Soleil FM

Soleil FM : Sociétés

Sociétés / Faits-divers : actualités en direct pour être informé de tous les …

Actualités Sociétés

Chine: pour sauver son fils, il installe un labo à la maison

Razakou Moussa

Xu Wei tient dans ses bras son fils Xu Haoyang, atteint du syndrome de Menkes, le 20 octobre 2021 à Kunming, dans la province chinoise du Yunnanafp.

Son fils n’a guère de chances de dépasser l’âge de trois ans. Mais pour lui fournir un traitement introuvable en Chine, son père a mis les grands moyens: installer un laboratoire pharmaceutique dans son appartement.

Il n’a rien d’un chimiste, a tout juste son bac et ne parle que le chinois. Cela n’a pas empêché Xu Wei d’entamer du jour au lendemain une carrière de laborantin et de produire un traitement à partir de documentation trouvée en anglais sur internet.

“Je n’avais pas vraiment le temps de réfléchir pour savoir s’il fallait le faire ou pas. Il fallait le faire”, raconte le trentenaire dans son labo situé dans une tour d’habitation de Kunming, grande ville du sud-ouest de la Chine.

L’urgence s’appelle Haoyang, son fils âgé de deux ans. Alors qu’il avait près d’un an, les médecins ont diagnostiqué chez lui le syndrome de Menkes, une maladie rare qui tue habituellement ses victimes avant trois ans.

Le bébé au visage d’ange sourit furtivement quand son père lui passe la main sur le nez, mais il ne peut se mouvoir de lui-même et ne parle pas.

Il échange cependant des regards intenses avec son père quand celui-ci lui donne longuement le biberon, du miel dilué dans un peu d’eau tiède.

“Même s’il ne peut ni bouger ni parler, il a un coeur et ressent des émotions”, commente Xu Wei.

– Bloqué par le Covid –

Pour ralentir les symptômes, un traitement est disponible: l’histidine de cuivre. Problème: ce supplément est introuvable en Chine comme dans de nombreux pays.

Rarissime, le mal toucherait une naissance sur 100.000 — pas assez pour justifier des recherches en laboratoire.

En temps normal, le père de Haoyang aurait pu se rendre à l’étranger pour rapporter le précieux traitement. Mais le Covid-19 a fermé les frontières.

Xu Wei, qui dirigeait jusque-là une start-up, s’improvise alors pharmacien et investit ses économies dans de coûteuses machines de laboratoire.

“Il y en a probablement pour 300 à 400.000 yuans (40.000 à 54.000 euros), je ne sais plus très bien”, témoigne-t-il.

S’installant chez ses parents, il investit la salle de sport du paternel et remplace les équipements de musculation par son arsenal de chimiste.

“Au départ, j’ai cru à une plaisanterie”, raconte le grand-père, Xu Jianhong. “C’était mission impossible pour lui. Il n’a que son bac…”

– Une injection par jour –

En un mois et demi, Xu Wei parvient pourtant à produire son premier flacon, après avoir compulsé sur internet plus d’une dizaine de documents, pour la plupart en anglais, qu’il a traduits en chinois à l’aide d’un logiciel.

“J’avais peur d’un accident, j’ai donc procédé à des expériences avec des lapins et puis je me suis injecté le traitement à moi-même”, rapporte l’apprenti chimiste, derrière de gros verres de lunettes.

Rassuré, il injecte ses premières doses à l’enfant, avant d’augmenter progressivement le dosage. Haoyang reçoit désormais une piqûre quotidienne, qui lui donne le cuivre manquant à son organisme.

L’aventure de Xu Wei et de son fils a ému les médias et les internautes chinois.

“En tant que médecin, j’ai honte de voir ça. Ça montre que nous n’avons pas su prendre soin de telles familles, que ce soit dans le secteur pharmaceutique ou dans le système de soins”, observe Huang Yu, directeur adjoint du département de génétique médicale de l’Université de Pékin.

Quant au papa, il n’a pas d’illusions sur les chances de survie du bébé.

“L’histidine de cuivre ne fait que soulager les symptômes. Elle ne les corrige pas mais peut ralentir la progression de la maladie”, reconnaît-il, précisant que certaines analyses sanguines de l’enfant sont revenues à la normale deux semaines après le début du traitement.

Certains experts soulignent que la préparation n’est efficace que si elle est administrée dans les trois semaines qui suivent la naissance.

“Au delà, le traitement semble néanmoins améliorer quelques symptômes (…) sans pour autant permettre de guérison”, estime le professeur Annick Toutain, spécialiste des maladies rares au Centre hospitalier universitaire de Tours (France).

– Thérapie génique –

Non content d’avoir produit son propre traitement, Xu Wei s’est lancé dans la thérapie génique, porteuse d’espoir pour les malades, en mettant au point un vecteur génétique expérimental.

Ses travaux ont conduit une entreprise internationale de biotechnologie, VectorBuilder, à travailler sur le syndrome de Menkes, “maladie rare parmi les maladies rares”, comme le résume son scientifique en chef, Bruce Lahn.

“C’est la première fois que nous nous aventurons (dans la recherche) sur la maladie de Menkes”, explique-t-il à l’AFP. “C’est le courage de M. Xu qui nous a poussés à sauter le pas”.

En collaboration avec un laboratoire chinois, VectorBuilder envisage de passer dans quelques mois à l’expérimentation du vecteur de M. Xu sur des singes, puis à des essais cliniques, “peut-être même à temps” pour le petit Haoyang.

“Le temps biologique est très très serré” pour l’enfant, remarque Bruce Lahn.

– Retour aux études –

Informés des prouesses de Xu Wei, d’autres parents lui ont demandé de leur fournir son traitement. “Je leur réponds que ce serait illégal, que je ne peux être responsable que de mon enfant”, dit-il.

Pris à plein temps par son nouveau métier de chimiste et par les soins donnés à son fils, Xu Wei n’a plus guère de revenus et compte essentiellement sur ses parents pour l’aider.

“Mes amis et mes proches ont combattu ma démarche, me disant que c’était impossible”, raconte-t-il.

Infatigable, ce dernier prépare un examen afin de pouvoir étudier comme il convient la biologie moléculaire.

Même s’il a connu le découragement, Xu Wei veut tenir bon pour protéger Haoyang. “Je ne veux pas qu’il attende désespérément la mort. Même si on échoue, je veux que mon fils garde espoir”.

AFP

Actualités Guinée Actus Sociétés

Après un mois 22 jours de souffrance M’mah Sylla a enfin succombée à ces blessures ce Samedi à Tunis après avoir été violée dans une clinique de la place.

Razakou Moussa

Une triste nouvelle qui mis la plupart des guinéens dans dans la consternation. Le père biologique et l’avocate de la jeune fille se sont fait entendre ce lundi.

Pour Me Halimatou CamarA l’avocate de la défunte même après la mort de sa cliente la procédure va continuer.

Poursuivant son intervention Me Halimatou Camara pense qu’il serait mieux d’attendre des contre interrogatoires pour pouvoir se déterminer.  

Quant au père de la défunte, il ne demande que justice pour sa fille.

Une plateforme d’ONG de droit des femmes a été mise en place ‘’justice pour M’Mah Sylla’’ et une marche est prévue dans les prochains jours.

MAMADI CAMARA

Guinée Actus Sociétés

À CONAKRY LES CITOYENS ERIGENT LES DOS D’ANES POUR EVITER LES ACCIDENTS DANS LEURS QUARTIERS

Razakou Moussa

Les  accidents de la circulation sont devenus très fréquents à Conakry. La majeur partie de ces accidents sont provoqués par des engins à deux roues. Pour remédier à cela, certains citoyens sont obligés d’installer des ralentisseurs  sans le moindre respect des normes requises.

Dans plusieurs quartiers de Conakry, les acteurs secondaires ou voir primaire sont équipés de ralentisseurs. Mais le constat qui se dégage est que ces ralentisseurs  sont érigés sans aucun respect des normes y afférentes et de façon fantaisiste. Pourtant les citoyens  justifient leurs mises en place, à cause de l’imprudence de certains conducteurs d’engin roulent. Balamou Félix « l’utilisation des dos d’anes cela nous permet d’é vieter des accident

Pendant que les citoyens saluent de la construction des ralentisseurs, les conducteurs quant à eux fustigent ce dispositif. Ces conducteurs d’engins roulants interpellent  les autorités du quartier à prendre leur responsabilité face à cet état de fait.         

Pour Balla Moussa Konaté ingénieur des ponts et Chaussées, spécialiste des questions routières, il n’est pas mauvais de construire des ralentisseurs à condition qu’ils soient fait dans la règle de l’art en collaboration avec les cadres du département des TP.

ARRY CAMARA

Guinée Actus Sociétés

Dans le cadre de la régulation de la circulation routière dans la capitale guinéenne Conakry. Le ministre de la sécurité et de la protection civile, Bachir Diallo a appelé les policiers de la CMIS a appuyé la police routière.

Razakou Moussa

Cette décision du ministre est diversement commenté au sein de l’opinion publique. Sur la question, nous avons joint Aly Souleymane Camara, analyste politique..

Les réactions fusent de par tout  pour  commenter la décision du nouveau ministre de la sécurité et de  la protection civile. Si certains trouvent que l’appuie des policiers de la CMIS peut être bénéfique pour la population, Aly Souleymane Camara  analyste politique trouve le contraire et précise qu’une telle décision doit être bien réfléchie  . Poursuivant, l’analyste demande au ministre Bachir Diallo de faire un diagnostic de la police avant de prendre une telle décision.

Les conducteurs  dans la ville Conakry doivent prendre leur mal en patience en attendant qu’une solution idoine soit trouvée à la tracasserie policière.      

Actualités Sociétés

les femmes de Ratoma Bonfi dans la commune de Ratoma entendent rendre propre leur quartier.

Razakou Moussa

C’est une initiative de Aissata Sane présidente de l’association limaniya des femmes de Ratoma centre qui vise à débarrasser cette commune des tas d’immondices qui restent visibles Ca et là.  

selon nos informations, c’est la deuxième fois que les femmes de cette localité sortent massivement pour nettoyer le quartier. une façon d’accompagner les autorités du pays. Aissata Same Camara président de l’association Limaniyah des femmes de Ratoma centre ne compte pas baisser les bras pour rendre propre sa commune. Pour elle cest un devoir citoyen .

Cet acte a été apprécié à sa juste valeur par le président du conseil de quartier de Ratoma Centre. Pour Abdoulaye Djibril Dabo nettoyer sa localité est une manière de protéger l’environnement.

Pour atteindre leur objectif, elles demandent aux autres femmes de Ratoma de faire la même  chose afin de rendre propre leur commune.

Dans la capitale Conakry, elles sont nombreuse des femmes qui luttent contre l’insalubrité dans le pays avec les maigres moyens.

KABA KOUYATE

Guinée Actus Sociétés

Insalubrité/ Les ordures continuent à dicter leur loi sur les routes de Conakry

Razakou Moussa

Les conséquences de la grève des travailleurs ramasseurs des ordres de la société  Albayrak se font sentir dans certains quartiers de Conakry . Jonchées à chaque carrefour ou à l’intérieur des quartiers de la capitale guinéenne, les ordures deviennent pour les citoyens un véritable casse-tête de jour en jour, surtout dans certains points qui sont devenus de véritables décharges publiques.

Cest le cas des habitants du quartier Lambanyi, dans la commune de Ratoma qui font face à des tas d’immondices  ça et là et se disent peinés par cette situation.

On croyait avoir fini avec les embouteillages intempestifs. Mais cela c’était sans compter les ordures qui souvent élisent domicile en bordure de route jusqu’à occuper en partie la chaussée. C’est en tout cas ce que nous avons pu remarquer ce mercredi au niveau du quartier Lambahi (banlieue de Conakry). Où les déchets qui se sont entassés ont fini par déborder, empêchant ainsi une circulation fluide à ce niveau.

LONCENY BAMBA

Guinée Actus Sociétés

C’est un ouf de soulagement pour les bacheliers des sessions 2019-2020 et 2020-2021. Dans une semaine, ces désormais étudiants rentreront en possession de leurs diplômes

Razakou Moussa

L’information nous a été confiée par le porte-parole du Ministère de l’Enseignement Pré-Universitaire et Alphabétisation au cours d’un entretien ce lundi. Selon Mohamed Ansa Diawara, c’est l’une des premières actions que le nouveau patron du département compte entreprendre.

A peine installé il y’a moins de deux semaines, le nouveau Ministre de l’Enseignement Pré-Universitaire et de l’Alphabétisation compte se rendre à l’évidence. Pour ses débuts à la tête de ce département,  Guillaume Hawing  pense à la délivrance des diplômes des bacheliers des deux dernières années, nous a révélé  Mohamed Ansa Diawara, porte-parole de ce département.

Selon ce communicant, si le département s’est abstenu de délivrer ces documents pendant ces deux dernières sessions jusqu’à ce jour, c’était pour éviter les fraudes.

Pour faciliter le retrait de ces diplômes,  Ansa Diawara a déclaré que des mesures sont prises par le département.

Par ailleurs,  le porte-parole du MEP-U nous a confiés que le Ministre Guillaume Hawing effectue des visites inopinées chaque matin dans des écoles de la capitale pour s’enquérir des réalités avant de se rendre au département.

SAMUEL DEMBA DUOLAMOU

Sociétés

Une compagnie aérienne remplace les jupes et les talons par des baskets et des pantalons pour les hôtesses de l’air

Razakou Moussa

Un choix qui séduit les principales concernées ! 

Jupe, talons, tailleur, une tenue que les hôtesses de l’air de la compagnie aérienne ukrainienne SkyUp airlines n’auront plus à porter. Pantalon ample, tee-shirt, veste orange et baskets blanches, les hôtesses ont changé de style depuis le 22 octobre. Quant à la coiffure, fini le chignon parfait, place à des tresses pour les employées aux cheveux longs. Un choix de la compagnie qui permet de maximiser la sécurité des hôtesses et des passagers, mais qui s’inscrit également dans la lutte contre le phénomène de la “femme-objet”. Pour les principales concernées, ce changement est vu d’un très bon œil.

“Les chaussures à talons sont belles, je ne le conteste pas, mais les pieds souffrent et enflent à la fin du vol. Les baskets sont absolument cools”, a expliqué Alexandrina Denysenko, une hôtesse, à nos confrères de Reuters.“Si un équipage doit faire un atterrissage dans l’eau et une évacuation, les talons peuvent endommager l’échelle et il ne sera pas très confortable de nager en jupe”, a-t-elle ajouté. “Au côté pratique s’ajoute le désir pressant de ne plus être objectifiées”, a souligné Alexandrina Denysenko.

“Nous avons compris que nos hôtesses de l’air ne voulaient pas être perçues comme sexualisées et enjouées”, a expliqué Marianna Grygorash, la responsable du marketing chez SkyUp airline.“Les temps ont changé, les femmes ont changé, alors en contraste avec les classiques conservateurs, les talons, le rouge à lèvres rouge et le chignon, une nouvelle image plus moderne et confortable d’une ‘championne’ est apparue”, a souligné un cadre de la compagnie. En France, c’est le concours Miss France qui est attaqué aux prud’hommes par une association féministe.

Source : Melty.fr

Sociétés

Des déchets de toilettes d’avion peuvent-ils tomber du ciel, et quelle est la probabilité que nous soyons touchés ?

Razakou Moussa

Les Anglais sont souvent préoccupés par la météo, mais un homme du Berkshire, juste à l’ouest de Londres, a eu des raisons spécifiques de s’inquiéter des cieux au-dessus de lui.

Il se détendait dans son jardin lorsqu’il a été “éclaboussé d’une manière très désagréable” par des déchets humains, lâchés depuis un avion.L’incident s’est produit à la mi-juillet, mais n’a été révélé qu’à l’occasion d’une réunion du conseil municipal.

S’adressant au forum de l’aviation du Royal Borough of Windsor & Maidenhead, la conseillère Karen Davies a déclaré qu’elle avait été contactée par un électeur et qu’elle avait été “horrifiée” d’apprendre cet incident “épouvantable”.

Elle a expliqué comment “tout son jardin, ses parasols et lui étaient couverts” d’excréments.

Que s’est-il passé ?

Les avions qui atterrissent à Heathrow survolent régulièrement Windsor.

L’homme vit à Windsor, une ville célèbre pour son château appartenant à la reine, mais aussi située sur la piste d’approche d’Heathrow, le plus grand des cinq aéroports qui desservent Londres.

“Je sais qu’un certain nombre d’incidents se produisent chaque année avec les eaux usées gelées des avions”, a déclaré Mme Davies, “mais celui-ci n’était pas gelé et tout son jardin a été éclaboussé d’une manière très désagréable”.

“Il était dans le jardin à ce moment-là, donc une expérience vraiment horrible, horrible. Espérons que cela ne se reproduira plus jamais pour aucun de nos résidents”, a-t-elle ajouté.

Un autre conseiller, John Bowden, a appelé cela “une chance sur un milliard”.

Il a suggéré que le temps chaud signifiait que les excréments auraient pu “sortir comme un élément plus ‘fluide'”.

Comment cela se produit-il ?

Les toilettes des avions stockent les déchets humains dans des réservoirs spéciaux, qui sont normalement vidés une fois que l’avion a atterri.

Mais les autorités de l’aviation internationale reconnaissent que des fuites de toilettes peuvent se produire dans l’air.

BBC Radio Berkshire s’est entretenu avec Julian Bray, expert en aviation, pour savoir comment une telle douche d’effluents pourrait se produire.

“Les avions modernes sont équipés de toilettes à dépression, donc ils sont plutôt sûrs et assez bien étanches. Le problème est la jonction sous vide entre le mécanisme des toilettes et le réservoir de stockage”, a déclaré Bray.

“Mais il ne peut jamais y avoir un joint étanche à 100%, car il doit y avoir un peu de flexibilité parce que l’avion passe par différents niveaux de pression”.

“Ce qui semble s’être passé ici, c’est que lorsque l’avion est en train d’atterrir, il arrive à environ 6 000 pieds (1 800 m), et la pression change. Il y a une fuite et malheureusement, le monsieur dans ce jardin – sans oublier ses deux parapluies – est recouvert de cette substance.”

Mais à quel point est-ce fréquent ?

Les morceaux de déchets humains congelés qui s’échappent des avions en plein vol sont appelés “glace bleue” en raison du désinfectant utilisé par les compagnies aériennes.

“Heureusement, c’est un événement très rare. Cela arrivait souvent dans le passé et il en sortait une chose appelée glace bleue”, a déclaré M. Bray.

On l’appelle glace bleue plutôt que toute autre couleur simplement parce que c’est un mélange d’urine et de désinfectant, a-t-il expliqué.

“Cela se produisait autrefois – pas très régulièrement, mais cela se produisait réellement. Ça tombait sous forme de morceaux de glace. Ce n’était pas très agréable”, a-t-il ajouté.

Un homme qui a réellement vu une glace bleue tomber – Paul d’Iver – a décrit son expérience à BBC Radio Berkshire.

“Je sortais de l’hôpital Princess Margaret et un jet d’Air Canada est passé à très basse altitude, bien sûr, à l’approche de Heathrow”, explique Paul, “et de la glace de toilette est tombée du train d’atterrissage de l’avion et a tranché deux ou trois branches d’un sapin à environ 3,6 m devant moi”.

Paul se considère chanceux d’être en vie, et pense que son compatriote du Berkshire devrait également se considérer comme chanceux.

“Je pense que l’homme qui a reçu l’effluve sur lui a eu beaucoup de chance, car si cela avait été la glace bleue, cela l’aurait tué”, a-t-il déclaré.

L’autorité britannique de l’aviation civile a déclaré à la BBC en 2016 qu’environ 25 chutes de “glace bleue” sont signalées chaque année parmi les 2,5 millions de vols annuels au-dessus de l’espace aérien britannique, mais cela arrive bien sûr partout.

Incidents internationaux

Parmi les personnes qui ont déclaré avoir été témoins des séquelles d’une expulsion involontaire d’un avion, on trouve de malheureux fêtards de l’État américain de Pennsylvanie.

Joe Cambray, de Levittown, a raconté à une chaîne de télévision locale que la fête d’anniversaire des 16 ans de sa belle-fille avait été gâchée lorsque “quelque chose de méchant s’est abattu sur l’assemblée”.

Heureusement, l’auvent qu’ils avaient installé pour la fête a protégé la plupart des invités de ce véritable trouble fête.

Une boule de glace qui est tombée sur un village de l’État d’Haryana, dans le nord de l’Inde, en janvier 2018, serait également constituée de déchets humains congelés provenant d’un avion.

Le morceau de glace de 10-12 kg est tombé sur le village de Fazilpur Badli avec un “gros bruit sourd”.

Un morceau de glace de 10 à 12 kg est tombé sur le village de Fazilpur Badli, dans le nord de l’Inde

Un haut fonctionnaire local a déclaré à la BBC que certains villageois pensaient qu’il s’agissait d’un objet “extra-terrestre”. “J’ai entendu dire qu’ils ont ramené des échantillons chez eux”, a-t-il dit.

Le Times of India a rapporté qu’une femme de 60 ans avait effectivement été frappée par un bloc de glace bleue présumé de la taille d’un ballon de football en décembre 2015.

En Inde, comme dans de nombreux autres pays du monde, on considère que cela porte chance lorsqu’un oiseau vous fait caca dessus, mais comme l’a découvert la malheureuse Indienne, il n’y a rien de chanceux à être frappé par d’autres types d’excréments qui tombent.

Elle a été gravement blessée à l’épaule, mais des témoins oculaires affirment qu’elle a évité d’être tuée parce que la boule glacée s’est écrasée sur le toit d’une maison avant de la frapper.

Répartir le risque

M. Bray a de bonnes nouvelles pour notre victime de Windsor, mais nous risquons d’être beaucoup plus nombreux à scruter nerveusement le ciel.

Les autorités aériennes modifient la façon dont les avions s’approchent des aéroports.

“Elles vont mettre en place ce qu’elles appellent un système d’entonnoir. Pour l’instant, c’est un système linéaire et tous les avions se suivent”, explique M. Bray.

“Imaginez un entonnoir dans le ciel – ils prendront les avions qu’ils veulent dans cet entonnoir et les avions seront donc beaucoup plus dispersés.”

Selon M. Bray, comme les avions ne suivent pas une route très serrée, le risque est réparti de manière beaucoup plus large”, ce qui signifie que ceux qui se trouvent aux abords des aéroports actuels peuvent s’attendre à une diminution de ces incidents.

Mais d’autres personnes qui vivent un peu plus loin des aéroports peuvent être amenées dans la zone de danger.

Dans ce cas, Bray dit que l’homme de Windsor devrait certainement faire une demande de dédommagement.

Le nom de la compagnie aérienne n’a pas été communiqué à la BBC. Cependant, Mme Davies a déclaré que le résident avait contacté la compagnie aérienne, qui a nié que son avion se trouvait dans la zone, mais qui l’a confirmé par la suite lorsque le résident a pu identifier l’avion grâce à une application de suivi d’itinéraire.

Il a fallu prendre les choses en main

Le résident Andrew Hall, qui était présent lors de la réunion du conseil virtuel, a déclaré que le malheureux aurait raison de demander une indemnisation substantielle.

“Les compagnies des eaux sont condamnées à des millions d’amende lorsqu’elles déversent des eaux usées dans les rivières”, a-t-il dit, et “lorsqu’un avion les disperse sur la tête des gens, je pense que c’est plus odieux, franchement”

Les avions se suivent généralement pour atterrir en ligne à ce moment-là. Ici, un avion traverse les turbulences provoquées par celui qui le précède.

Mais Mme Davies a indiqué que le résident avait décidé de ne pas déposer de plainte auprès de son assurance.

“Il est évident qu’il n’allait pas le faire pour quelques parasols de jardin, ce qui aurait fait augmenter sa prime, alors il a dû prendre les choses en main”, a-t-elle ajouté.

La BBC a contacté l’Autorité de l’aviation civile du Royaume-Uni pour obtenir des réactions, mais n’a pas reçu de réponse après plusieurs jours.

Une autre source réticente à discuter de cette malheureuse affaire est l’homme au centre de cette dernière tempête fécale.

Malgré le grand intérêt des tabloïds britanniques pour son histoire, il a jusqu’à présent résolument refusé d’en discuter les détails.

Il semble que l’inclination britannique à discuter de ce qui tombe du ciel ait ses limites.

Source : BBC Afrique

Sociétés

Burkina : Des faussaires font perdre 12 milliards F CFA à l’État

Razakou Moussa

Selon une information confirmée par la Police nationale du Burkina Faso, six faussaires spécialisés dans la contrefaçon de documents de véhicule et dans la corruption sont aux arrêts. Les autorités policières ont révélé que ces délinquants ont causé un lourd préjudice financier au pays, estimé à 12 milliards de francs CFA. Quel était le mode opératoire de ces gangsters ?

À en croire les confessions des suspects, l’un parmi eux se fait passer pour un transitaire. Il a même établi son bureau à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso. Ce faux agent des transits ne manque pas de clients qui affluent à son secrétariat. Il parvient à convaincre les clients et leur fournit de faux documents. Le faussaire imite parfaitement les signatures d’autorités burkinabè et dispose de faux cachets, mais également de fausses quittances portant le nom de la victime. La bande va jusqu’à transférer les documents contrefaits à la Direction générale des transports terrestre et maritime (DGTTM).

Fort heureusement, les falsificateurs ont été récemment mis hors d’état de nuire par les éléments de la Brigade de recherches du commissariat de police de l’arrondissement de Sig-Noghin. Selon notre source, “des carnets de fausses quittances et des fiches de déclaration de douane contrefaites, des récépissés de dépôt de dossiers d’immatriculation de véhicules, des certificats de conformité et d’évaluation de conformité de véhicules, des plaques d’immatriculation et des attestations de vente d’engins” ont été trouvés en possession des contrefacteurs.

Les faussaires avaient réussi à mettre en circulation plus de 1000 engins à deux roues et trois et plus de 100 véhicules à quatre roues en circulation au Burkina Faso. Ils vont répondre de leurs actes devant les autorités compétentes.

Source : Afrique sur 7