel n’est rien » a-t-il proposé.

Pour l’heure, aucune initiative n’est mise en œuvre pour le rapprochement de ces différentes organisations de la vie socio-professionnelle de la Guinée.

AMARA SIMBA

Guinée Politique

Division syndicale : L’appel à la réconciliation d’Abdoulaye Sow

soleilfm

Les structures syndicales guinéennes ne conjuguent plus le même verbe depuis bien longtemps. Pour inverser cette tendance, Abdoulaye Sow, secrétaire général de l’union syndicale des travailleurs de Guinée (USTG) a indiqué, dans une interview accordée à notre rédaction ce vendredi 2 avril 2021, que « pour qu’ils (les travailleurs) soient défendus, il faut un mouvement syndical uni et indivisible ».

(suite…)