Soleil FM

Soleil FM : Guinée Actus

Toute l’actualité sur la Guinée : Société, faits-divers…

Guinée Actus Guinée Economie

‘’Veiller bien à l’inclusion de la Guinée à l’espace de la CEDEAO’’ voilà ce que propose Frébory Donzo

LINSAN

Dans un communiqué lu sur les ondes de la télévision nationale, la junte a annoncé la réouverture progressive des frontières terrestres de la Guinée avec ses voisins. Et suivant le chronogramme annoncé du CNRD, cette réouverture a commencé ce mercredi 15 septembre par la Sierra-Léone et le Libéria. Frébory Donzo, président de l’union nationale des transporteurs de Guinée, joint par notre rédaction, a remercié le colonel Mamady Doumbouya d’avoir pensé à la réouverture des frontières terrestres.

L’attente aura été longue, mais enfin le soulagement. A partir de ce mercredi, la fermeture des frontières terrestres reste un lointain souvenir. Progressivement le trafic transfrontalier peut bien reprendre avec les pays voisins. Cette bonne nouvelle est la bienvenue chez le président de l’union nationale des transporteurs routiers de Guinée, Frébory  Donzo.

« Nous sommes très contents par rapport à la réouverture des frontières et disons  a la junte  un grand merci », s’est il réjouit.

Pour le patron des transporteurs routiers, les premiers convois de camions à destination de la Sierra-Léone sont déjà en route. Pour les autres pays limitrophes, les derniers réglages sont en cours comme indiqué dans le communiqué. 

«  Nous avons entamé les activités sur le terrain. Comme prévu les camions qui devaient bouger pour la sierra-Leone sont déjà partis et pour le reste nous suivons le communiqué », a-t-il dit. 

Dites-nous quelles sont les pertes que vous avez registré au cours de la fermeture des frontières ? «  On a perdu beaucoup pendant la fermeture des frontières. La somme est incalculable »,    

Sans trop de commentaires, M. Donzo a fait cas des nombreuses pertes registrées pendant la fermeture des frontières terrestres.

Quel appel lancez-vous à l’ endroit des autorités ? 

« Nous demandons au colonel Mamady Doumbouya de veiller bien à l’inclusion de la Guinée à l’espace de la de CEDEAO, la liberté de circuler est l’élément fondamentale de l’homme », a-t-il proposé.  

Pour rappel, les frontières avec la Côte d’Ivoire, le Libéria et la Sierra-Léone, n’ont été fermées que le 5 septembre 2021 suite à l’éviction d’Alpha Condé du pouvoir par les forces spéciales.

FATOUMATA BAH

Guinée Actus Guinée Politique

Putsch en Guinée/Une première condamnation en Guinée ?

LINSAN

L’Association Scolaire et Estudiantine de Guinée a fait sa lecture ce mercredi 15 septembre de la prise du pouvoir par la junte. Dans une déclaration lue à son siège de Gbessia-Kondébounyi dans la commune de Matoto. Ces élèves et étudiants ont condamné la manière dont Alpha Condé a été éjecté du pouvoir et exigent des nouvelles autorités le respect du mois d’octobre prochain comme l’ouverture des classes. Lisez la déclaration ci-dessous :

Ce dimanche 05 Septembre 2021 nous avons suivi avec intérêt l’évolution de l’actualité sociopolitique de notre pays. C’est avec étonnement que nous avons appris l’arrestation du Président de la République, la dissolution de la constitution ainsi que du gouvernement et des institutions républicaines.

L’Association Scolaire et Estudiantine de Guinée fidèle à sa vocation de démocratie, de justice, de développement et de paix, condamne avec fermeté la prise du pouvoir d’Etat par les armes. Nous estimons que la dévolution du pouvoir politique ne saurait se faire en dehors des urnes et aucune fraction militaire ou civile ne saurait usurper la souveraineté du peuple de Guinée, seul maitre de son destin.

A cet effet, nous exigeons de la junte militaire, auteur du coup d’Etat :

  1. La libération pure et simple du Président de la République, chef de l’Etat Pr Alpha CONDE ;
  2. Le retour à l’ordre constitutionnel précédé de l’investiture d’une transition civile avec pour effet la mise en place d’un gouvernement inclusif et technique ;
  3.  La poursuite des projets de développement particulièrement en lien avec l’Education.

Par la même occasion, nous invitons les autorités des ministères en charge de l’Education, de tout mettre en œuvre pour une reprise des cours réussie dans nos écoles et universités en octobre prochain, dans un climat de paix et de sérénité.

L’Association Scolaire et Estudiantine de Guinée reste engagée en faveur de la démocratie et de l’application de ses règles, elle en appelle à un sursaut patriotique à l’endroit de tous les guinéens pour qu’ensemble nous soyons effectivement acteurs de notre développement.

Vive la Guinée !

Vive la Démocratie !

Vive la Paix et le Développement !

Conakry, 15 Septembre 2021

Le Président

Kabinet KEITA

Guinée Actus Guinée Politique

Les structures syndicales saluent l’abrogation des 5% sur le salaire des fonctionnaires

LINSAN

L’abrogation du prélèvement des 5% sur le salaire indiciaire des fonctionnaires de l’Etat et 2% sur la pension des retraités est une des décisions du CNRD les plus saluées par les structures syndicales. Jusque-là, ce prélèvement était une décision qui ne faisait pas l’unanimité et a toujours été critiqué par la plupart des syndicats.

Depuis le début, le prélèvement de 5% sur le salaire des agents de l’Etat a toujours fait polémique. Le Syndicat National de l’Education-SNE, l’une des structures syndicales à toujours dénoncer cette mesure, se réjouit aujourd’hui de son abrogation. Michel Pépé Balamou en est le secrétaire général.

« Le syndicat national de l’éducation apprécie à sa juste valeur, le communiqué portant abrogation du prélèvement de 5% sur le salaire indiciaire des fonctionnaires et 2% sur la pension des retraités. Et nous demandons au CNRD de rétablir nos camarades fonctionnaires dans leur droit en les rappelant les 5% qui ont été prélevé sur leur salaire », a-t-il plaidé.

L’une des rares structures à apprécier la mesure, l’USTG, applaudit aussi la décision d’annulation en attendant de faire adhérer tous les fonctionnaires. Abdoulaye Sow.

« Ça permet de prendre en charge du point de vue santé les fonctionnaires guinéens et leur famille. Le revenu est très faible et donc cela pouvait les prendre en charge et les soigner très bien. Mais les préalables n’étant pas rempli, nous avons dit qu’il n’en valait pas la peine. C’est donc avec satisfaction que nous avons appris cette bonne nouvelle », s’est il réjouit.

Le SNE  demande la suspension momentanée de l’institut national d’assurance maladie obligatoire-INAMO et la caisse nationale de prévoyance sociale des agents de l’Etat et propose plutôt d’aller sur de nouvelles bases.

« Pour que les 18% que l’Etat donnait comme sa part de contribution soit justifié en même temps nous demandons au CNRD de dissoudre les directions générales de ces deux caisses pour pouvoir voir clair dans cette situation. Et que des conditions préalables soient d’abord remplies. Il faut une large campagne d’information et de sensibilisation, une implication de toutes les structures syndicales », a-t-il souhaité. 

Seul un cadre de confiance pourrait faire adhérer les fonctionnaires à cette mesure a conclu, notre interlocuteur Michel Pépé Balamou.

FATOUMATA KEITA

Guinée Actus Guinée Politique

A la une Gle Mahawa Sylla nommée Gouverneure de Conakry

LINSAN

Dans le communiqué N° 13 du Comité national du rassemblement et du développement (CNRD), rendu public à la télévision nationale ce 10 septembre, le chef de la junte, le colonel Mamady Doumbouya a nommé la générale de brigade Mahawa Sylla, l’unique femme générale de l’armée guinéenne au poste de gouverneure de la zone spéciale de Conakry.

Dame Mahawa Sylla remplace ainsi le général de division Mathurin Bangoura.

La nouvelle gouverneure de la capitale a été élevée au grade de général de brigade il y a deux ans à l’occasion de la commémoration de la fête internationale des femmes par le président déchu Alpha Condé.

L’officier général Mahawa Sylla à fréquenté l’une des écoles de guerre de la Chine. Elle a aussi servi au sein de la Minuci, ces forces internationales d’interposition qui ont été déployées par  les Nations Unies en Côte d’Ivoire pendant la rébellion de 2002.

Elle a assumé dans  le comité national de la défense, les fonctions de secrétaire générale.

LAMINE LINSAN

Guinée Actus Sociétés

A la une Téléphone intelligent ; opium des jeunes guinéens

LINSAN

La révolution technologique a donné une autre image à notre monde depuis  quelques années. Appuyée par la mondialisation, le monde est de nos jours un village planétaire grâce aux technologies de l’information et de la communication (TIC). Ces outils tels que les téléphones androïdes sont de nos jours convoités par tous,  malgré la cherté de la vie. soleifmguinee.net a recueilli l’avis des jeunes sur le sujet ce vendredi le 10 septembre 2021.

Malgré la crise économique dans notre pays, nombreuses personnes préfèrent se procurer d’un téléphone androïde à des prix exorbitants au détriment des petits téléphones.

Cet intérêt particulier accordé aux Smartphones chez certains individus mérite des explications. Interrogé, Boubacar Soumah, citoyen au quartier Lambanyi dans la commune de Ratoma dit que cela est dû à la nécessité de s’informer et de se former.

« C’est juste pour se connecter, voir les informations qui se passent de nos jours. C’est pour mieux s’informer », se défend-t-il.

Kémoko Soumah, étudiant sortant du département de sociologie, aime les téléphones intelligents parce que cela lui permettent de mener des recherches.

« Ça c’est dû à la nouvelle technologie. Les TIC jouent beaucoup rôle de nos jours, comme par exemple moi ça m’aime à faire des recherches »

Kanvas Camara, contrairement aux autres, utilise les androïdes pour une question de conformité. 

« Parce que maintenant tout le monde veut l’androïde, c’est pour cela j’ai acheté ça. Si je veux le petit téléphone, je peux l’acheter ».

Il faut reconnaitre que certaines personnes préfèrent acheter les androïdes à des prix excessifs même s’ils n’ont rien de quoi manger.

  LONCENY BAMBA

Guinée Actus Guinée Politique

A la une CAST Guinée demande aux putschistes de sauvegarder l’unité nationale

LINSAN

Le collectif des acteurs sociaux pour une transition apaisée et réussie (CAST Guinée), a fait une déclaration ce jeudi 9septembre 2021, à la maison de la presse de Kipé, dans la commune de Ratoma/Conakry. Dans cette déclaration le collectif demande au comité national du rassemblement et du développement de sauvegarder l’unité nationale et de maintenir  la paix en Guinée.

Déclaration intégrale ci-dessous.

Déclaration :

Nous avons observé avec beaucoup d’intérêts et d’attention, les évènements  survenus le 05 Septembre 2021 en République de Guinée, qui a mis fin au régime du Prof. Alpha CONDE et a conduit à la dissolution du gouvernement et de l’Assemblée Nationale, la suspension de la constitution qui ouvre une nouvelle ère de transition en Guinée.

C’est dans cette optique, nous acteurs sociaux avions jugé de mettre en place une synergie d’actions concertées auprès des organisations sociales afin de faire des propositions concrètes aux différents acteurs de la vie nationale.

En se basant sur notre rôle de veille et d’alerte, nous lançons un appel solennel :

  1. Au Comité national de rassemblement et de développement :
  2. D’ouvrir un cadre d’échange et de consultation inclusive de tous les acteurs sur le plan national ;
  3. De s’abstenir à tout esprit malveillant des mouvements de soutien ;
  4. De proposer des nouvelles orientations de développement ;
  5. Continuer la défense de l’intégrité du territoire national ;
  6. Prôner la paix et l’unité nationale ;
  7. Faire de la justice la boussole du développement ;
  8. Continuer à assurer la protection des citoyens et leurs biens ;
  9. Continuer à assurer l’intégrité physique et morale du Prof Alpha CONDE ;
  10. Aux leaders politiques :
  11. De faire preuve de maturité et d’esprit patriotique ;
  12. De s’abstenir de tout propos de division, de vat en guerre, de régionalisme et de communautarisme ;
  13. De sensibiliser leurs militants à la retenue ;
  14. Aux acteurs de la société civile :
  15. A l’unité d’action ;
  16. A la vigilance et à la promotion du civisme ;
  17. De s’abstenir de tout esprit de divisionnisme ;
  18. De continuer à défendre l’intérêt général ;
  19. Aux coordinations régionales :
  20. De promouvoir l’unité nationale et la paix dans le pays ;
  21. De s’abstenir de toutes considérations ethniques et communautaires ;
  22. A la population :
  23. De s’abstenir de tout mouvement de propagande ;
  24. D’être serein et vigilent ;
  25. De promouvoir la cohabitation pacifique.

Le collectif des acteurs sociaux pour une transition apaisée et réussie (CAST-GUINEE) soucieux de la paix et de la quiétude sociale dans le pays , reste ouvert et disponible à tout dialogue et actions allant dans le sens de l’unité, la paix et la solidarité pour une Guinée uni et

Vive la paix et l’unité nationale

Vive la république

Que Dieu bénisse la Guinée et les Guinéens.

AMARA SIMBA SYLLA

Guinée Actus Guinée Politique

A la une Guinée : tête-à-tête entre nouvelles autorités et anciens dignitaires

LINSAN

Après son discours tenu au chapiteau du palais du peuple ce 6 septembre, le colonel Mamady Doumbouya a eu un entretien avec les anciens ministres et présidents des institutions républicaines. Au cours de la rencontre, selon nos sources, le patron du Comité national de rassemblement et du développement (CNRD) a demandé le soutien de ces anciens dignitaires du régime d’Alpha Condé.

Quand le désormais ancien Premier ministre a pris la parole, il a demandé à ce que les militaires réservent à Alpha Condé un traitement physique et moral conformément à son statut, vu que c’est un Président de la République, puis un personnage âgé.

Quant à Amadou Damaro Camara, il a fait savoir au colonel Doumbouya que les institutions ont des statuts différents des ministères. Il lui a demandé de tenir compte de ce facteur.

Amara Somparé a quand à lui parlé des cas de vandalisme enregistrés dans le ministère de la Communication et de l’Information et aux médias publics situés dans les environs, notamment la Radio rurale, le journal Horoya.

Pour sa part, le président de la Commission électorale nationale (CENI) a fait savoir que des individus s’étaient rendus au siège de l’institution pensant y trouver de l’argent, puisque le Budget venait d’être adopté.

Comme l’avait dit Damaro, Hadja Rabiatou Diallo a rappelé au colonel Doumbouya que la Guinée dirige actuellement l’Union des conseils économiques et sociaux et institutions similaires des pays membres de la Francophonie (UCESIF). Ce qui signifie que si la dissolution de cette institution est maintenue, la Guinée perdrait non seulement la présidence de cette organisation internationale, mais aussi les avantages qu’elle pourrait en bénéficier, puisque la formation de nombreux jeunes guinéens est prévue au sein de l’UCESIF.

Le colonel Doumbouya a promis d’examiner le cas de Hadja Rabiatou Sérah Diallo, présidente du Conseil économique, social, culturel et environnemental (CESCE).

Il a ensuite fait savoir aux anciens dignitaires du régime Condé, qu’il ne toléra aucune action de sabotage contre le CNRD.

Les anciens ministres et présidents des institutions sont repartis avec leurs véhicules de service, mais ils doivent les déposer dès ce mardi 7 septembre 221 au niveau des Secrétaires généraux de leurs ministères, pour ce qui concerne les ministres.

Ils sont tous interdits de sortie du territoire national pendant la transition et ils doivent déposer leurs documents de voyage.

Guinée Actus Guinée Politique

Guinée/libération de détenus politiques : Alpha Amadou DS Bah se réjouit et se dit optimiste quand à la libération de AOB

LINSAN

La libération des détenus politiques a suscité des réactions chez certains activistes des droits l’homme. C’est le cas du vice-président de l’organisation guinéenne des droits de l’homme. Joint ce mercredi, par notre rédaction, maître Alpha Amadou DS Bah exprime sa satisfaction et se dit optimiste quant à la libération d’Alpha Ousmane Bah alias AOB.

La remise en liberté de près de 80 détenus politiques ce mardi, a attiré l’attention du vice président de l’organisation guinéenne des droits de l’homme-OGDH. Pour maitre Alpha Amadou DS Bah cette libération est un grand soulagement.

« C’est un grand soulagement d’apprendre que ces personnes la ont été libérés, puisque c’est quelques chose que nous réclamions  depuis plusieurs mois. Malheureusement ni a la justice, ni au niveau politique nous n’avons obtenu gain de cause. Donc c’est vraiment un grand signal et un vrai remerciement pour les autorités actuelles  d’avoir penser a libérer ces personnes, arrêtées et détenues illégalement  a la maison centrale », s’est t-il réjouit.

Pour le cas d’Alpha Ousmane Bah, alias AOB, cet activiste des droits de l’homme ne cache pas son optimisme quant a sa remise en liberté.

«Mais j’imagine que pour le commandant AOB si c’est lui-même il a été arrêté  suite a un coup d’état qui aurait été perpétré au domicile d’Alpha Condé en 2011, oui bien sûr pour AOB je pense qu’il est fort possible qu’il soit libéré », a-t-il espéré.

Il demande aux nouvelles autorités de poser des actes allant dans le sens de la démocratie et au peuple d’être vigilant, a conclu notre interlocuteur.

ELISABETH DIETLIN

Guinée Actus Guinée Politique

Coup d’Etat en Guinée/ SYN.CE.RE regrette l’obstination de la gouvernance déchue en même temps que la reprise du pouvoir par l’armée

LINSAN

La synergie des organisations de la société civile pour la prévention des conflits électoraux et ses partenaires  ont fait une déclaration ce mardi, au siège d’IFES à Taouyah dans la commune de Ratoma. Dans cette déclaration ils demandent au  CNRD  à multiplier les efforts pour le rassemblement des guinéens et  le respect des droits de l’homme.

Déclaration

Nous, organisations de la société civile membres et partenaires de la Synergie SYN.CE.RE suivons avec beaucoup d’intérêts et espoirs, mais non sans préoccupations, l’évolution de la situation de prise de pouvoir par l’armée depuis la matinée du 05 septembre 2021  à travers des séries de communiqués  et de déclarations.

Fidèles à notre mission, ainsi engagées depuis l’élection présidentielle du 18 octobre 2020, à œuvrer inlassablement pour la prévention et la gestion des conflits, notamment électoraux et la promotion de la bonne gouvernance par un dialogue inclusif et structuré ;

Regrettant l’obstination de la gouvernance déchue à diligenter un dialogue inclusif  et participatif pour la gestion de la crise post-électorale et l’amélioration de la gouvernance, en dépit des nombreuses démarches et propositions concrètes à cet effet;

Constatons avec regret le retour de l’armée au pouvoir favorisé par les élites du pays, après plusieurs années de sacrifices et d’engagements pour l’instauration d’une démocratie véritable ;

Tirant les leçons des nombreux rendez-vous ratés avec des discours de prise de pouvoir qui se sont soldés par la déception pour le vaillant peuple de Guinée ;

Considérant les premiers discours et actes administratifs posés de façon salutaire dans une certaine mesure, avec une forte adhésion circonstancielle exprimée ou non des différentes catégories sociopolitiques du pays ;

Observant avec vigilance les ralliements prétentieux et calculés sur fond d’intérêts et d’agendas politiciens ;

Connaissant le niveau de manipulation de l’opinion publique très poussée sur des fonds de subjectivité et à élan ethno communautaire par certains acteurs sociopolitiques ;

Vu la fébrilité économique et financière de la majorité écrasante de la population dues à la corruption et l’impunité, avec des risques élevés d’instabilités à l’interne et à nos frontières ;

Vu les échecs répétitifsde la communauté internationale à coordonner les efforts pour faire face à ces genres de situations dans la sous-région, en Afrique et de par le monde ; 

Nous, organisations de la  société civile guinéenne, à travers la Synergie SYN.CE.RE et ses organisations partenaires, invitons :

  1. Les nouvelles autorités à:

Continuer leur élan de rassemblement des guinéens dans le respect des droits humains et les principes démocratiques aussi bien dans le discours que par les actes ;

Considérer l’adhésion des populations à leur prise du pouvoir comme une circonstance atténuante et une dernière chance que leur offre l’histoire de notre patrimoine commun, mais non une opportunité d’enrichissement comme observé par le passé ;

Engager de façon incessante des consultations inclusives avec l’ensemble des catégories sociopolitiques du pays et les partenaires pour définir la feuille de route de la transition;

Etre vigilantes face aux ralliements à relent démagogique et politicien;

Faire bénéficier  le peuple d’une justice indépendante et efficace pendant cette période de transition comme un levier de jalons d’un Etat de droits ; 

  • La classe politique

De mettre fin pour une fois, aux combines sur fonds d’appétits égoïstes visant à instrumentaliser les différents rendez-vous de la République avec son histoire ;

D’éviter de construire des opinions publiques sectaires ou orientées contre l’intérêt de la nation pour des intérêts pécuniaires ou bassement partisan;

  • La Société civile et les lobbyings médiatiques à :

Evaluer les impacts des déclarations et émissions à grande écoute sur la vie de la nation pour ainsi s’affranchir des agendas politiques et la course au luxe;

Etre vigilants contre toute tentative d’abus de pouvoir ou de détournement de la transition contre la République ;

  •  La communauté internationale à travers la CEDEAO, l’UA et l’ONU

A restaurer son image et se réinventer à partir de cette situation guinéenne, ainsi considérer la transition comme une feuille de route à exécuter et non une course contre la montre au nom des agendas improductifs.

Vive l’unité nationale,

Vive la démocratie,

Vive le bien être pour toutes les guinéennes et tous les guinéens.

Vive la coopération internationale 

AMARA SIMBA SYLLA

Guinée Actus Sociétés

A la une Bouchon à Conakry ; « il faut opter pour les échangeurs », dit Balla Moussa Konaté

LINSAN

Les usagers de la route vivent un véritable calvaire dans la circulation. Un calvaire marqué pour la plupart par d’interminables embouteillages, conséquence du mauvais stationnement très souvent des taxis, motos, minibus et autres engins, aux heures de pointe. A ce phénomène quotidien d’embouteillage, Balla Moussa Konaté ingénieur en ponts et chaussée, ajoute la dégradation des routes au nombre des causes des bouchons. Il a été joint ce samedi 4 septembre 2021, par la rédaction de soleilfmguinee.net.

La capitale guinéenne est réputée pour ses embouteillages. Au niveau de chaque carrefour se forme une longue file de véhicules. Pour Balla Moussa Konaté ces embouteillages sont dus à l’indiscipline des conducteurs.

« Notre situation routière est caractérisée par l’indiscipline chronique. Cette indiscipline est au niveau des usagers de la route, particulièrement les conducteurs de motos, de véhicules, minibus, sinon même les piétons qui ne savent pas comment se comporter sur la route. Mais l’autre forme d’indiscipline est que nous banalisons nos propres investissements. Aujourd’hui les marchés primes sur la circulation à Conakry », fait remarquer Balla Moussa Konaté.

Poursuivant son intervention, notre interlocuteur trouve la  déconcentration des ministères comme moyen de réduire les embouteillages.

« On peut situer les responsabilités à plusieurs endroits : à Conakry, chaque matin tout le monde descend vers Kaloum et le soir tout le monde se retourne vers la haute banlieue. Ce qu’on appelle globalement les embouteillages aux heures de pointes, on peut les résoudre par  plusieurs manières, comme ça se passe partout dans le monde. Qu’on essaie  de ne pas concentrer toutes les zones d’activités vers un seul endroit et si on  maintient cela, on devrait créer les infrastructures routières conséquemment », explique l’ingénieur des ponts et Chaussés.

L’autre facteur causal de ces embouteillages réside dans le mauvais état des routes, dira ce spécialiste de la route, il conseille d’ailleurs la construction des échangeurs.

« L’autre cause de ces embouteillages est l’état des routes. La  prospection urbaine  permettait que certains occupent une partie de la ville à Conakry et pour ses besoins quotidiennement, mais quand  l’état de ces routes tend au niveau des grands artères, on ne peut plus se permettre de faire des passages à niveau comme le carrefour de Bambéto et de la Tannerie, plusieurs véhicules sont obligés d’attendre. De plus  en plus ça ne peut plus aller, il faut opter pour les échangeurs », propose-t-il.

En attendant le changement de comportement des conducteurs et la réhabilitation du réseau routier, les usagers vont devoir faire bonne compagnie avec le calvaire qui ne dit pas son nom.

BOH SARAN TOURE