Soleil FM

Auteur : Razakou Moussa

Actualités Guinée Actus

Urgent : Lounceny Nabé retourne en prison

Razakou Moussa

L’ancien gouverneur de la banque centrale de la république de Guinée a été ramené à la maison centrale le mardi 14 juin. Selon nos informations, Lounceny Nabé n’a pu honoré ses engagements devant la cour de répression des infractions économiques et financières.

Mis en liberté le 03 mai 2022, le gouverneur Nabé devait verser une caution de 20 milliards de francs guinéens pour garantir cette liberté avant le procès au fond.

Il faut rappeler que la chambre de l’instruction de la CRIEF avait rejeté la demande d’évacuation sanitaire de l’ancien homme fort de la BCRG au motif que celle-ci représente un risque sérieux de concertation frauduleuse entre lui et ses co-auteurs ou complices.

Les infractions mises à la charge de Nabé portent sur trois (3) tonnes 139 kilogrammes d’or brut qui se trouvent retenus à Genk (Belgique) par la société AFFINOR.

Actualités Sociétés

Déclaration sur la volonté d’Orange-Guinée d’occuper les domaines litigieux de Kaporo –Rails, Kipé 2 et Dimesse

Razakou Moussa

Le collectif des victimes de Kaporo-Rails, Kipé 2 et Dimesse, informe l’opinion que depuis quelques jours la société de téléphonie mobile Orange-Guinée est entrain de déployer de gros moyens sur le site déguerpi dans la perspective de la construction de son siège social.

Cette nouvelle provocation intervient malgré les nombreuses mises en garde adressées à l’entreprise qui cherche coûte que coûte à s’installer sur nos terres illégalement spoliées par le régime d’Alpha Condé. Faut-il le rappeler, Orange est complice de la casse de Kaporo-Rails, car dans une vidéo datant d’octobre 2018, le Ministre de la ville d’alors Ibrahima Kourouma avait déclaré à Enta devant des journalistes qu’il était en négociation avec ladite société. Il a soutenu « Nous déguerpissons les populations et le même mois, les travaux doivent commencer ».

Après l’avènement des militaires au pouvoir le 05 septembre 2021, Orange-Guinée en complicité avec des cadres mafieux a procédé à l’extension du domaine qui lui a été octroyé par l’ancien régime.

Nous entrons dans une ère nouvelle de provocation qui ne restera pas sans conséquence !

Le collectif des victimes prend à témoin l’opinion nationale et internationale contre les agissements d’Orange-Guinée. Par conséquent, il exige le retrait immédiat de cette société de Kaporo-Rails, Kipé 2 et Dimesse. A défaut, le collectif entend dès la semaine prochaine inviter l’ensemble des victimes et leurs sympathisants à des manifestations de rue contre l’opérateur en question. Ces rassemblements seront mis à profit pour incinérer les puces Orange et enterrer définitivement cette société complice de plusieurs violations graves des droits humains en Guinée.

Le collectif ne reculera ni devant l’intimidation, ni devant la force et défendra ses droits au prix de la vie de ses membres. Le collectif tient d’ores et déjà Orange-Guinée responsable de tout ce qui adviendra.

Le collectif tient à préciser qu’aucune des familles victimes n’a été dédommagée à ce jour. Il rappelle que lors des opérations, plusieurs citoyens ont été blessés et d’autres sont morts suite aux multiples traumatismes subis.

Le collectif rappelle que le dossier Kaporo-Rails est toujours pendant devant la cour de justice de la CEDEAO et qu’il se réserve le droit de dénoncer les actions de Orange-Guinée partout où besoin sera.

Conakry le 12 juin 2022

Transmis par la cellule de communication du Collectif

Actualités Guinée Politique

Manifestation du 23 juin 2022 : voici l’itinéraire de la marche projetée par FNDC

Razakou Moussa

Le comité d’organisation de la marche citoyenne et pacifique du Jeudi 23 Juin 2022, informe que la marche citoyenne pacifique pour le retour à l’ordre constitutionnel partira du Rond-point de la Tannerie au Palais du peuple où les discours seront prononcés pour interpeller les autorités de la transition sur la nécessité pour notre pays de renouer avec l’ordre constitutionnel normal, afin que la Guinée soit un pays démocratique et vertueux.

Ainsi, nous demandons aux citoyen.nes pro-démocratie de respecter les consignes du guide du manifestant pour que cette mobilisation citoyenne soit une autre preuve éloquente de notre volonté de réussir la transition entamée le 05 septembre 2022.

Le FNDC vous propose l’itinéraire de cette mobilisation :

Point de rassemblement : Rond point Tannerie

Point d’arrivée : Esplanade du Palais du peuple

Actualités Guinée Actus Guinée Politique

Refus du CNRD de rétablir le droit de manifester : le FNDC ne se soumettra à cette interdiction (communiqué)

Razakou Moussa

Dans un énième communiqué de justifications rendu public ce lundi 31 mai 2022, le CNRD a réitéré l’interdiction de toutes manifestations publiques sur l’ensemble du territoire national, malgré le caractère illégal d’une telle décision.

La Coordination Nationale du FNDC regrette cette attitude dictatoriale du CNRD qui, en dépit de toutes les dénonciations et les mises en garde des ONG de défense des droits de l’homme et des institutions internationales sur les éventuelles conséquences de cette décision sur la bonne marche de la transition, décide de restreindre l’exercice des libertés publiques.

La coordination nationale du FNDC, au regard de l’article 8 de la charte de la transition et des traités internationaux auxquels la Guinée a librement souscrit, qui consacrent et garantissent les droits et libertés aux citoyens guinéens, réitère avec fermeté son refus catégorique de se soumettre à cette interdiction illégale et inopportune.

La Coordination Nationale du FNDC invite les citoyens pro-démocratie à la mobilisation pour la reprise imminente des manifestations citoyennes et pacifiques dans la zone spéciale de Conakry, à l’intérieur du pays et au niveau de l’extérieur pour empêcher la confiscation du pouvoir par le CNRD et d’exiger un retour rapide à l’ordre constitutionnel.

Conakry, le 31 mai 2022

Ensemble unis et solidaires, nous vaincrons !

La Coordination Nationale du FNDC

Actualités Guinée Actus Guinée Economie

Guinée: le prix du litre de carburant à la pompe passe de 10 000 à 12 000 GNF

Razakou Moussa

Comme il fallait s’y attendre, le prix du litre de carburant en Guinée connait désormais une hausse. Dès ce mercredi 1er juin 2022, le litre à la pompe passe de 10 000 à 12 000 francs guinéens.

C’est un communiqué du ministère de l’Économie et des Finances lu à la télévision nationale ce mardi, 31 mai 2022 qui l’a annoncé.

Trois semaines après avoir renversé le président Alpha Condé, le CNRD avait décidé de diminuer le prix du litre de carburant de 11 000 à 10.000 gnf le mardi 28 septembre 2021.

Nous y reviendrons !

Actualités

Guinée : la liberté de manifester déjà en danger (communiqué conjoint ONGs)

Razakou Moussa

Le 13 mai 2022, le Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD), c’est-à-dire la junte militaire au pouvoir en Guinée, a décidé de l’interdiction de « toutes manifestations sur la voie publique de nature à compromettre la quiétude sociale (…) jusqu’aux périodes électorales ». Sept organisations et collectifs de la société civile exigent le rétablissement immédiat du droit de manifestation pacifique.

Dans un communiqué conjoint, 7 organisations de la société civile, expriment leur profonde préoccupation concernant cette décision unilatérale du pouvoir militaire qui vise à annihiler toute contestation publique dans les mois à venir.

Cette décision viole les traités et conventions internationales auxquels la Guinée a librement souscrit notamment, l’article 20 de la déclaration universelle des droits de l’Homme, l’article 21 du pacte international relatif aux droits civils et politiques et l’article 11 de la charte africaine des droits de l’Homme et des peuples.

L’interdiction des manifestations est également en contradiction flagrante avec l’article 34 de la charte de la transition guinéenne qui garantit les libertés d’associations et de réunions et qui, dans l’article 8 alinéa 2, dispose qu’ « aucune situation d’exception ou d’urgence ne doit justifier les violations des droits humains ».

Les organisations signataires expriment leurs inquiétudes dans un contexte marqué par la contestation de la décision du Conseil National de la Transition (CNT) et du CNRD de porter la durée de la transition à trois ans (36 mois).

«Cette attaque contre le droit de manifester entrave les capacités d’expression et de réunion des membres de la société civile et de tous les groupes opposés à la transition militaire. C’est une restriction de l’espace civique » a réagi Marc ONA, président de Tournons La Page. La Guinée sort d’un cycle de répression meurtrier avec la mort d’au moins 50 personnes entre octobre 2019 et juillet 2020, présumément victimes des forces de l’ordre et de sécurité lors des manifestations contre le troisième mandat du Président déchu Alpha Condé.

« L’Histoire récente de la Guinée montre que les risques de répression des manifestations sont grands dans le pays et que l’usage des armes létales et l’utilisation de la force excessive sont courants au niveau des forces de police » affirme Clément Boursin, Responsable Afrique à l’ACAT-France.

Les organisations signataires invitent la junte au pouvoir en Guinée à revenir sur sa décision d’interdiction des manifestations. Elles appellent également l’ensemble des partenaires internationaux de la Guinée à agir fermement en faveur de l’ouverture de l’espace civique, du respect des droits humains.

Le 25 mai 2022,

ACAT-France

Amnesty International

Agir Ensemble pour les droits humains

Confédération française démocratique du travail (CFDT)

CCFD-Terre Solidaire

CRID

Tournons La Page

Actualités Guinée Actus Guinée Politique

Bruxelles : une délégation du FNDC au siège de l’UE

Razakou Moussa

Ce mercredi 25 mai 2022, le Coordinateur National du FNDC Oumar Sylla alias Foniké Menguè en compagnie du responsable de la planification et des stratégies Sékou Koundouno ont rencontré au siège de l’Union européenne à Bruxelles (Belgique ) le chef de division Afrique de l’Ouest aux services des affaires extérieures (SEAE) de l’Union européenne M.RICHARD YOUNG.

Pendant plusieurs heures, les émissaires de la Coordination Nationale du FNDC et M. Young ont échangé sur la situation de la démocratie et des questions de droits de l’homme dans le monde mais plus précisément en Afrique. Le FNDC a pour sa part partagé sa lecture globale de la situation socio-politique qui prévaut actuellement en Guinée.

Dans une ambiance conviviale, les deux parties se sont accordées de maintenir le contact jusqu’au retour à l’ordre constitutionnel en Guinée.

La Cellule de communication du FNDC

Actualités Guinée Actus Guinée Politique

CRIEF : Kassory, Dr Diané et Oyé devant la chambre de l’instruction ce jeudi à 12h

Razakou Moussa

Après plusieurs reports, le dernier premier ministre d’Alpha Condé et les ex ministres d’Etat en charge de la défense et de l’environnement passeront devant les magistrats de la chambre de l’instruction de cette juridiction.

Ainsi, ils doivent être extraits de la maison centrale de Coronthie où ils séjournent depuis le 06 avril dernier pour être présentés aux magistrats instructeurs de la CRIEF, à charge pour eux de les entendre sur les infractions, à eux reprochées.

Dr Ibrahima Kassory Fofana, Dr Mohamed Diané et Oyé Guilavogui sont accusés de détournement de deniers publics, blanchiment d’argent et de capitaux, enrichissement illicite, corruption et complicité.

Actualités Guinée Actus Guinée Politique

Urgent : l’ex DG de la SOGUIPAH Michel Beimy inculpé et placé sous contrôle judiciaire

Razakou Moussa

Les ennuis judiciaires de l’ancien directeur général ne s’estompent pas. Peu après son limogeage à la tête de la société guinéenne de palmier à huile et d’hévéas le mercredi 18 mai 2022 dans la soirée, Michel Beimy a été inculpé pour des faits de détournement présumé de deniers publics, faux et usage de faux en écriture publique, complicité par devant la CRIEF.

Ensuite, le désormais ancien patron de la SOGUIPAH a été placé sous contrôle judiciaire avant de rejoindre son domicile la nuit aux environs de 22 heures, a-t-on appris de bonnes sources.

Depuis plusieurs semaines, les travailleurs de la SOGUIPAH expriment leur ras-le-bol contre Beimy, accusé de gestion opaque et détournement de deniers publics par ceux-ci.

L’ancien directeur national adjoint des impôts avait récemment décidé de se séparer de 18 employés, décision qu’il aurait mise au compte d’une instruction donnée par sa hiérarchie, le ministre de l’agriculture.

Actualités Guinée Politique

Durée de la transition en Guinée : la CEDEAO reporte son sommet extraordinaire

Razakou Moussa

Les Guinéens doivent encore patienter avant de connaître la position de la Cedeao sur les 36 mois de transition validés par le CNRD (Comité national du rassemblement pour le développement) , à sa tête le colonel Mamadi Doumbouya. La plus prestigieuse institution sous-régionale a reporté à une date ultérieure le sommet extraordinaire qu’elle avait annoncé pour le 21 mai prochain à Accra, au Ghana.

Dans une note en date du 17 mai dont Mediaguinee détient copie, le ministère ghanéen des Affaires étrangères et de l’intégration régionale a indiqué que le prochain sommet fera l’objet d’un autre communiqué.

Dans une interview accordée à Africa24 -enregistrée il y a plusieurs jours à Abuja selon un cadre de la Cedeao- le président de la Commission de la Cedeao Jean-Claude Kassi Brou a dit que “les meilleures transitions, ce sont les transitions les plus courtes possibles. Une transition qui est issue d’un coup d’Etat militaire, ce n’est pas un mandat électif ». Et d’ajouter : « dans notre région, vous avez des chefs d’Etats qui sont élus pour cinq ans, d’autres sont élus pour quatre ans. Un coup d’Etat militaire qui s’apparente à un mandat électif, ça pose un problème”.

Pour Brou, « une transition a pour vocation d’organiser des élections crédibles acceptées par toutes les parties pour qu’il y ait consensus et la paix. C’est ce qui doit être l’objectif principal d’une transition. Mais, une transition n’a pas de légitimité pour faire des réformes qui doivent être faites par un gouvernement issu du peuple”.

La junte guinéenne qui veut éviter à tout prix les sanctions de la Cedeao multiplie les missions dans les capitales ouest-africaines. La Cedeao va-t-elle valider ou rejeter les 36 mois ? Bien malin qui y répondra.