Soleil FM

Soleil FM : Guinée Actus

Toute l’actualité sur la Guinée : Société, faits-divers…

Guinée Actus Guinée Politique

A la une Guinée : le Chef de file de l’opposition en visite chez le représentant de la CEDEAO

LINSAN

Le représentant de la CEDEAO a reçu le cabinet du chef de file de l’opposition ce mercredi 23 juin 2021 au siège de l’institution ouest africaine sis à Dixinn, dans la commune du même nom. Cette visite de courtoisie s’inscrit dans la démarche qui consiste à prendre contact avec les organismes nationaux et internationaux. Pour le représentant de l’organisation de la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest, l’objectif était de faire connaître le rôle du chef de file de l’opposition.

Depuis la mise en place de son cabinet, le chef de file de l’opposition a toujours effectué des rencontres avec des institutions nationales et internationales, afin d’échanger sur les questions brulantes du pays. Ce mercredi 23 juin 2021, c’était le tour du représentant de la CEDEAO en Guinée.  Mamadou Sylla rappelle l’objectif de ces contacts. 

« On a rencontré le représentant de la CEDEAO, pour nous, c’est comme si on a rencontré  les différents chefs d’Etat des quinze 15 pays membres. Vraiment l’accueil était très chaleureux et c’était une visite de courtoisie. Vous savez depuis ma prise de fonction j’ai rencontré pas mal d’institutions nationales et internationales, mais aussi les ambassades, c’est dans ce cadre de faire connaitre et  parler aussi le rôle du chef de file » a-t-il rappelé.

Le présentant de la CEDEAO s’est réjoui de cette visite de courtoisie du cabinet du chef de file de l’opposition. Mario Gomes Fernandez.

« C’était une visite de courtoisie, comme nous la CEDEAO sommes là pour faciliter les choses s’il y a un problème. Et aussi nous sommes une organisation  des Etats, on ne  s’ingère  pas dans la politique des Etats, on facilite les dialogues entre les acteurs. Je pense qu’avec cette visite du chef de file de l’opposition on a beaucoup appris, on a écouté et on a bien pris note. On fera ce qui est possible. »  A-t-il précisé.

Comme il le dit souvent. Avec cette stratégie, le chef de file de l’opposition, leader de l’UDG s’oppose autrement au régime Condé.

AMARA SIMBA

Guinée Actus Sociétés

A la une Me Béa : ‘’ Je demande à mes clients de mettre cette affaire derrière, et d’accepter que c’était le destin ‘’

LINSAN

La libération de Souleymane Condé, coordinateur des antennes du FNDC aux Etas Unis d’Amérique et Youssouf Dioubaté est une satisfaction pour  Me Salifou Béavogui, l’un des défenseurs de ces graciés.

L’avocat a remercié ce geste du Président de la République, ses collègues et toutes les personnes à visage découvert ou caché qui ont joué en faveur de ce processus. Aux micros des journalistes, il invite ceux-ci, à regarder dans l’avenir.

«  C’est un grand jour pour moi et pour mes clients. Aujourd’hui, Souleymane Condé et Youssouf Dioubaté ont été libérés. Je commence d’abord par prier Dieu que l’âme de leur troisième codétenus Roger Bamba qui était dans le même dossier n’a eu ni la chance ni le droit de comparaitre devant les juridictions. (…) Je demande à mes clients de mettre cette affaire derrière nous, et d’accepter que c’était le destin et de continuer leur vie pour le bien-être de la population’’, a-t-il conseille.

SAMUEL DEMBA DUOLAMOU

Guinée Actus Guinée Politique

A la une L’ère des grâces en Guinée

LINSAN

La grâce présidentielle est à nouveau accordée à deux autres prisonniers politiques, il s’agit de Souleymane Condé et Youssouf Dioubaté. L’annonce a été faite ce mardi 22 juin 2021 dans un décret lu sur les médias d’Etat. Après avoir bénéficiés de cette totale remise de peine. Notre rédaction a joint ce mercredi l’honorable Abdoulaye Kourouma, député à l’Assemblée nationale et président du parti Rassemblement pour la Renaissance et le Développement (RRD). Cet homme politique s’est dit joyeux de cet acte du Président Alpha Condé, il n’a pas également hésité à lui invité de faire bonne œuvre de son pouvoir.

Abdoulaye Kourouma, Député guinéen et leader du RRD

Jugés et condamnés pour opposition au troisième mandat du Président à un an d’emprisonnement et une amende de 20 millions chacun, Souleymane Condé et Youssouf Dioubaté ont désormais bénéficié de la grâce du Président. Cette faveur de la part du Chef de l’Etat est bien appréciée par le leader du  RRD. Il invite par la même occasion le Président de la République à user de la sagesse durant son mandat en cours.

 « Mais ce que je voudrai dire au Professeur Alpha Condé, le mandat qu’il est entain d’exercer ne doit pas être un mandat politique, ça doit être un mandat de développement économique, social et surtout un mandat de paix, de culture et de l’unité nationale. Il doit préparer une sortie honorable et une fondation pour le pays dans le cadre du developpement sociopolitique et économique », a déclaré Abdoulaye Kourouma.

Poursuivant, le leader du Rassemblement pour la Renaissance et le Développement insiste sur l’unité nationale.

 « Moi je lui demande pardon, nous avons tous été candidats, il a gagné les élections, nous même nous avons reconnu sa victoire et on lui a felicité. Aujourd’hui il detient le pouvoir dicrétionnaire alors c’est à lui d’orienter le pays et ses contenus sur le bon chemin. Dans ce cas, il doit vraiment nous accepter, que nous sortons de la politique politicienne et que nous travaillons main dans la main », affirme-t-il.

L’homme politique souhaite le meilleur pour ceux qui viennent de recouvrer leur liberté. 

« Ceux qui ont eu leur liberté, vraiment on leur dit bonne chance pour le reste de la vie et de continuer le combat pour le développement du pays, d’avoir l’amour du pays et surtout d’être fort moralement », a-t-il souhaité.

Quelques heures plutôt, les bénéficiaires de cette grâce ont dressé une demande de clémence au chef de l’Etat guinéen.

FATOUMATA NIMAGA

Guinée Actus Sport

A la une Ligue 1 guinéenne : l’AS Kaloum s’impose contre Horoya AC

LINSAN

L’association sportive de Kaloum s’est imposée ce mardi 23 juin 2-0 face au  Horoya AC sacré Champion 2021 de ligue 1 Salam. Cette rencontre qui s’est joué au stade du 28 septembre de Conakry s’inscrit dans le cadre de la 24ème journée de cette compétition nationale. A constaté notre envoyé spécial au stade.

Cette rencontre est le deuxième classico entre ces deux clubs de la capitale pour cette année. Dans ce duel, ce sont les hommes de Désiré Fokou qui  ont pris leur revanche en s’imposant sur le score de deux buts à zéro. Une victoire qui permet de relancer le club déclare le coach principal  de l’AS KALOUM. 

« C’est un bon résultat pour nous, parce que je pense que les choses sont un peu relancées dans le championnat. Et si on arrive à gagner les deux derniers matches on peut rester dans le top quatre », déclare-t-il.

A en croire aux propos de l’entraineur du Horoya AC, son adversaire était Plutôt performant.  Malgré cette défaite Lamine N’Diaye  affirme que son objectif a été atteint  pour cette saison  avec le sacre des rouges et blanc de Matam.

 « On a fait ce qu’on pouvait faire. Ça été un match difficile, vous savez tu ne peu pas en 19 jours faire sept matchs comme on vient de le faire et puis ça continue ce n’est pas possible. Il y a aucun pays au monde qui fait cela. Vraiment aujourd’hui ils étaient meilleurs que nous, car on n’avait pas de répondant.  On s’en fout de l’histoire qui est entre les deux clubs, l’essentiel est que nous sommes champions cette année », a rebondit le coach.

Avec cette victoire, le club de la presqu’île de Kaloum occupe la 7ème place du championnat guinéen de ligue 1 Salam avec 36 points tandis que le Horoya AC est premier avec 52 points. 

KABA KOUYATE

Guinée Actus Guinée Politique

A la une Guinée : des ONG s’engagent dans la vulgarisation du code civil guinéen

LINSAN

Amnesty international et WAFRICA ont démarré une campagne de vulgarisation du code civil guinéen ce mardi 22 juin 2021 à Conakry. C’est la maison de presse de Kipé dans la commune de Ratoma qui a servi de cadre au lancement de cette campagne. Selon les organisateurs, c’est un projet à durée indéterminé qui consiste à faire connaître le contenu de ce code à un maximum de guinéens.

Le code civil est l’ensemble des règles qui déterminent le statut des personnes de même nationalité, celui des biens et des relations entre les personnes privées. C’est dans cette perspective qu’elle a été révisée en 2019. Mais depuis, il peine à se faire connaître par la majorité des guinéens. Pour la Directrice exécutive de Woman of Africa, c’est cela la raison de cette campagne de vulgarisation.

« Passer un texte, la première étape du travail est de rendre l’exercice des droits humain effectif. Mais sans la vulgarisation, il ne se passera pas grand-chose. Donc on sait que si on doit accompagner le travail de plaidoyer, il faudrait qu’on le vulgarise pour que les citoyens puissent exercer leur droit », explique Fatoumata Souaré Anne.

Ces ONG qui ont participé au plaidoyer pour la révision de ce code civil se félicitent aujourd’hui de la mise en œuvre de certains de ces projets surtout en ce qui concerne le droit de la femme.

« Ce sont les problématiques de garde des enfants en cas de divorce, d’héritage, de succession ou d’injustice, de violation des droits de la femme et de discrimination », cite Fatoumata Souaré Anne.

.

Contenant plus de mille articles, la vulgarisation de ce code civil passera par plusieurs canaux de communications.

« Nous allons lancer sur les réseaux sociaux, nous allons avoir des partenariats avec les radios rurales de Guinée et évidement avec les radios privées et la Presse en ligne avec les départements concernés pour vulgariser au maximum ce code civil. Si nous ne connaissons pas nos droits nous ne pourrons pas les réclamer et encore moins les défendre », souligné Souleymane Diallo, représentant d’Amnesty international.

A rappeler que la campagne a commencé ce mardi 22 juin 2021 et se poursuit pour une durée indéterminée.

FATOUMATA KEITA

Guinée Actus Guinée Politique

A la une Affaire Grenade : « Je comprends l’acharnement de ce militant », Dr Ben Youssouf Keïta

LINSAN

Boubacar Diallo ‘’alias Grenade’’ tire à boulets rouges sur l’Union des Forces Démocratiques de Guinée, son désormais ancien parti. Il a réitéré les invectives dans une émission chez nos confrères de FIM Fm ce lundi 21 juin 2021. L’ancien député de l’UFDG, l’Honorable Ben Youssouf Keita dit comprendre l’acharnement de ce militant.

Depuis sa sortie de la maison centrale de Conakry, Boubacar Diallo ‘’alias Grenade’’ ne s’est pas fait attendre pour clamer qu’il a été abandonné par les responsables de l’Union de Forces Démocratiques de Guinée. Dr Ben Youssouf Keïta, membre du conseil politique de l’UFDG, pense que c’est un otage libéré qui a réagi.

«  C’est un otage qui vient d’être libéré et  vous savez quand vous êtes otage, vous n’êtes pas le maitre de vous-même, votre situation psychologique basique est vraiment très vulnérable. Donc, il faut pour de même comprendre sa situation psychologique et donner le temps au temps» a-t-il précisé.

Cet ancien inconditionnel de l’UFDG a été manipulé une première fois, il ne faut pas exclure cette éventualité dans ses prises de positions actuelles soutient Dr Ben Youssouf Keita.

« Il avait déjà été manipulé auparavant en détention, vous avez confirmé cela à la radio et moi aussi j’ai écouté comment on l’a fait faire une photo avec une arme. Alors  ce n’est pas exclu qu’il ait subi d’autres manipulations », a signalé l’ancien Président de la commission de la santé au parlement guinéen.

Pour cet ancien député, l’UFDG n’a pris aucune décision à l’encontre de ‘’Grenade’’. Par ailleurs, Dr Ben Youssouf précise qu’aucun militant n’est forcé à rester dans un parti politique.

« S’il maintient sa position, ben ! On aura eu le temps avec le recule de savoir pourquoi il a fait ça. Qu’est qui l’a animé ? Es- ce que c’est sa conviction ? Et là nous pouvons maintenant prendre notre position. Mais une fois de plus je pense que le parti politique ne retient obligatoirement qui que ce soit. On adhère librement à un parti politique, on peut en sortir librement. Personne n’est salarié d’un parti politique. », a-t-il apporté.

La question que l’on pose est de savoir si cette grâce du Président de la République est une façon de déstabiliser le parti de Cellou Dalein Diallo ou de favoriser le cadre de dialogue permanant encours. L’avenir nous dira.

AMARA SIMBA

Guinée Actus Sociétés

A la une Guinée-Justice : Ismaël Condé attend d’être situé par le juge

LINSAN

Sept ans d’emprisonnement ferme avec une amende de cent millions de francs guinéens ont été requis contre Ismaël Condé par le tribunal de première instance de Mafanco. Poursuivi pour offense sur la personne du chef de l’Etat, diffusion des données de nature à troubler l’ordre public et injures par le biais d’un système informatique. Cette réquisition du procureur n’a pas été une surprise pour son avocat Me Mohamed Traoré

A la barre, le vice maire de la commune de Matam a nié les faits qui lui sont reprochés par le ministère public. Pour Ismaël Condé, il est victime d’une injustice.

« Je n’ai rien dit dans cette publication, je n’ai fait que retranscrire les propos du chef de l’Etat, un Président que j’ai servi d’ailleurs pendant plus de vingt ans. Donc je me retrouve aussi aujourd’hui dans le camp des bannis, parce que j’ai aimé ce Président, parce que j’ai aimé ce parti que nous avons bâti ensemble. Alors c’est un appel que je lance à tous les démocrates, de rester encore sereins. On ne se bat pas pour un homme, on se bat pour un pays. J’ai juste dit mon opinion, et je pense que par rapport à mon opinion, je ne mérite pas tout ça», explique Souleymane Diallo est le représentant d’Amnesty international.

Pour Me Mohamed Traoré, l’un des avocats de la défense, son client est un détenu à cause de son opinion.

 «On a fait une sorte d’incursion sur sa page Facebook pour aller sortir des publications qu’il avait faites  en tant qu’homme politique. C’est pourquoi nous disons que Ismaël Condé est un exemple type d’un détenu d’opinion, parce que sur sa page Facebook, il n’a fait qu’exprimer une opinion et d’ailleurs cette opinion-là, certains l’avaient déjà exprimé avant lui, mais comme il est dans le mauvais camp on a pensé qu’une telle opinion venant de lui constituait tout de suite une infraction», déroule-t-il.

Puisque tous les procureurs ont désormais pour habitude de requérir des peines maximales contre les détenus politique, le collectif des avocats du vice-maitre de Matam est aussi prêt à démontrer que ces peines n’en valent pas la peine.

« Ce n’est pas étonnant, tous les procureurs de Conakry se sont inscris dans cette logique de requérir des peines maximales contre les détenus d’opinions ou politiques, nous nous sommes employés nous aussi en tant qu’avocats, à démontrer que ces faits-là ne tiennent pas et que ces réquisitions ne valaient pas la peine d’être présentées. J’ai simplement rappelé que le juge est chargé de juger ses prochains, mais au-dessus du juge il y a le juge suprême qui est Dieu », a déclaré Me Mohamed Traoré.

Ce dossier a été finalement renvoyé le 08 juillet 2021. Pendant ce temps Ismaël Condé se retourne dans sa cellule où il a déjà passé neuf mois.

FATOUMATA NIMAGA        

Guinée Actus Guinée Politique

Alpha Condé promet encore : ‘’ la Guinée sera ‘’le grenier de l’Afrique de l’Ouest ‘’

LINSAN

En présidant à la remise officielle des matériels agricoles offerts par le Président turc à la Guinée le dimanche 20 juin 2021 au palais du peuple, à travers la société Albayrak, le chef de l’Etat guinéen a réitéré son engagement de cultiver plusieurs hectares de riz désormais avec l’apport de ces engins.

D’ici 2023, selon Alpha Condé, la Guinée devrait pouvoir atteindre son autosuffisance alimentaire mais aussi revendre des produits agricoles aux pays de la sous-région.

«  La coopération avec la Turquie est extrêmement importante. Et Monsieur Hamed Albayrak (le directeur général de la société albayrak) fait partie de ces hommes d’affaires turques qui symbolisent cette amitié.  Car, non seulement il est entrain de transformer notre port pour en faire le port du Mali et du Burkina, il a décidé aussi de nous accompagner en fabricant des matériels agricoles », s’est réjoui le Président de la République.

Pour Alpha Condé, l’idée est de cultiver deux fois par an pour, non seulement atteindre les objectifs de l’autosuffisance alimentaire d’ici 2023 mais aussi d’exporter nos produits hors de nos frontières.

« Avec un transfert de technologie afin que non seulement nous puissions cultiver deux fois par an avec six à sept hectare au lieu de deux. Et nous sommes certains qu’ensemble, nous allons en faire de la Guinée, le grenier de l’Afrique de l’ouest comme l’avait destiné la colonisation française. Et nous devrons transformer notre économie pour produire tout ce que nous consommons  afin d’économiser nos devises et exporter », a-t-il promis.

Malgré les plaines agricoles que disposent la Guinée, le pays importe plus de cinq cent mille tonnes de riz chaque année, a rappelé le Ministre de l’agriculture Roger Patrick Milimono.

FATOUMATA BAH    

Guinée Actus Sociétés

Guinée Culture : Balla Fassakè n’est pas mort

LINSAN

‘’Balla Fassakè Kouyaté’’, est le fils du gardien du balafon sacré du Manding (le sosso bala). Il a été nommé le 18 juin 2021 comme chevalier de l’ordre national du mérite de Guinée en Amérique. Pour le féliciter, ses descendants ont organisé ce lundi, une conférence de Presse à la maison commune aux journalistes de Kipé-Dadya, dans la commune de Ratoma-Conakry.

Ils étaient mille cinq-cents (1500) candidats à participer au grand concours international américain ‘’national héritage fellowships.

Deux-cents dix (210) ont été nominés. Parmi lesquels figure DjelyBalla Fassaké Kouyaté. Il dit être très ravi de ce trophée et fière d’être guinéen

« La Guinée est plus grande que l’Amérique parce que je viens de ce beau pays, tu ne peux jamais savoir où tu vas si tu ne sais pas d’où tu viens, donc la Guinée c’est la source et merci à tout un chacun surtout à mes parents », s’est réjoui DjelyBalla Fassaké.

Poursuivant, le Djely a dénoncé la négligence de la culture guinéenne en occident et le mépris du chef de l’Etat envers les guinéens de l’étranger.

« Le jour où j’ai reçu ce trophée à la maison blanche, je me suis dit, nous les noirs et surtout mandinka si nous ne faisons pas attention dans vingt ans nos enfants quitterons ici pour aller à la recherche de notre histoire chez les blancs, je suis Djely et non artiste», s’est-il intrigué.

Balla Fassaké Kouyaté a aussi mis un accent particulier sur la construction d’un centre de culture pour ne pas oublier l’histoire du mandingue.

« Si nous nous donnons la main nous allons construire un centre de musique pour la génération montante », croit-il.

La cérémonie a pris fin par une démonstration de jeux d’instruments de musiques manding. HADJA MAMADY CAMARA

Guinée Actus Sociétés

Conakry : les vendeuses Taouyah dans la rue

LINSAN

Les femmes de Taouyah dans la commune de Ratoma ont investi la rue ce lundi 21 juin 2021 pour dire non à la vente de leur marché. Selon nos informations le maire et le chef de quartier seraient à la base de cette vente. Pour ces femmes, le monsieur qui a acheté le marché de Koloma est le même qui est derrière ce nouvel achat. Etant informé de cette situation Issa Soumah, maire de la commune de Ratoma a interpellé ces femmes.

Notre marché ne sera pas vendu ! C’est le slogan que scandaient ces vendeuses du marché Taouyah. Elles demandent au maire et au chef de quartier d’annuler la vente du marché. L’une d’entre elles s’est prêtée à notre micro sous anonymat.

« Nous sommes parce que notre maire et le chef de quartier ont vendu notre marché. On sait qu’ils ont vendu le marché de Koloma, quand ils ont vendu le marché de Koloma ils ont chassé les femmes. Hier ils ont dit qu’ils viennent mesurer notre marché et on leur avait dit de ne pas venir, ils ont dit qu’ils vont venir. Nous aussi on a décidé de sortir pour qu’ils puissent nous donner les raisons », a-t-elle expliqué.

Informé de la nouvelle, le maire de la commune de Ratoma a tout d’abord tenu compte des cris de cœurs de ces femmes qui étaient très remontées avant d’apporter des précisions.

« Ce que vous avez fait aujourd’hui ne devrait pas être fait. Il  n’y a même pas 5 mètres entre le marché et la commune. Et en plus de cela votre porte-parole vient de dire que vous avez entendu que je ne sais qui, doit venir acheter ici. Ce que je vais vous dire, est que le marché de Taouyah n’est pas vendu et il ne le sera pas. », rassure Issa Soumah.

Il faut dire que tout est parti du payement d’une somme de 50.000fg qui a été réclamé par l’administration générale du marché et les rumeurs disant qu’on veut vendre le marché.

AMARA SIMBA