Soleil FM

Soleil FM : Cultures

Toute l’actualité sur le sujet de la Culture. Consultez l’ensemble des articles, …

Actualités Cultures Sociétés

Tourisme : des étudiants à la découverte des sites sur les îles de Loss

Razakou Moussa

Comment  rehausser le niveau d’expérience de la jeunesse guinéenne en découverte des sites touristique ? C’est dans cette perspective que les responsables de l’université General Lansana Conté de Sonfonia ont organisé une sortie lyrique en collaboration avec les étudiants du département philosophie, concentration criminologie. Objectif, faire la découverte des îles de Loss.

À moins d’une demi-heure de Kaloum en pirogue, les iles de Loos sont situées au large de la capitale Conakry, et sont au nombre de trois, à savoir Kassa, Room et Fotoba. De parfaits endroits pour se relaxer sans avoir des heures de voyage. Mais quelle est historique du beau paysage de Kassa, Révèrent père Constant Charles Kandet nous a orienté.

« L’île qu’on appelle aujourd’hui Kassa, au départ ce ne t’ai pas Kassa. Avant la colonisation, cette île fut habiter par des pêcheurs mading et téminet, ce sont les premiers habitants de cette île. La découverte fut faite par des portugais. Quand ils sont arrivés c’était la montucule possitique, ce ne t’ai pas encore exploité. Maintenant Kassa, en portugais veut dire la case. Maintenant Case par déformation c’est devenu Kassa ».

Bien avant que ça ne soit l’objet d’échange entre l’administration coloniale française et l’administration coloniale britannique, Pourquoi on l’appelait l’ile de Loos ? Reverent père Constant Charles Kandet a répondu.

« Les habitants qui étaient là, étaient des animistes. Ayant constaté cela, ils ont dit Loss. Quand les français sont venus, ils ont traduit ce terme portugais en français, ils ont dit îles de Loss ».

Une belle balade permet de faire le tour de ces îles et de découvrir les villages environnants ainsi que d’anciens bâtiments des socialistes mais aussi des mines de bauxites en témoignent ces étudiants. Lansana Touré et Aissata Diakité.

« Cette découverte sur l’île de Kassa, ça m’a beaucoup impressionné parce qu’aujourd’hui c’est la 6ème commune de la ville de Conakry. On a découvert ici la 10ème église et également la première usine de bauxite », a indiqué Lansana Touré, étudiant.

« On a vu des choses que je n’avais même pas l’habitude de voir. Il y avait des prisons, c’est pour vous dire que les colonisateurs ont passé par là. Ce qu’on a appris aujourd’hui c’est énorme », s’est réjoui Aissata Diakité, étudiante.  

Pour ce philosophe Bamba Ansoumane, l’université est un endroit où les étudiants doivent découvrir et  connaitre.

« L’université c’est un lieu qui ne doit pas se limiter entre les quatre murs. Donc, il ne s’agit pas d’enseigner seulement des cours. Il faut aussi envoyer les étudiants sur le terrain pour découvrir la spécificité surtout la particularité de la Guinée et aussi la diversité culturelle de notre pays. Donc, c’est un atout pour nous et j’encourage tous nos collègues de faire la même chose. Le fait que l’étudiant apprécie, ils sont formés et éduqués en fonction de ça, ils auront d’amour pour leur pays ».

A noter que cette sortie lyrique des étudiants s’est terminée par une marche de découverte. Des endroits idéals pour passer une journée au calme et loin des bruits de Kaloum.

Actualités Cultures Guinée Actus

La musique guinéenne au PINACLE de sa forme.

Razakou Moussa

Deux artistes guinéens viennent de remporter des prix  aux Afrima Awards organisé en Gambie. King Alasko rentre au bercail avec le prix du meilleur clip de l’Afrique de l’ouest et Djély Kaba Bintou Kouyaté quant à elle rafle deux prix.

A savoir le prix révélation africaine de l’année et celui de meilleure artiste féminine de l’Afrique. Une victoire vivement saluée par les mélomanes guinéen. C’est le cas de la directrice générale de l’agence guinéenne de spectacle AGS, Sayon Bamba, se dit fière de ces artistes. Elle invite ainsi les autres à se faire entourer de professionnels.

La culture guinéenne est au pinacle de sa forme. Ces derniers temps pas mal de chanteurs guinéens sont récompensés à l’international. Les derniers en date sont Djély Kaba Bintou Kouyaté et King Alasko qui viennent de rafler les prix du meilleur clip de l’Afrique de l’ouest, le prix révélation africaine de l’année et celui de meilleure artiste féminine de l’Afrique. Pour la directrice de l’agence guinéenne de spectacle cette imposition de ces artistes n’est en rien une surprise. Sayon Bamba.

Poursuivant, Sayon Bamba se dit fière du travail de ces artistes qui se sont battus pour être là ou ils sont aujourd’hui.

Pour ailleurs, la directrice de l’agence guinéenne de spectacle invite les autres artistes à se faire mieux entourer pour se faire une place dans la cour des grands.

De par le passé, la guinée a toujours su s’imposer sur la scène culturelle internationale, ce grâce à  sa musique. Reste à savoir si elle finira par reprendre cette place d’atan avec cette nouvelle génération de musiciens.

FATOUMATA KEITA      

Cultures Guinée Actus

FABARA Koné, président de la fédération nationale des cinéastes de guinée FE.NA.CIG, REPRESENTE LA CULTURE AU CNT:

Razakou Moussa

Pour la formation du conseil national de la transition  annoncé par les autorités actuelle, La course au siège se poursuit, sur  les deux places octroyées au monde  de la culture , nous connaissons enfin l’identité d’une des personnes devant porté la voix des hommes  d’art, bien que des problèmes surgissent toujours,  il s’agit bien de FABARA Koné, président de la fédération nationale des cinéastes de guinée FE.NA.CIG, qui ne manque pas de projet et d’ambition futuriste pour le décollage éminent de cette association mais du pays en général une fois au CNT

A la tète d’une faitière regroupant plusieurs structures et association œuvrant dans la culture, parmi lesquelles on dénote des  comédiens, des techniciens professionnelle de l’audio visuel,  styliste et autres corporation, le choix porté sur FABARA KONE par ses paires est le fruit  de la  probité morale de l’homme, mais aussi l’aboutissement d’une filtration  saine basés sur des critères énuméré par ses condisciples, ému de ce choix,

Poursuivant, le candidat de la FE.NA.CIG est conscients de taches et attentes qu’auront en face le CNT, et pour cella, défendre  les questions d’intérêts commune sont aussi dans son viseur,  encore mieux d’autres concernant des domaine comme l’éducation,  la création  d’un centre d’archive, d’une industrie  cinématographique qui pour lui sont promoteurs  d’emploie,

Dans un pays ou le tissu social est fragilisé par les politique, mais aussi un secteur culturelle marqué par des disfonctionnement cacophonique, le président du FE.NA.CIG  appel tous les guinéens à l’union  et la mobilisation de toutes et de tous dans l’accompagnement de la trasition CAR  IL S’AGIT DE LA VIE ET DE DEVENIR DE TOUT  UNE NATION.

IBRAHIMA SIRAMANA KEITA

Cultures Guinée Actus

Fermer pour cause de Covid-19 par l’ancien régime, les tenanciers des hôtel des bars, des maquis peuvent désormais reprendre leurs activités sur le terrain avec le respect de certains protocoles sanitaires édictés par l’ANSS.

Razakou Moussa

Cette décision est saluée par les responsables de ses endroit qui tiraient déjà le diable par la queue. rencontrer ce lundi par notre rédaction Touré Mohamed Tomas gérant dune boite de la place s’est réjouie de l’acte.

Depuis l’apparition de la Covid-19 sur le sol guinéen; Plusieurs secteurs d’activités du pays ont été paralysé par cette maladie. C’est le cas du secteur de la culturel, en particulier les lieux de loisirs qui ont aussi payés  les frais. Ces cites qui étaient privés de recevoir les adeptes, sont désormais obligé de fonctionner. Touré Mohamed Tomas membre de l’association des tenanciers perçoit la nouvelle en ces termes .Nous sommes vraiment contents de cette décision car on était fatigués et désorientés,

Pendant cette période de fermeture, certains d’entre eux ont eu du mal de s’acquitter du prix de leur location  déclare notre interlocuteur.

Pour lui, rester conformiste  aux principes des autorités est une obligation mais aussi un garant qui s’inscrit  dans la cadre de la protection des nombreuses personnes qu’ils accueillent, c’est pourquoi, 

A en croire Mohamed Touré, aucun accompagnement du gouvernement n’est constaté sur le terrain alors que des discutions ont eu lieu au tour de cela avec le président du CNRD.

Nous y reviendrons

IBRAHIMA SIRAMANA KEITA

Cultures Guinée Actus

L’Afrique du Sud accueille la Foire intra-africaine IATF

Razakou Moussa

L’évènement permettra aux participants de partager des informations sur les marchés et les opportunités d’investissement afin de soutenir le commerce intra-africain.

La Foire commerciale intra-africaine 2021 (IATF 2021, sigle anglais) se tient du 15 au 21 novembre à Durban, ville portuaire d’Afrique du Sud. Plus de 10.000 visiteurs y sont attendus.

Pour le gouvernement sud-africain, elle permettra aux entreprises nationales d’accéder à un marché africain intégré de plus de 1,2 milliard de personnes, avec un produit intérieur brut de plus de 2.500 milliards de dollars, créé dans le cadre de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF).

« La foire commerciale nous donnera l’occasion de présenter et de commercialiser des biens et services sud-africains dont nous sommes fiers, de créer des réseaux durables et d’établir des collaborations qui augmenteront nos exportations de biens et services sur le continent et positionneront l’Afrique du Sud comme un partenaire de choix », a déclaré la vice-ministre du Commerce, de l’Industrie et de la Concurrence, Nomalungelo Gina.

Elle a indiqué que la foire, qui se tiendra au centre de convention international Inkosi Albert Luthuli, « mettra davantage en évidence le meilleur de la capacité de production locale sud-africaine dans les secteurs de l’agriculture et de l’agroalimentaire, de l’automobile, de la construction et du développement des infrastructures, ainsi que des biens de consommation ».

« En outre, seront exposés des produits issus des secteurs de l’énergie et de l’électricité, de l’ingénierie, de la chaussure, du cuir et du textile, des industries lourdes et légère, des soins de santé et des produits pharmaceutiques, des technologies de l’information et de la communication et de l’innovation, de la logistique et de l’exploitation minière », a ajouté Mme Gina.

Selon elle, l’Afrique du Sud profitera du salon pour se positionner comme un acteur majeur sur le continent et comme une destination attrayante et compétitive pour les affaires, les investissements et le tourisme.

Organisée sous l’égide de l’African Export-Import Bank, la rencontre offre une plateforme permettant de mettre en relation les acheteurs, les vendeurs et les investisseurs internationaux. Elle permettra également aux participants et aux visiteurs de présenter et de partager des informations sur les marchés et les opportunités d’investissement afin de soutenir le commerce intra-africain et l’intégration économique du continent.

SOURCE/APANEWS

MOUSSA CAISS SYLLA

Cultures

Ouverture du festival international de cinéma de Carthage

Razakou Moussa

La 32e édition du festival international de cinéma de Carthage s’est ouverte samedi à Tunis et propose une affiche très diversifiée, 45 pays arabes et africains participant à diverses compétitions avec 57 films présentés.”Rêvons, vivons !” est le slogan choisi pour les Journées Cinématographiques de Carthage, avec des projections et débats dans une demi-douzaine de salles tunisiennes jusqu’au 6 novembre.Grande première pour ce prestigieux festival, un groupe de prisonniers tunisiens a été autorisé à assister aux représentations et à tourner un documentaire. Des projections sont prévues dans des prisons comme les années précédentes mais également pour la première fois dans des casernes militaires.

Le logo des Journées cinématographiques de Carthage

Le festival se veut “attentif aux nouvelles tendances cinématographiques en Afrique et dans le monde arabe”, selon la brochure de présentation.Le jury, présidé par le producteur italien Enzo Porcelli, reflète cette volonté d’ouverture, avec la présence de l’acteur angolais Hoji Fortuna (“Game of Thrones”), de la réalisatrice haïtienne Gessica Généus (“Freda”) et du cinéaste-photographe marocain Daoud Aoulad Syad (“Adieu Forain”).Dans la même veine, les artistes étaient accompagnés à leur arrivée sur le tapis rouge samedi par un groupe de jeunes atteints de trisomie 21.Les questions de société sont le principal fil rouge du festival, à l’instar du film d’ouverture du Tchadien Mahamat-Saleh Haroun, “Lingui, les liens sacrés”, remarqué à Cannes, qui raconte l’histoire d’une adolescente qui cherche à avorter.Interrogé à son arrivée, le réalisateur s’est dit “honoré” d’ouvrir les JCC avec “un sujet tabou”. “C’est un choix éminemment politique de la part du festival, car c’est un film subsaharien, qui parle des droits des femmes, dans les pays arabes et dans le monde entier”, a-t-il dit.D’autres films seront à l’affiche, comme “Amira” de l’Egyptien Mohamed Diab, récompensé à Venise et qui porte sur le trafic de sperme de détenus palestiniens en Israël, ou le dernier long métrage du Marocain Nabil Ayouch, “Haut et fort”, sélectionné à Cannes, sur l’émancipation de jeunes filles via le hip hop.Toute la semaine, des films belges et libyens seront à l’honneur.Une section mettra aussi en lumière les films francophones en vue de la tenue en novembre 2022 en Tunisie du prochain Sommet de la francophonie. Deux monographies seront consacrées aux cinéastes tunisiens réputés Hamouda Ben Halima et Moufida Tlatli.”

Source : AFP

Cultures

Mohamed Mbougar Sarr : Jeune écrivain sénégalais, finaliste du Prix Goncourt 2021

Razakou Moussa

Le roman de Mohamed Mbougar Sarr, La plus secrète mémoire des hommes, est sélectionné pour la finale du Prix Goncourt qui sera décerné début novembre.

L’auteur, 31 ans, a déjà à son actif cinq romans et plusieurs nominations à des prix prestigieux.

Il se fait remarquer à l’âge de 23 ans grâce à une nouvelle intitulée La Cale, d’ailleurs récompensé du prix Stéphane-Hessel.

Un an plus tard, son roman “Terre ceinte” reçoit le prix Ahmadou Kourouma et le Grand Prix métis pour ce premier roman du jeune sénégalais.

L’auteur sénégalais Mohamed Mbougar Sarr est lauréat du Grand prix du roman Metis 2015 pour son livre “Terre ceinte”.

Né à Diourbel à l’est de Dakar, la capitale du Sénégal, le jeune auteur est fils de médecin.

L’amour du récit, de raconter une histoire, il le tire des personnages féminins qui l’entourent durant. enfance.

”J’ai aussi grandi avec beaucoup de femmes autour de moi qui ont assuré une grande partie de mon éducation, et singulièrement de mon éducation littéraire. Ce que je veux dire par là, c’est que les premiers récits que j’ai entendus m’étaient souvent fait par des femmes, ma mère, mes grand-mères, mes cousines, mes tantes, etc. ”, confie le romancier à TV5monde.

L’écriture s’est donc facilement imposée à lui d’autant plus qu’il la considère comme ”une obsession”.

”Mon obsession, c’est la littérature. Pour moi, la littérature est un point de vue sur le monde. Entre la littérature et la vie, on est dans la même énergie”, déclare-t-il.

Mouhamed Mbougar Sarr n’en finit pas pour autant d’attirer l’attention sur ses écrits.

Après avoir fait partie de la première sélection du prix Goncourt 2021, le romancier est retenu parmi les quatre finalistes de la prestigieuse récompense.

En effet, son dernier livre intitulé ”La plus secrète mémoire des hommes” figure sur la dernière sélection du prix Goncourt 2021.

Le jeune romancier est également en lice pour les prix Femina, Renaudot et Médicis.

En dépit de toutes ces nominations dont il a bénéficié dans sa jeune et déjà prolifique carrière, il préfère prendre un certain recul par rapport à l’enthousiasme qu’il suscite.

”Ces histoires de prix, j’ai toujours regardé ça d’un peu loin, tout en m’y intéressant. Je ne savais pas comment ça fonctionnait”, déclare-t-il humblement sur le site de nos confrères de lest-eclair.fr.

Il reconnaît cependant être fier de cette reconnaissance de son travail, ”Évidemment ça m’a réjoui, j’ai été très honoré”, poursuit-il.

Le prix Goncourt est l’un des plus prestigieux prix littéraires qui récompensent les auteurs d’expression française.

Il prime chaque année” le meilleur ouvrage d’imagination en prose, paru dans l’année”.

Le prix Goncourt est décerné au début du mois de novembre de chaque année par l’Académie Goncourt après trois présélections successives.

Source : BBC Afrique

Actualités Cultures

“La femme du fossoyeur” remporte l’Etalon d’Or de Yennenga

Razakou Moussa

Le réalisateur somalien Ahmed Khadar a remporté samedi l’Etalon d’Or de Yennenga du 27e Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) pour son premier long-métrage “La femme du fossoyeur”.

Le jeune réalisateur de 40 ans, également de nationalité finlandaise et dont le film est tourné à Djibouti en version originale somali, n’a pas pris part à la cérémonie de clôture du festival dans la capitale burkinabè.

Le président du jury qui lui a décerné le prix, le Mauritanien Abderrahmane Sissako, a déclaré que que “pour tout cinéaste africain c’est le plus beau prix qu’on puisse avoir, c’est toute une fierté”.

Né à Mogadiscio, Ahmed Khadar, également écrivain, immigre en Finlande à l’âge de 16 ans avec sa famille et un statut de réfugié. Il réalise son premier court métrage, Me ei vietetä joulua, en 2014, puis deux autres en 2017, Yövaras, et 2018, The Killing of Cahceravga.

Présenté en juillet au festival de Cannes dans le cadre de la Semaine internationale de la critique, “La femme du fossoyeur” avait reçu un bon accueil.

Le film traite de l’histoire d’amour d’un couple vivant avec leurs fils dans un quartier pauvre de Djibouti.

Lorsque Nasra, l’épouse –interprétée par la mannequin canadienne née en Somalie Yasmin Warsame– est atteinte d’une grave maladie rénale et doit se faire opérer d’urgence, l’équilibre familial est menacé et son mari Guled, fossoyeur, doit trouver l’argent pour payer la coûteuse opération.

Le film a également remporté le prix de la meilleure musique.

L’Etalon d’argent a récompensé “Freda”, de la Haïtienne Gessica Geneus et l’Etalon de bronze va à “Une histoire d’amour et de désir” de la Tunisienne Leyla Bouzid.

Le prix d’interprétation féminine est revenu à la Britannique d’origine sierra-léonaise Zainab Jah pour son rôle dans “Farewell Amor” de Ekwa Msangi (Tanzanie), tandis que chez les hommes Alassane Sy s’est illustré pour son rôle dans “Baamum Nafi” du Sénégalais Mamadou Dia.

Avec son film “Serbi” (Les tissus blancs) qui traite de la dignité de la femme dans une société patriarcale, le Sénégalais Moly Kane remporte le poulain d’or dans la section fiction court métrage.

“Amani” de la Rwandaise Alliah Fafin et “Zalissa” de la Burkinabè Carine Bado reçoivent respectivement l’argent et le bronze.

Les trophées ont été remis au Palais des sports de Ouaga 2000 par les présidents burkinabè Roch Marc Christian Kaboré et sénégalais Macky Sall, dont le pays était l’invité d’honneur de 27è Fespaco.

Se réjouissant d’avoir réussi au cours du festival la projection de “500 œuvres au profit de 150.000 festivaliers” venus de 64 pays, “malgré l’adversité liée à l”insécurité et à la Covid-19”, le délégué général du Fespaco Moussa Alex Sawadogo, a donné rendez-vous du 25 février au 4 mars 2023 à Ouagadougou pour la 28e édition du festival.

Un “mini Fespaco” itinérant doit avoir lieu dans le nord du Burkina Faso, région la plus touchée par les attaques jihadistes qui frappent ce pays et qui, en six ans, ont fait environ 2.000 morts et 1,4 millions de déplacés.

Source : VOAAfrique

Actualités Cultures

New-York : Prix David 2021 pour la fondatrice d’une école afrocentrique

Razakou Moussa

La fondatrice d’une école maternelle de la ville de New York qui enseigne aux enfants leur héritage africain est l’un des cinq lauréats du prix David 2021, une récompense annuelle d’un million de dollars destinée à certains résidents de la ville de New York.

Fela Barclift a créé “Little Sun People” il y a 41 ans après avoir cherché une école maternelle équilibrée sur le plan racial pour sa fille d’un an.

Je suis allée dans au moins 10 crèches différentes et je n’ai pas trouvé de poupée brune, de livre avec des Noirs ou des personnes brunes. Je n’ai trouvé aucune affiche ou photo de quelqu’un qui lui ressemblait“, se souvient Mme Barclift.

Barclift s’est vite rendu compte qu’elle allait devoir créer de toutes pièces le type d’école maternelle qu’elle recherchait.

Je vais créer un endroit où il y aura une école pour elle, au moins jusqu’à ce qu’elle soit prête pour la maternelle, où elle pourra avoir des poupées brunes, où elle pourra avoir des livres d’histoires. En fait, j’avais la couleur dans les livres d’histoires. J’ai réuni une petite équipe de parents et nous avons simplement colorié quelques livres d’histoires et changé les cheveux.“a précisé la nouvelle lauréate.

Little Sun People a commencé petit mais a grandi au fil des ans. Le nombre d’inscriptions s’élève maintenant à 60 enfants, avec une liste d’attente. Et sa fille d’un an est maintenant enseignante à l’école.

Nous suivons le programme scolaire et nous nous assurons que nous répondons aux critères de référence pour ce que nos enfants doivent avoir à l’avenir. Mais en plus de cela, nous insufflons beaucoup d’histoire, de culture, de manières, d’informations, de perspectives, de réflexions de personnes qui sont des personnes de couleur, vous savez, dans le présent et dans l’histoire.” a t-elle ajouté.

“le courage et la vision de changer”

Le prix David recherche des habitants de la ville de New York ayant “le courage et la vision de changer” l’avenir. Chaque lauréat reçoit 200 000 dollars sur deux ans. Le prix porte le nom du promoteur de Brooklyn, David Walentas, et est financé par la fondation de sa famille. Barclift a été choisi parmi 5 000 personnes nominées.

Le prix David est comme la première occasion pour nous d’être vraiment vus, de sortir et d’être encouragés. Et donc le travail que nous faisons, c’est comme s’il y avait un plus grand sens de la valeur.”

Mme Barclift prévoit d’utiliser l’argent du prix pour créer un guide pédagogique afrocentrique qu’elle pourra partager avec d’autres éducateurs. Elle espère que ce programme pourra être appliqué à l’échelle nationale.

Il faut des années pour faire comprendre aux gens comment mettre en œuvre un tel programme, mais il faut bien commencer quelque part“, a déclaré Mme Barclift. Elle soutiens que “s_i nous parvenons à réaliser ce guide pédagogique en un an, parce que nous avons prévu un délai d’un an pour le faire et le publier, et que nous commençons en même temps à travailler sur le développement professionnel, nous pourrons aider les enseignants à se mettre au travail.” _

Selon Mme Barclift, les enfants acquièrent les fondements de leur vie entre la naissance et l’âge de cinq ans. Elle pense que son programme contribue à donner aux enfants de couleur un sentiment de fierté.

Nous établissons simplement des liens avec le fait qu’il y a tant de choses dont nos enfants peuvent être fiers, ce qui, je pense, constitue une sorte de ballast et de fondation qui les aide à se dresser contre le racisme très systémique auquel ils seront confrontés s’ils sont de couleur, à moins que quelque chose ne change dans un avenir proche“. dit Fela Barclift.

Cultures Guinée Actus

Résultats examens nationaux 2021: 25,36% au BAC, 35,08% au BEPC et 62% au CEE

LINSAN

Les résultats des examens nationaux 2021 sont sortis dans la soirée de ce vendredi 03 septembre. C’est le ministre de l’Éducation nationale et de l’Alphabétisation qui l’a annoncé dans le JT de la RTG.

Si l’on peut se féliciter du taux de réussite à l’Entrée en 7ème année qui est de 62 %, il faut dire qu’au BEPC et au BAC, le pourcentage reste très bas. 35,08 % au Brevet d’études du premier cycle et seulement 25,36% au baccalauréat unique.
SE= 22,49%
SM=30,49%
SS=16,48%

SOLEIL FM