Soleil FM

Auteur : Razakou Moussa

Actualités Sociétés

Libération des emprises des voiries publiques : « Moi Mamadouba Tos, je n’ai pas d’état d’âme », dixit le maire de Matoto

Razakou Moussa

Réagissant à l’Ultimatum donné par les autorités du CNRD demandant aux occupants des encombrants physiques de libérer les lieux d’ici le 10 février prochain avant de lancer une vaste opération de déguerpissement qui va débuter à Conakry . Le Maire de la commune de Matoto a invité ses citoyens au respect de ce communiqué. Dans le cas contraire, il menace de sévir sans état d’âme contre ceux qui vont essayer de défier l’autorité de l’Etat.

« C’est une idée très salvatrice parce que, cela ne date pas d’aujourd’hui. Depuis l’avènement du CNRD, ça été l’une des premières activités. C’est vrai que des citoyens s’entêtent mais avec le communiqué d’hier (vendredi 03 février) cela nous renforce beaucoup plus. Vous le savez comme moi, l’une de mes priorités c’est de dégager et libérer les voies publiques. Mais cette fois-ci tous ceux qui vont s’entêter et laisser des épaves on va les incinérer, ce qui veut dire c’est tomber dans des bonnes oreilles. Moi en tant que l’autorité, je suis un respectueux des instructions de l’Etat. Dans le temps, Conakry ventilait très bien mais pourquoi aujourd’hui on commence à reprendre des mauvaises pratiques. Ce qui veut dire, qu’il y a l’incivisme qui bat son plein. Donc pour réprimer l’incivisme, moi Mamadouba Tos, je n’ai pas d’état d’âme », a laissé entendre le Maire de Matoto.

 Samuel Demba Duolamou pour soleilfmguinée.net

Actualités Sociétés

Journée d’assainissement : la mairie de Ratoma à pieds d’œuvre

Razakou Moussa

Des cadres du ministère de l’Administration du territoire et de la Décentralisation, de la mairie de Ratoma et des responsables d’ONG ont pris d’assaut ce samedi des quartiers de cette commune. C’est dans le cadre de la campagne d’assainissement mensuelle initiée par le gouvernement. Alpha Oumar Sacko promet que la brigade d’hygiène et de salubrité sera bientôt opérationnelle pour traquer et sanctionner tous ceux qui refusent de s’abonner au PME.

De Cosa à Lambanyi en passant par Wanindara, les opérations de sensibilisation et d’assainissement ont eu lieu ce 04 février. A Wanindara 1, des cadres du ministère de l’Administration du territoire et de la Décentralisation, de la mairie de Ratoma et des responsables de PME ont dégagé des ordures qui encombraient les rails. Mamadou Saliou DIALLO, est président d’une ONG qui lutte pour la salubrité. « Ce matin, nous sommes venus prendre les ordures, les mettre dans les poubelles. Il  a nos femmes, ici ainsi que les jeunes pour nettoyer. Mais le quartier Wanindara 1, les personnes qui habitent ici refusent de s’abonner».  

Les déchets forment des montagnes d’ordures dans cette partie de Ratoma. Le chef du quartier wanindara 1 s’en prend aux riverains..

«Je m’adresse aux riverainx des Rails qui laissent passer les enfants allé jeter les ordures derrière les Rails. Cette pratique, n’est pas souhaitable. Je vais sensibiliser ces personnes qui habitent à côté de ne pas laisser les enfants jeter les ordures alors qu’il  y a une PME qui est tout près d’ici qui va recenser tous les ménages qui sont là », fulmine Elhadj Moussa CONTE.

L’Etat ne peut pas continuer à débourser de l’argent pour dégager les ordures déposées par des ménages alors que des PME qui évoluent dans la collecte de ces déchets existent fait savoir le maire de Ratoma.. « Nous avons déjà formé une brigade d’hygiène, de salubrité qui est là en attente et la phase de sensibilisation en 2022, on l’a débuté correctement. Cette brigade est passée presque dans tous les quartiers pour sensibiliser. Mais cette année 2023 en plus la sensibilisation, nous allons passer à la sanction », a martelé Alpha Oumar Sacko.

La sensibilisation s’est poursuivie dans les différents secteurs de ce quartier où le maire et sa suite ont expliqué aux citoyens les avantages de vivre dans un espace bien assaini.

Mariama Sadjo Camara et Mamadou Bah

Actualités Sociétés

Assainissement : A sarabara, Mamadouba Tos Camara lance les opérations en compagnie de Morissanda Kouyaté

Razakou Moussa

A Matoto, c’est le Maire de la commune en compagnie du Ministre des Affaires étrangères et des Guinéens de l’étranger qui a lancé l’opération d’assainissement ce samedi. Mamadouba Tos Camara a profité de l’occasion pour récupérer des domaines de l’Etat transformés en nid de bandits.

L’opération d’assainissement a été effective ce samedi 04 février 2023 à Conakry. Au quartier Yimbaya, secteur Sarabara, les populations cohabitent avec des immondices sur un domaine public. Le Maire de la commune de Matoto s’est rendu sur les lieux pour exécuter le mot d’ordre.

 « C’est notre deuxième opération. L’autre fois, on a dégagé un dépôt sauvage de plus de 40 ans et on a mis ce domaine dans le portefeuille de l’Etat. A date, on a le titre foncier de cet espace. Aujourd’hui, on est venu ici c’est un domaine de l’Etat nous allons dégager ces immondices et mettre dans le portefeuille de la commune », a déclaré Mamadouba Tos Camara.

Dans la commune de Matoto, des citoyens se sont mobilisés pour accompagner l’action. Malgré cela certains points de ce secteur ne font pas bon vivre. Le représentant de l’Agence Nationale de la Salubrité Publique-l’ANASP à cette opération invite les populations à s’abonner.

« Les ordures qu’on est en train de dégager, ce sont les riverains qui les versent. Maintenant ce que je peux leur demander, c’est de s’impliquer parce que les déchets qui sont là ne sont pas des bonnes cohabitations. S’ils s’impliquent à travers leur abonnement, ces point noirs ne vont plus exister là », a sollicité Souleymane Traoré.

Le Ministre des Affaires étrangères et des Guinéens de l’étranger, a pris part à cette journée d’assainissement. Dr Morissanda Kouyaté a profité de l’occasion pour encourager les citoyens.

 « Sans la santé, il n’y a pas de développement. Donc je voudrais profiter de ma visite pour féliciter les autorités de la commune de Matoto pour leur implication dans la vision du CNRD. Et comme vous le voyez, ce que nous voulons, c’est une jeunesse responsable et occupée à s’occuper soi-même », a-t-il lancé.

Les lieux récupérés à Matoto sont déjà circonscrits. Mamadouba Tos Camara a responsabilisé les chefs de quartiers pour veiller à la protection de ces endroits.

Samuel Demba Duolamou pour soleilfmguinée.net

Actualités Sociétés

Guinée : les enseignants contractuels vont aller en grève à compter du 05 février 2023

Razakou Moussa

Les enseignants contractuels du pays font face à une situation économique très difficile. Le président du Collectif des Professionnels de l’Education, c’est-à-dire les sortants des ENIS et de l’ISSEG de Lambanyi décrit la situation.

 « On a fait une réunion par visio-conférence hier (jeudi) avec tous nos collègues de l’Intérieur du pays pour savoir cas par cas, comment est  la situation des contractuels à l’Intérieur du pays. Je vous jure quand on se met à raconter la vie de nos collègues à l’Intérieur du pays, c’est lamentable. On prend par exemple N’Zérékoré où y a 10 préfectures si je ne me trompe, il n’y a seulement  que 2 qui ont décidé à travers l’APAE de payer 55 milles GNF comme cotisation parentale pour qu’on puisse prendre en charge ces enseignants contractuels », a fait savoir Moussa Doré.

Le ministère de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation (MATD) a engagé un recensement de ces enseignants contractuels. Une procédure pleine d’irrégularité déplore Moussa Doré.

« Cet enrôlement pouvait se dérouler en moins d’une semaine si on a une bonne organisation. On devrait juste faire les agents recenseurs par préfecture, c’est-à-dire toutes les 33 préfectures devraient avoir en même temps des agents recenseurs et dans ça, on pouvait déterminer le timing. Malheureusement, on a dit aux gens d’aller se recenser et on connait les Guinéens. Puisque le nombre de jours qu’on fait on est primé en fonction de ça. Vraiment ça retarde », déplore cet enseignant.

Ces enseignants contractuels sont fatigués d’attendre. C’est pourquoi, Moussa Doré soutient que si d’ici le 05 de ce mois rien n’est fait, ils vont boycotter les cours.

« Aujourd’hui, tous les contractuels à  l’unanimité ont décidé si rien n’est fait d’ici le 05 février, ils bouderont les salles et resteront à la maison sans aller à l’école », prévient Moussa Doré.

À date, l’Etat Guinéen doit quatre mois aux enseignants contractuels précise Moussa Doré. Cet enseignant se demande sur quel critère le payement sera effectué.

Kannie Diallo pour soleilfmguinee.net

Actualités Sociétés

Conakry : à la rencontre de Charlie Sadjo Touré, joueuse de Cauris  à la modernité

Razakou Moussa

Les coquillages ou « cauris » étaient l’une des devises les plus répandues au monde. En Afrique de l’Ouest, l’humble coquillage s’est enfilé dans la fibre culturelle, et a pris un aspect symbolique et rituel plus profond qui n’a jamais complètement perdu sa valeur. Le nombre de coquillages utilisés dépend de chaque diseur de bonne aventure et de la tradition à laquelle il appartient. Pour en savoir plus sur le rôle de cet objet, notre rédaction a donné la parole à Charlie Sadjo Touré joueuse.

De nombreuses communautés à travers l’Afrique de l’Ouest et au-delà utilisent ces coquillages comme outils de divination. Le voyant jette ou lâche simplement les cauris sur une surface souvent circulaire, et interprète leurs positions pour prédire l’avenir. Cette voyante et joueuse de cauris parle de ses débuts, dans ce métier.

 « Quand je me couche, je vois les cauris dans le coussin. Quand je tombe, je dis les sacrifices dans le quartier, les gens viennent écouter. C’est en 2019 que j’ai commencé  à toucher les cauris. En 2020 une femme résident en France m’a encouragée et m’a assistée sur les réseaux sociaux. Elle a créé une page Facebook pour moi, elle m’appelait pour que je consulte pour elle. C’est à partir de là-bas que j’ai commencé à avoir du succès », explique Charlie Sadjo Touré.

Au delà du cauris, cette voyante produit les médicaments traditionnels. « Quand tu veux toucher les savons là, il faut que tu sois propre. On ne blague pas avec.  Je fais des prières aussi. J’ai des files ici pour les femmes qui font des fausses couches», continue-t-elle.

Cette cliente que nous avons trouvée dans la concession de la voyante dit croire en la  cauriste. « On m’a recommandé cette joeuse de cauris. J’étais pessimiste au début. Mais lorsque je suis venu, elle a regardé pour moi, elle m’a parlé de ma vie entière. Ensuite elle m’a dit de faire des sacrifices. Deux jours après, mon problème est résolu», témoigne-t-elle.

Plus loin Charlie Sadjo Touré nous dévoile sa nouvelle méthode pour faire la consultation. « Je peux faire la consultation en direct. Même avant-hier, j’ai fait un direct sur mon compte Tik-Tok. C’est une surprise. Je veux aussi expérimenter ça aussi en 2023. Je prends les stylos, je demande les noms  et je regarde pour eux », a révélé la jeune cauriste.

Selon les traditionalistes, les cauris sont des porte-bonheurs  qui ornent les tenues des chasseurs et des guerriers, tressés dans les masques sacrés et les costumes de danses cérémonielles. Ils peuvent être un élément dans la médecine traditionnelle, et accompagner les défunts dans leurs voyages sans retour.

Mamadou Dian Diallo  et Kannie Diallo pour Soleilfmguinée.net

Actualités Sociétés

Kindia: le corps d’une fille retrouvé à Tafory Almamya, dans la commune urbaine

Razakou Moussa

Un corps sans vie a été découvert ce jeudi matin au quartier Tafory Almamya dans la commune urbaine de Kindia. Il s’agit d’une jeune fille qui a été retrouvée morte à côté de la rivière Dojo, dans le secteur III. La victime n’a pas pu être identifiée.

C’est auprès de la source d’eau appelé Doko au secteur 3 dans le quartier Tafory Almamya que le corps de cette jeune fille a été découvert. Couchée, la langue sur les lèvres, une partie de son corps couvert de pagne, c’est l’état dans lequel, elle était. Personne pour le moment n’a encore reconnu la victime a précisé le chef de quartier Momoya Sylla rencontré sur place. Selon lui, cette fille n’est pas de son quartier et personne ne connait la victime pour le moment. 

Si aucune information n’a filtré pour l’instant sur l’identité de la victime, les citoyens proches de la source d’eau dénoncent les mauvais comportements de certains jeunes qui s’y retrouvent. Selon eux, ces jeunes se livrent presqu’à tout. Ils consomment du chanvre indien, font des injures et des bagarres nous a confié un riverain. Les circonstances de la mort de cette jeune fille restent pour l’instant non élucidées. Son corps a été remis autorités compétentes.

Siba Toupouvogui pour soleilfmguinee.net

Actualités

Mercato hivernal: plusieurs joueurs guinéens changent de clubs

Razakou Moussa

Le Mercato hivernal a pris fin dans la nuit du mardi. Tous comme les joueurs des autres pays, plusieurs internationaux guinéens ont changé de Clubs.  Après dix ans de service au TFC, Issiaga Sylla pose ses valises à Montpellier pour une durée de deux ans et demie.

Après six mois passé au championnat danois de première division en prêt  à Odense BK lors du dernier Mercato estival, Mohamed Kefing Kanté s’est retourné à la maison avec son club le Hafia FC de Conakry. L’avant centre de 18ans s’est engagé avec le Club Sportif Sfaxien . L’ancien joueur du Hafia FC a paraphé un contrat de trois ans et demi avec l’actuel cinquième du championnat Tunisien.

Après l’Espagne, le Danemark et la Belgique, Sory Kaba pose ses valises en Angleterre. L’attaquant guinéen de Midtjylland de la première division de Danemark ,va évoluer sous prêt avec Cardiff City. Un Club évoluant dans le championnat Anglais de la deuxième division pour le reste de la saison .

Âgé de 27ans deux buts marqués en 16 matchs en Superliga cette saison, Sory Kaba va tenter de sauver le Cardiff 21ème au classement, à trois points seulement du premier relégable. Sous une forte pression et menace sur le joueur guinéen de 21ans afin d’accepter de rejoindre un autre club,Olympiacos envoie Aguibou Camara en prêt sans option d’achat à Atromitos Athinon. actuel 7e du championnat grec de première division. 

Cependant, plusieurs Clubs européens ont manifesté leur intérêt pour enrôler le jeune guinéen. Standard de Liège, le Hertha Berlin et Anderlecht sont entre autres. L’ancien Lillois ,va devoir convaincre le Club de la ville d’Athènes afin de revenir la saison prochaine.

À moins d’un mois seulement après avoir été libéré par son club, Amadou Doumbouya n’a pas tardé de trouver un point de chute. Le natif de Kindia, rejoint le PFC Kuban, un Club de la deuxième division de la Russie.

L’aventure n’a pas été longue entre Moustapha Cissé et le Sporting Club de Pise. LAtalanta Bergame, qui l’avait prêté aux Toscans en août dernier, a annoncé avoir résilié cet accord. L’avant-centre guinéen de 19 ans est envoyé encore en prêt au FC Südtirol, qui évolue également dans le championnat italien de deuxième division.

Alors qu’il était annoncé du côté de la Belgique, Issiaga Sylla va continuer son aventure en Ligue 1 française. Après avoir passé dix ans à Toulouse, l’international guinéen rejoint définitivement le Montpellier.  L’ancien élier gauche du Horoya AC, a signé un contrat allant de deux ans et demi.

Ibrahima Diallo pour soleilfmguinee.net

Actualités Sociétés

Ratoma: les habitants  de Dar-Es-Salam vivent mal à cause de la décharge (constat)

Razakou Moussa

Les riverains de la décharge de Dar-Es-Salam continuent de se plaindre de la fumée et des odeurs que dégage ce dépotoir d’ordures. Les habitants soutiennent qu’ils sont tout temps malades. Après avoir plaidé sans succès les régimes précédents pour que cette décharge soit déplacée, ces citoyens sollicitent l’intervention du président de la transition, le colonel Mamadi Doumbouya.  

Une fumée suffocante et une odeur nauséabonde accueillent les visiteurs de la décharge de Dar-Es-Salam dans la commune de Ratoma. Ibrahima Sory SOUARE, la quarantaine, vit avec sa famille depuis des décennies auprès de ce dépotoir. Il s’en plaint.

«Moi et ma famille nous sommes là  de plus de 20 personnes nous vivons ici et la fumée nous fatigue vraiment. Regardez là où ils viennent pour déposer ces ordures, même les autres quartiers voisins Bambéto et Hamdallaye se plaignent.  Donc, nous sommes les seuls à souffrir. Nous demandons vraiment à l’Etat de venir déplace ce dépotoir », sollicite cet habitant.   

Mariama CAMARA riveraine abonde dans le même sens. Elle plaide les nouvelles autorités pour qu’une solution définitive soit trouvée face à ce problème. 

« La fumée est partout. Pour nous mettre à l’abri, nous restons à la maison ou utilisons les masques. Nous sommes malades tout temps. Mais où partir? Nous n’avons pas les moyens de trouver une autre demeure. Sinon personne ne veut rester dans un tel endroit. Nous demandons au colonel Mamadi Doumbouya de nous aider à sortir de cette situation ».

Le chef de ce secteur, s’est aussi exprimé.

«Nous qui vivons dans cet endroit, nous mourons à petit feu à cause de la fumée. Depuis le temps d’Alpha, nous avons sollicité qu’ils dégagent ce dépotoir en vain. Nous souffrons vraiment.  Nous demandons à l’Etat de tout faire pour dégager cette décharge.  Nos enfants toussent beaucoup», fait savoir Mamadou Bobo DIALLO.

Le gouvernement sous le régime Alpha Condé avait sommé les riverains de quitter les lieux. Mais beaucoup ont refusé l’arguant qui leur a été proposés.

Mariama Sadjo C amara pour soleilfmguinee.net

Actualités Sociétés

Kipé : dix ateliers de menuiserie partis en fumée dans la nuit du lundi à ce mardi

Razakou Moussa

Dix ateliers de menuiserie de fabrication de meubles en rotin ont été consumés par des flammes à Kipé IPS, dans la commune de Ratoma. Aucune perte en vie humaine n’est à déplorer, mais les dégâts sont considérables. Un court-circuit serait à l’origine  de ce brasier.

Cet incendie s’est produit dans la nuit du lundi à mardi aux environs de 03 h du matin.  Ce brasier a consumé le contenu de plus de  dix  ateliers de menuiserie. Mohamed Tamba Kamano était présent au moment des faits.

«Moi, j’étais couché vers les 03 h du matin, les enfants sont partis me réveiller, en criant mon nom ouvre la porte. Le feu a pris les ateliers. Ouvre la pompe ici nous allons éteindre le feu.  J’ai effectivement ouvert la porte. J’ai vu les flammes et j’ai ouvert la pompe pour ne pas que tout brille », témoigne-t-il.

Le feu n’a pas été maitrisé et cela à causer des dégâts matériels importants, explique un maitre menuisier.

« Il y a eu beaucoup de dégâts. Parce que, c’est des milliards qui sont perdus ici. Il y avait des marchandises et des matériels complets. Il y a eu beaucoup de pertes », dit Mohamed Diallo.

Quant à l’origine de cet incendie, Mohamed Tamba Kamano accuse la société d’électricité de Guinée EDG de mauvaise utilisation du courant. « C’est un court de circuit. Vraiment EDG doit maitriser les tensions. Souvent quand les courants reviennent, ils reviennent avec une forte tension».   

Si rien n’est fait pour aider ces jeunes entrepreneurs, ils risquent de se retrouver au chômage. C’est Pourquoi Alya Camara une autre victime sollicite l’aide de l’Etat.

Selon ces victimes, l’intervention des sapeurs-pompiers a été tardive. Au de la des matériels et des meubles qui ont été calcinés par les flammes, une importante somme d’argent a aussi  été réduite en cendre.

Mamadou Dian Diallo pour soleilfmguinee.net

Actualités Guinée Economie

« La Zone de libre-échange continentale africaine est en phase d’expérimentation », Kaba Diané économiste

Razakou Moussa

Mis en place depuis 2018, la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), peine à être effective. Dans une interview exclusive accordée à notre rédaction ce lundi, Kaba Diané économiste est revenu sur les avantages liés à la ZLECAF avant d’évoquer  les défis qui attendent  l’Afrique pour sa concrétisation.  

La mise en oeuvre effective de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf), permettra de booster les économies des pays  du continent. Kaba Diané, économiste rappelle qu’elle est en phase d’expétimentation. Il revient sur  ses avantages pour les Etats africains.

« On veut faire une intégration globale entre les pays africains. Dans cette intégration globale, cette phase expérimentale y a huit pays actuellement dedans : Cameroun,  le Ghana, le Kenya, le Rwanda, la Tanzanie,….. C’est en expérimentation surtout pour voir si on  peut libéraliser tout le commerce entre ces Etats-là afin qu’en fin qu’on puisse intégrer l’Afrique toute entière. Ça concerne un certains nombre de produits dont le maïs, le blé pour un premier temps », décline Kaba Diané.

Beaucoup de facteurs bloquent la concrétisation de la ZLECAF. M. Kaba Diané énumère quelques-uns. « Les facteurs de blocage en Afrique y en a énormément. Le premier facteur de blocage est la disparité entre les Etats. Quand tu veux mettre ensemble un certain nombre de pays, ils libéralisent vraiment entre ces pays qui n’ont pas les mêmes poids économiques, ça déséquilibre complètement les économies. Y a l’aspect politique aussi, nos Etats sont un peu jeunes en terme d’indépendance. Il nous faut beaucoup de maturité politique pour instaurer la stabilité politique », explique ce spécialiste.

Malgré ses énormes richesses agricoles, la Guinée ne figure pas  sur la liste des pays en phase d’expétimentation de la ZLECAF,  Kaba Diané donne les raisons.

« Pour que la Guinée participe, c’est les négociations politiques, nos dirigeants vont avoir ça comme objectif et ils vont élaborer leur schéma d’intégration. C’est ce à quoi tu es bon par rapport à moi. C’est ce qu’on appelle avantage comparatif. Donc, on ne peut pas aller dans une zone de libre échange sans identifier son avantage comparatif», précise l’économiste.

La Zone de libre-échange continentale africaine est le projet phare de l’agenda 2063 de l’Union africaine. Sa rentrée en vigueur contraindra les Etats membres à supprimer les droits de douane de 90 % des marchandises. Elle  permettra aussi  un libre accès aux produits de base, biens et services en Afrique. 

Amara Simba Sylla pour soleilfmguinee.net