Soleil FM

Soleil FM : Sociétés

Sociétés / Faits-divers : actualités en direct pour être informé de tous les …

Actualités Sociétés

Guinée : les enseignants contractuels vont aller en grève à compter du 05 février 2023

Razakou Moussa

Les enseignants contractuels du pays font face à une situation économique très difficile. Le président du Collectif des Professionnels de l’Education, c’est-à-dire les sortants des ENIS et de l’ISSEG de Lambanyi décrit la situation.

 « On a fait une réunion par visio-conférence hier (jeudi) avec tous nos collègues de l’Intérieur du pays pour savoir cas par cas, comment est  la situation des contractuels à l’Intérieur du pays. Je vous jure quand on se met à raconter la vie de nos collègues à l’Intérieur du pays, c’est lamentable. On prend par exemple N’Zérékoré où y a 10 préfectures si je ne me trompe, il n’y a seulement  que 2 qui ont décidé à travers l’APAE de payer 55 milles GNF comme cotisation parentale pour qu’on puisse prendre en charge ces enseignants contractuels », a fait savoir Moussa Doré.

Le ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation (MATD) a engagé un recensement de ces enseignants contractuels. Une procédure pleine d’irrégularité déplore Moussa Doré.

« Cet enrôlement pouvait se dérouler en moins d’une semaine si on a une bonne organisation. On devrait juste faire les agents recenseurs par préfecture, c’est-à-dire toutes les 33 préfectures devraient avoir en même temps des agents recenseurs et dans ça, on pouvait déterminer le timing. Malheureusement, on a dit aux gens d’aller se recenser et on connait les Guinéens. Puisque le nombre de jours qu’on fait on est primé en fonction de ça. Vraiment ça retarde », déplore cet enseignant.

Ces enseignants contractuels sont fatigués d’attendre. C’est pourquoi, Moussa Doré soutient que si d’ici le 05 de ce mois rien n’est fait, ils vont boycotter les cours.

« Aujourd’hui, tous les contractuels à  l’unanimité ont décidé si rien n’est fait d’ici le 05 février, ils bouderont les salles et resteront à la maison sans aller à l’école », prévient Moussa Doré.

À date, l’Etat Guinéen doit quatre mois aux enseignants contractuels précise Moussa Doré. Cet enseignant se demande sur quel critère le payement sera effectué.

Kannie Diallo pour soleilfmguinee.net

Actualités Sociétés

Conakry : à la rencontre de Charlie Sadjo Touré, joueuse de Cauris  à la modernité

Razakou Moussa

Les coquillages ou « cauris » étaient l’une des devises les plus répandues au monde. En Afrique de l’Ouest, l’humble coquillage s’est enfilé dans la fibre culturelle, et a pris un aspect symbolique et rituel plus profond qui n’a jamais complètement perdu sa valeur. Le nombre de coquillages utilisés dépend de chaque diseur de bonne aventure et de la tradition à laquelle il appartient. Pour en savoir plus sur le rôle de cet objet, notre rédaction a donné la parole à Charlie Sadjo Touré joueuse.

De nombreuses communautés à travers l’Afrique de l’Ouest et au-delà utilisent ces coquillages comme outils de divination. Le voyant jette ou lâche simplement les cauris sur une surface souvent circulaire, et interprète leurs positions pour prédire l’avenir. Cette voyante et joueuse de cauris parle de ses débuts, dans ce métier.

 « Quand je me couche, je vois les cauris dans le coussin. Quand je tombe, je dis les sacrifices dans le quartier, les gens viennent écouter. C’est en 2019 que j’ai commencé  à toucher les cauris. En 2020 une femme résident en France m’a encouragée et m’a assistée sur les réseaux sociaux. Elle a créé une page Facebook pour moi, elle m’appelait pour que je consulte pour elle. C’est à partir de là-bas que j’ai commencé à avoir du succès », explique Charlie Sadjo Touré.

Au delà du cauris, cette voyante produit les médicaments traditionnels. « Quand tu veux toucher les savons là, il faut que tu sois propre. On ne blague pas avec.  Je fais des prières aussi. J’ai des files ici pour les femmes qui font des fausses couches», continue-t-elle.

Cette cliente que nous avons trouvée dans la concession de la voyante dit croire en la  cauriste. « On m’a recommandé cette joeuse de cauris. J’étais pessimiste au début. Mais lorsque je suis venu, elle a regardé pour moi, elle m’a parlé de ma vie entière. Ensuite elle m’a dit de faire des sacrifices. Deux jours après, mon problème est résolu», témoigne-t-elle.

Plus loin Charlie Sadjo Touré nous dévoile sa nouvelle méthode pour faire la consultation. « Je peux faire la consultation en direct. Même avant-hier, j’ai fait un direct sur mon compte Tik-Tok. C’est une surprise. Je veux aussi expérimenter ça aussi en 2023. Je prends les stylos, je demande les noms  et je regarde pour eux », a révélé la jeune cauriste.

Selon les traditionalistes, les cauris sont des porte-bonheurs  qui ornent les tenues des chasseurs et des guerriers, tressés dans les masques sacrés et les costumes de danses cérémonielles. Ils peuvent être un élément dans la médecine traditionnelle, et accompagner les défunts dans leurs voyages sans retour.

Mamadou Dian Diallo  et Kannie Diallo pour Soleilfmguinée.net

Actualités Sociétés

Kindia: le corps d’une fille retrouvé à Tafory Almamya, dans la commune urbaine

Razakou Moussa

Un corps sans vie a été découvert ce jeudi matin au quartier Tafory Almamya dans la commune urbaine de Kindia. Il s’agit d’une jeune fille qui a été retrouvée morte à côté de la rivière Dojo, dans le secteur III. La victime n’a pas pu être identifiée.

C’est auprès de la source d’eau appelé Doko au secteur 3 dans le quartier Tafory Almamya que le corps de cette jeune fille a été découvert. Couchée, la langue sur les lèvres, une partie de son corps couvert de pagne, c’est l’état dans lequel, elle était. Personne pour le moment n’a encore reconnu la victime a précisé le chef de quartier Momoya Sylla rencontré sur place. Selon lui, cette fille n’est pas de son quartier et personne ne connait la victime pour le moment. 

Si aucune information n’a filtré pour l’instant sur l’identité de la victime, les citoyens proches de la source d’eau dénoncent les mauvais comportements de certains jeunes qui s’y retrouvent. Selon eux, ces jeunes se livrent presqu’à tout. Ils consomment du chanvre indien, font des injures et des bagarres nous a confié un riverain. Les circonstances de la mort de cette jeune fille restent pour l’instant non élucidées. Son corps a été remis autorités compétentes.

Siba Toupouvogui pour soleilfmguinee.net

Actualités Sociétés

Ratoma: les habitants  de Dar-Es-Salam vivent mal à cause de la décharge (constat)

Razakou Moussa

Les riverains de la décharge de Dar-Es-Salam continuent de se plaindre de la fumée et des odeurs que dégage ce dépotoir d’ordures. Les habitants soutiennent qu’ils sont tout temps malades. Après avoir plaidé sans succès les régimes précédents pour que cette décharge soit déplacée, ces citoyens sollicitent l’intervention du président de la transition, le colonel Mamadi Doumbouya.  

Une fumée suffocante et une odeur nauséabonde accueillent les visiteurs de la décharge de Dar-Es-Salam dans la commune de Ratoma. Ibrahima Sory SOUARE, la quarantaine, vit avec sa famille depuis des décennies auprès de ce dépotoir. Il s’en plaint.

«Moi et ma famille nous sommes là  de plus de 20 personnes nous vivons ici et la fumée nous fatigue vraiment. Regardez là où ils viennent pour déposer ces ordures, même les autres quartiers voisins Bambéto et Hamdallaye se plaignent.  Donc, nous sommes les seuls à souffrir. Nous demandons vraiment à l’Etat de venir déplace ce dépotoir », sollicite cet habitant.   

Mariama CAMARA riveraine abonde dans le même sens. Elle plaide les nouvelles autorités pour qu’une solution définitive soit trouvée face à ce problème. 

« La fumée est partout. Pour nous mettre à l’abri, nous restons à la maison ou utilisons les masques. Nous sommes malades tout temps. Mais où partir? Nous n’avons pas les moyens de trouver une autre demeure. Sinon personne ne veut rester dans un tel endroit. Nous demandons au colonel Mamadi Doumbouya de nous aider à sortir de cette situation ».

Le chef de ce secteur, s’est aussi exprimé.

«Nous qui vivons dans cet endroit, nous mourons à petit feu à cause de la fumée. Depuis le temps d’Alpha, nous avons sollicité qu’ils dégagent ce dépotoir en vain. Nous souffrons vraiment.  Nous demandons à l’Etat de tout faire pour dégager cette décharge.  Nos enfants toussent beaucoup», fait savoir Mamadou Bobo DIALLO.

Le gouvernement sous le régime Alpha Condé avait sommé les riverains de quitter les lieux. Mais beaucoup ont refusé l’arguant qui leur a été proposés.

Mariama Sadjo C amara pour soleilfmguinee.net

Actualités Sociétés

Kipé : dix ateliers de menuiserie partis en fumée dans la nuit du lundi à ce mardi

Razakou Moussa

Dix ateliers de menuiserie de fabrication de meubles en rotin ont été consumés par des flammes à Kipé IPS, dans la commune de Ratoma. Aucune perte en vie humaine n’est à déplorer, mais les dégâts sont considérables. Un court-circuit serait à l’origine  de ce brasier.

Cet incendie s’est produit dans la nuit du lundi à mardi aux environs de 03 h du matin.  Ce brasier a consumé le contenu de plus de  dix  ateliers de menuiserie. Mohamed Tamba Kamano était présent au moment des faits.

«Moi, j’étais couché vers les 03 h du matin, les enfants sont partis me réveiller, en criant mon nom ouvre la porte. Le feu a pris les ateliers. Ouvre la pompe ici nous allons éteindre le feu.  J’ai effectivement ouvert la porte. J’ai vu les flammes et j’ai ouvert la pompe pour ne pas que tout brille », témoigne-t-il.

Le feu n’a pas été maitrisé et cela à causer des dégâts matériels importants, explique un maitre menuisier.

« Il y a eu beaucoup de dégâts. Parce que, c’est des milliards qui sont perdus ici. Il y avait des marchandises et des matériels complets. Il y a eu beaucoup de pertes », dit Mohamed Diallo.

Quant à l’origine de cet incendie, Mohamed Tamba Kamano accuse la société d’électricité de Guinée EDG de mauvaise utilisation du courant. « C’est un court de circuit. Vraiment EDG doit maitriser les tensions. Souvent quand les courants reviennent, ils reviennent avec une forte tension».   

Si rien n’est fait pour aider ces jeunes entrepreneurs, ils risquent de se retrouver au chômage. C’est Pourquoi Alya Camara une autre victime sollicite l’aide de l’Etat.

Selon ces victimes, l’intervention des sapeurs-pompiers a été tardive. Au de la des matériels et des meubles qui ont été calcinés par les flammes, une importante somme d’argent a aussi  été réduite en cendre.

Mamadou Dian Diallo pour soleilfmguinee.net

Actualités Sociétés

Conakry : clôture ce samedi de la 1ere édition du Colloque scientifique international de la langue arabe

Razakou Moussa

La 1ère édition du Colloque scientifique international de la langue Arabe a pris fin ce samedi à l’Université Général Lansana Conte de Sonfonia. Pendant trois jours les scientifiques venus   d’Afrique et d’Asie  ont échangé sur les perspectives pour l’émergence de cette langue en Guinée. Elle a été aussi une rencontre de formation des enseignants et des apprenants de ladite langue. 

Placée sous le thème “Défis et perspectives de la langue arabe en République de Guinée”, le Colloque scientifique international de la langue Arabe a été clôturé dans l’enceinte de l’Université Général Lansana Conte de Sonfonia.

Le directeur de l’Assemblée mondiale de la Jeunesse musulmane de Guinée parle d’une rencontre réussie.

« Nous avons tous suivi la promesse de monsieur le ministre de l’Enseignement Pré-universitaire et de l’Alphabétisation, Guillaume Hawing de créer une direction nationale de la langue Arabe. C’est une première dans la sous-région. C’est déjà un grand résultat. Nous attendons beaucoup de choses comme vous l’avez bien entendu dans nos recommandations. L’objectif de ce Colloque, est de soutenir une fois la langue Arabe en déterminant les défis et problèmes afin de trouver des solutions », martèle-t-il.

Les organisateurs ont formulé des recommandations à l’endroit des autorités de l’enseignement guinéen. Pr Manga Keita recteur de l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia promet qu’il va rendre compte à qui de droit.

« Le fait de choisir l’Université Général Lansana Conte comme cadre de ce Colloque, ça nous va droit au cœur. Les recommandations on en a pris compte. On en a pris acte et leur suivi au nom de madame la ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation sera quotidien et nous irons jusqu’aux résultats attendus», s’est-il engagé.

Amara Simba Sylla pour soleilfmguinee.net

Actualités Sociétés

Religion: la 1ère édition du Colloque scientifique international de la langue Arabe s’est ouverte à Conakry

Razakou Moussa

Le département de la langue arabe de l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia en collaboration avec l’Assemblée mondiale de la jeunesse musulmane a lancé ce jeudi la 1ère édition du Colloque scientifique international de la langue Arabe. Cette rencontre est placée sous le thème “Défis et perspectives de la langue arabe en République de Guinée”. Cette cérémonie a été présidée par le ministre de l’Enseignement Pré-universitaire et de l’Alphabétisation. 

L’ouverture de La première édition du Colloque scientifique international de la langue Arabe a connu une grande mobilisation. Elle s’inscrit dans le cadre de la célébration en différé de la journée mondiale de la langue Arabe qui est célébrée le 18 décembre de chaque année. Amadou Keita est le co-organisateur dudit colloque. « C’est un colloque scientifique international de la langue Arabe: il s’agit de chercher de trouver pour voir comment la langue Arabe évolue dans notre pays et aussi de voir quelles solutions nous pouvons apporter pour que les uns et les autres puissent comprendre», affirme-t-il.

C’est  l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia qui abrite cette rencontre internationale. Représentant le recteur de cette institution d’enseignement supérieur,  Professeur Momoya Sylla est revenu sur la place qu’occupe cette langue à travers le monde.

 « Elle reste et demeure une langue de science et de culture par excellence. Sa consécration en 1973 comme 6ème langue d’usage au sein des nations unies et avec la 5ème place qu’elle occupe parmi les langues les plus parlées au monde sont en fait une parfaite illustration. Son implantation et expansion dans notre pays sont le fruit d’un effort », rappelle cet enseignant chercheur.

Le ministre de l’Enseignement Pré-universitaire et de l’Alphabétisation a ouvert cette cérémonie. Guillaume Hawing promet la création d’une          Direction de Franco-Arabe au sein de son département.

«Franco-Arabe fait partie de nos ordres d’étude au même titre que tous  les autres, tous les cycles se trouvent là-bas. Nous avons en vue la construction d’une direction Franco-Arabe », promet le ministre.

Cette cérémonie inaugurale a pris fin  par la remise des trophées aux personnes qui participent au rayonnement de la langue Arabe en Guinée. Parmi lesquelles personnes figurent le ministre Guillaume Hawing. Le Colloque scientifique international de la langue Arabe prendra fin le 28 janvier 2023.

Amara Simba Sylla pour soleilfmguinee.net

Actualités Sociétés

Guinée/Santé : une campagne de dépistage pour prévenir les maladies cardiovasculaires organisée à la RTG

Razakou Moussa

Avec près de 5000 décès estimés par an, les maladies cardiovasculaires font partie des pathologies qui causent plus de mortalité chez les Hommes. Cependant plusieurs personnes négligent de se faire  dépister. Ce jeudi 26 janvier 2023, une équipe de l’ONG Action Médicale Guinée a procédé à un dépistage au sein de la Radiodiffusion télévision guinéenne-RTG.

Les maladies cardiovasculaires encore appelées AVC constituent un ensemble de troubles qui touchent le cœur et les vaisseaux sanguins. Spécialiste en la matière, Dr Mariama Ciré CAMARA parle des raisons du choix de ce médium. «Nous sommes là aujourd’hui à la RTG pour faire un dépistage massif concernant les maladies cardiovasculaires. On a prévu au moins 300 personnes à dépister. Il n’y a pas une condition requise parce qu’on ne peut pas le savoir, il ne faut pas dire que la personne a au moins les facteurs de risques  de la maladie cardiovasculaire parce qu’on ne peut pas le savoir comme ça tant que nous ne sommes pas en contact avec la personne en question pour évaluer ses facteurs de cardiovasculaire».

Poursuivant, elle explique quelques risques liés à cette maladie. «Les personnes qui risquent de développer les maladies cardiovasculaires à savoir l’hypertension vasculaire, le diabète, l’alcool,  le tabagisme, la sédentarité et tant d’autres parce que beaucoup ignorent qu’ils ont cette maladie ».

Plus loin, cette spécialiste des maladies cardiovasculaires, lance un appel aux uns et autres. «Nous lançons un appel parce que ces problèmes sont des problèmes de santé publique donc nous encourageons tout un chacun  de se faire consulter au moins six (6) mois avant que ça soit trop tard».

Cette ONG compte sensibiliser davantage sur le dépistage volontaire pour le bien-être de la population.

Marima Sadjo Camara pour soleilfmguinee.net                               

Actualités Sociétés

Conakry : ces routes dans un piteux état qui constituent un casse-tête pour les usagers

Razakou Moussa

Circuler au quartier Foula-Madina dans la commune de Ratoma est un véritable casse-tête pour les usagers d’engins roulants. Pour cause, La route qui relie le grand carrefour au secteur SOS se trouve dans un état de dégradation poussée. Les usagers se plaignent de nombreux nids de poule qui caractérisent cette ruelle.

Il  est 10 heures ce mercredi au carrefour Foula-Madina. Se déplacer dans ce quartier de la banlieue Conakry est un parcours de combattant. Partout, la route est dégradée. Ce qui amène les conducteurs à rouler dans tous les sens. Lancinet TINGUIANO, perd beaucoup de temps dans sa voiture pour quitter ou rallier son domicile.

« Vraiment, nous rencontrons beaucoup de difficultés concernant la route de Foula-Madina. Cela n’a pas commencé aujourd’hui. Depuis  2010, nous rencontrons des problèmes sur la route même avec nos engins. Chaque fois, nous sommes au garage. Donc, vraiment nous voulons que l’Etat nous vienne en aide», sollicite cet usager.

Même son de cloche chez les conducteurs de Taxi-moto. Mamadou Saliou BARRY roule dans ce quartier depuis des années. Il connait la route comme sa paume.

« La route est vraiment dégradé. Donc nous n’arrivons pas à bien conduire et nous avons constaté qu’il y a trop de trous. Nous les conducteurs de moto-taxi à travers nos cotisations, nous avons cherché des solutions en fermant les trous par des granites. Donc, nous demandons  à l’Etat de nous aider », martèle-t-il.

En plus de la dégradation de cette ruelle, les riverains sont exposé à une poussière nocive pour leur santé.

«Vraiment, si le gouvernement pouvait venir pour  nous aider  à arranger cette route, ça nous rendrait  plaisir. Parce  que avec cette poussière nous rend malades. Et en même temps, tu rentres fatiguer. Tu ne peux même pas dormir. Tu as les maux de tête et parfois ça te pousse même à acheter des bavettes pour mieux respirer».

Les habitants de cette autre partie de la capitale guinéenne demandent aux autorités compétentes de résoudre ce problème qui n’a que trop duré et qui affecte leur quotidien

MARIAMA SADJO CAMARA

Actualités Sociétés

Victimes du Camp Boiro : l’AVCB a commémoré ce mercredi la date   du 25 janvier 1971 où plus de 80 Guinéens ont été pendus

Razakou Moussa

L’Association des Victimes du Camp Boiro (AVCB) a commémoré ce mercredi la date   du 25 janvier 1971 où plus de 80 Guinéens,  hauts cadres,  fonctionnaires, hommes d’affaires et militaires ont été pendus par le régime de feu Ahmed Sékou Touré à travers tout le pays.  Cinquante deux (52) après,  les enfants et veuves des victimes se souviennent de ces tueries.

Cette cérémonie de commémoration a commencé par la lecture du Saint Coran en la mémoire de toutes les victimes du 25 janvier 1971. Cette date rappelle la pendaison  par le régime révolutionnaire de Sékou Touré de plus de 80 personnes. Abdoulaye Conté, secrétaire exécutif de l’AVCB rappelle.

« Chaque 25 janvier nous commémorons l’exécution de plus de 80 personnes toutes  pendues à travers la Guinée pendant le régime de Sékou Touré. Et nous venons prier pour que leurs âmes reposent en paix ».

Aux dires de docteur Rama  Taran, fille de  Dr Alpha Taran, mort au camp Boiro, le premier Président de la Guinée  a été un tyran et non un héros comme le prétendent certains.

« Monsieur Sékou Touré pour nous il faut qu’on fasse la part des choses. On dit qu’il est  héro et  tiran, pour nous il est plus tiran que héro. Par ce qu’il tuait sans aucune forme de justice. Malgré y avait les cours et tribunaux » a-t-elle regretté.

Contrairement aux années précédentes, l’Association des Victimes du Camp Boiro n’a pas organisé de carnaval cette fois-ci suite à l’interdiction des manifestations, soutient son secrétaire exécutif.

Amara Simba Sylla pour soleilfmguinee.net