Soleil FM

Auteur : Razakou Moussa

Actualités Guinée Politique

Mali-Guinée : Colonel Mamadi Doumbouya en visite à Bamako

Razakou Moussa

C’était dans les tuyaux et c’est maintenant officiel. Le président de la Transition guinéenne s’est envolé ce mercredi 21 septembre pour Bamako, la capitale malienne.  Ce déplacement s’effectue dans le cadre de la célébration du 62e anniversaire de l’indépendance du pays de Modibo Keïta

Ci-dessous, le communication de la DCI à ce sujet

Le Président de la Transition, le Colonel Mamadi Doumbouya, a quitté Conakry dans l’après-midi de ce mercredi, 21 septembre 2022 pour Bamako, la capitale du Mali où il prendra part au 62ème anniversaire de la fête de l’indépendance de ce pays qui sera célébrée demain jeudi.

Cette première visite du Président Colonel Mamadi Doumbouya dans un pays étranger depuis son avènement au pouvoir le 5 septembre 2021, s’inscrit dans le cadre du renforcement des relations d’amitié et de coopération entre la Guinée et le Mali.

Liés par l’histoire et la géographie, la Guinée et le Mali sous les magistères du Colonel Mamadi Doumbouya et du Colonel Assimi Goïta, ont pris tiennent à donner de l’allant aux relations séculaires, et ce, dans l’intérêt des deux pays.

Cette dynamique est surtout marquée par la signature de plusieurs accords de coopération entre Conakry et Bamako dans le domaine des transports notamment.
Cette visite sera donc mise à profit par le Président de la Transition, le Colonel Mamadi Doumbouya et son homologue du Mali, Colonel Assimi Goita, pour échanger sur la coopération entre leurs pays qui, comme on aime à le dire, ‘’𝐜𝐨𝐧𝐬𝐭𝐢𝐭𝐮𝐞𝐧𝐭 𝐝𝐞𝐮𝐱 𝐩𝐨𝐮𝐦𝐨𝐧𝐬 𝐝𝐚𝐧𝐬 𝐮𝐧 𝐦ê𝐦𝐞 𝐜𝐨𝐫𝐩𝐬.’’

𝐃𝐂𝐈 -𝐏𝐑𝐆

Actualités Guinée Politique

Massacre du 28 septembre 2009: le jour du procès annoncé par le ministre de la Justice

Razakou Moussa

C’est un soulagement pour les victimes et le peuple de Guinée. Le ministre de la Justice et des Droits de l’Hommes, président du comité de pilotage du procès du massacre du 28 septembre 2009 a annoncé ce vendredi la date de la tenue du procès lors d’une réunion.

«Le travail abattu a permis d’obtenir plusieurs résultats au nombre desquels, nous pouvons citer entre autres: la réactualisation de tous les actes allant dans le sens de la concrétisation de ce procès. Mais aussi avec des réunions techniques qui on abouti à la validation de nos jours de tous les textes, du plan de sécurisation. Au delà de tout, le plan de communication. La date du 28 septembre 2022 est officiellement retenue pour la tenue du procès du 28 septembre . Pourquoi cette date? La date du 26 septembre devrait être la date. Mais très malheureusement, à la demande de monsieur le procureur de la Cour Pénale Internationale qui a sollicité sa présence ici le 28 pour assister à l’ouverture de ce procès, il nous a été demandé de renvoyer cette date», a annoncé, Alphonse Charles Wright.

Cette annonce du ministre de la Justice, président du comité de pilotage de ce procès a réjoui l’Association des Victimes, Parents et Amis du 28 septembre 2009. Asmaou Diallo, la présidente a exprimé au sortir de sa rencontre avec le garde des sceaux un sentiment d’enthousiasme .

Alpha Abdoulaye Barry

Actualités Sociétés

Conakry : la saponification, une source de revenu pour beaucoup de jeunes guinéens au chômage

Razakou Moussa

La fabrication du savon est devenue une activité lucrative pratiquée de nos jours par de nombreux Guinéens. A Conakry par exemple, ce sont les femmes qui excellent beaucoup plus dans ce métier. Raison de plus pour  bon nombre d’entreprises d’offrir des possibilités de formation afin de favoriser l’employabilité à des personnes ayant été à l’école ou non.

Située au Carrefour SOS dans la commune de Ratoma, une entreprise de la place œuvre depuis 2 ans dans la formation en saponification dans l’optique dit-elle de lutter contre le chômage de la jeunesse dans la capitale. Ibrahima Sarif Bah en est le directeur général.

    « Quand vous prenez le métier de saponification, à moins que tu veuilles,   sinon tu ne peux pas chômer. C’est un métier qui évolue dans l’utilité publique. Tout le monde utilise le savon et la plupart des gens qui viennent ici arrivent à s’en sortir. Donc, c’est pour pouvoir pallier ce problème de chômage et d’immobilisme.  C’est-à-dire les gens qui ne bougent pas ».

Il nous parle également des différentes variétés de savons que l’entreprise fabrique.

 « Nous apprenons aux gens  comment faire beaucoup de recettes en matière de cosmétique.  C’est-à-dire en réalité, comment faire le savon de ménage, usage domestiques pour laver les habits ou bien les produits qui sont utilisés pour le nettoyage et l’entretien culinaire. Mais aussi les produits qui sont utilisés pour le lavage des voitures, carreaux et les produits pour le corps et toilettes».       

  « Si tu te croise les bras à ne rien faire et qu’il faut avoir un emploi dans ton domaine, tu vas longtemps durer à la maison. C’est ce qui explique aujourd’hui pas mal de chômage de beaucoup de personne .Voilà un emploi à ce sens »,  invite Ibrahima Sarif  Bah.

D’après notre constat, cette entreprise évolue dans bien d’autres activités génératrices de revenus mais visiblement, c’est la saponification qui intéresse le plus la gente féminine trouvée sur place.

Fatoumata Camara

Actualités Sociétés

Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) : le DG dans de sales draps

Razakou Moussa

Le Directeur général de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) récolte des ennuis judiciaires. Dans une note rendue publique ce 14 septembre, le ministre de la Justice et des Droits de l’Homme a donné des injonctions au procureur général près la Cour d’Appel de Conakry. Alphonse Charles Wright demande au parquet d’engager des poursuites judiciaires à l’encontre de Bakary Sylla, DG de la CNSS et de Assimiou  SALL, ancien agent comptable de ladite Caisse, pour dit-on des faits présumés de détournement de deniers publics et de complicité. Dans la communication du ministre, il est indiqué que cette décision est l’application des dispositions de l’article 37 du code de procédure pénale.

Ci-dessous copie !

Soleilfmguinee.net

Actualités Sociétés

Conakry : faute de moyens, Aïssatou Sadjo Diallo qui souffre d’un cancer de la gorge rejetée par des médecins d’Ignace Deen (témoignage)

Razakou Moussa

Aissatou Sadjo Diallo souffre d’un cancer de la gorge depuis plusieurs mois. Selon ses enfants, sa maladie nécessite une intervention chirurgicale qui coûterait 14 millions GNF. Ce lundi, un de nos reporters s’est rendu à son chevet à Wanindara-Rails dans la commune de Ratoma. Dans la famille, le constat est pathétique.

Vivant désormais avec une sonde à la gorge reliée au nez, c’est l’état actuel d’Aïssatou Sadjo Diallo qui souffre d’un cancer de la gorge. Aissatou Lamarana Barry l’une de ses filles parle de la maladie de sa mère. « Elle souffre d’un cancer de la gorge  quand même son état est très instable. Ça fait six mois qu’elle souffre. Nous sommes allés à l’hôpital, Ignace Deen. Ils ont placé la sonde pour qu’elle puisse manger».

La patiente était hospitalisée au CHU Ignace Deen. Pour sa fille, le manque de moyens justifie son transfèrement à la maison.

« C’est un problème de respiration. Ils ont dit que l’opération c’est 4millions de francs guinéens, mon grand frère n’a pas d’argents. C’est par manque de moyens, ils nous ont fait sortir en nous demandant de venir à la maison. Depuis, c’est moi qui m’occupe de ma maman pour faire des pansements. On a appelé le médecin, mais il nous dit qu’il ne vient pas tant qu’on ne paie pas son argent », révèle Aïssatou Sadjo Diallo.

Au-delà du cancer de la gorge, cette dame a eu une autre difficulté. Aissatou Lamarana Barry explique. « Avant-hier, elle est tombée et a eu une fracture. Ils ont appelé les guérisseurs qui ont dit qu’ils ne peuvent pas et on nous a dit de passer par l’opération. Mon frère était parti voir les médecins, ils ont dit  10 millions de franc guinéen  pour cette intervention. On a même pas les 4millions ».  

Les enfants d’Aïssatou Sadjo Diallo ne savent plus à quel saint se vouer. C’est pourquoi, ils demandent l’aide des personnes de bonne volonté. «Je demande aux personnes qui ont de moyens d’aider maman pour qu’elle aille mieux. En tout cas,  ça fait 14 millions en attendant. Pour aller aussi à Dakar, cela demande beaucoup d’argents. J’ai besoin de votre aide. S’il vous plait, chers parents aidez-nous » !

Amara Simba Sylla

Actualités Guinée Politique

Lansana KOUYATÉ absent du pays : son parti rassure qu’il n’a pas fui la Guinée

Razakou Moussa

Depuis que le président du Parti de l’Espoir pour le Développement National (PEDN) a quitté la Guinée, les spéculations vont dans tous les sens. D’aucuns vont jusqu’à dire que l’ancien premier ministre a pris la poudre d’escampette pour ne pas faire face à la Cour de Répression des Infractions économiques et financières qui le viserait.  Au cours de l’Assemblée générale hebdomadaire du PEDN de ce samedi 10 septembre 2022, le secrétaire permanent a rassuré que leur champion est en mission en Côte d’Ivoire et qu’il rentrerait bientôt au bercail.

« Pour ceux qui pensent que le président Lansana Kouyaté a fui le pays, ils se trompent. Il est en Côte d’Ivoire depuis le 1er aout dernier.  Il est là-bas pour une mission du parti. Il reviendra quand il aura fini cette mission», a coupé court Mamadou Fofana.

Il y en a aussi qui accusent le Parti de l’Espoir pour le Développement national (PEDN) d’être à la solde de la junte au pouvoir. Le secrétaire permanent  dément cette information.

Fatoumata KEÏTA

Actualités Sociétés

Palais Mohamed V : des travailleurs de l’hôtel Sheraton Grand Conakry tiennent un sit-in et font des dénonciations

Razakou Moussa

Des travailleurs de l’hôtel Sheraton Grand Conakry ont manifesté ce jeudi  devant le palais Mohamed V à Kaloum. Ce sit-in avait pour objectif: dénoncer le licenciement dont ils sont victimes de la part de la Direction   dudit hôtel. Après quelques minutes de cris de cœur, ils ont été reçus par le colonel Balla Samoura, Haut Commandant de la Gendarmerie Nationale.

Ce sont des travailleurs déterminés qui ont campé ce jeudi devant le Palais Mohamed V. Ils expriment leur ras-le- bol suite au licenciement dont certains de leurs ont été victimes.

« C’est l’hôtel Sheraton qui avait mis les travailleurs  en congé technique pour motif de rénovation  depuis le mois de janvier. Après le congé technique, ils ont décidé de licencier l’ensemble du personnel sans motif valable par ce que pendant les six mois de congé technique l’hôtel n’a pas été rénové. Nous sommes là aujourd’hui pour nous faire entendre et faire des plaidoiries auprès du président de la République pour qu’il intervienne afin que les travailleurs reprennent leurs services », explique Amadou Diallo est le secrétaire général adjoint de la Fédération de l’hôtellerie, Touristique, Restauration et Branche Connexe.

Pancartes en mains et des banderoles sur lesquelles on pouvait lire: justice pour Sheraton, ces manifestants ne comptent pas lâcher prise. Fatoumata Soumah, serveuse est mécontente.

« Ils manigancent de licencier tous les contrats CDI pour  nous faire remplacer par d’autres sans leur donner de contrats. On va jamais nous laisser faire et on ne baissera pas les bras tant que nous ne serons  pas rétablis dans nos droits ».

Cette manifestation n’a été que de courte durée.  Les grognards ont été reçus par le Haut Commandant de la Gendarmerie Nationale, colonel Balla Samoura. Amadou Diallo est rassuré de cette audience. « Le colonel, sa réponse,  c’est de nous dire que le CNRD est là pour l’ensemble des Guinéens. De suivre la procédure avec l’inspection générale du Travail et que si nous constatons, qu’il y a des défaillances nous pouvons revenir à leur niveau pour qu’ils essayent de voir de leur manière pour que la situation soit réglée. Pour le moment, on en tient compte.  Nous prenons acte, nous allons nous retourner à la base pour faire le compte rendu ».

A l’issue de cette rencontre, deux représentants des travailleurs, deux de la Direction de l’hôtel et un représentant du Haut commandement de la Gendarmerie national vont entamer des négociations ce vendredi à l’Inspection générale du travail.  

Amara Simba Sylla

Actualités Guinée Politique

5 septembre 2022 : Kaloum a préféré la mamaya à la manifestation appelée par le FNDC

Razakou Moussa

La manifestation appelée par le Front National pour la Défense de la Constitution ce lundi dans le Grand Conakry n’a pas été suivie  dans la commune de Kaloum. Au centre-ville, les citoyens ont vaqué librement à leurs activités. L’an 1 de l’avènement du CNRD au pouvoir a plutôt occupé les esprits et les cœurs des Kaloumkas dans cette partie de la capitale.

Kaloum considéré comme le centre des Affaires de Conakry n’a pas changé d’habitude en ce jour de manifestation du FNDC. En lieu et place, c’est la célébration de l’an 1 de la prise du pouvoir par le CNRD qui a le plus intéressée les citoyens de la Presqu’île. L’administration a fonctionné comme à l’accoutumée. Malick Camara est fonctionnaire de l’Etat. « Dans l’ensemble, on peut dire que la manifestation, tout va bien. Nous voyons que la ville est calme.  On est venu au travail. Je suis venu.  J’ai pointé. Aujourd’hui   ça va quand même, on travaille ».

Pour preuve que l’appel du FNDC n’est pas entendu de ce côté, les Banques et commerces sont restés quasi ouverts. La circulation très dense et le marché Niger recevait ses clients comme si de rien n’était. « En ville, ici tout se déroule en merveille.  Il n’y a eu aucune manifestation. C’est la joie qui est là aujourd’hui pour la première année de cette transition. Et cette manifestation, je vois une forme de sabotage pour le peuple », réagit Mamady Fofana est citoyen.

Amara Simba SYLLA

Actualités Guinée Politique

L’an un du CNRD : réactions croisées des politiques

Razakou Moussa

Ce lundi 05 septembre marque l’an 1 de la prise du pouvoir par le Comité National du Rassemblement pour le Développement-CNRD. L’appréciation de cette fête-anniversaire divise la classe politique. Si certains acteurs dressent une couronne au CNRD comme le PDG-RDA, d’autres comme l’ANAD fustigent la gestion de la transition par le Colonel Mamadi Doumbouya et ses hommes.

5 septembre 2021 – 05 septembre 2022, mathématiquement 12 mois se sont écoulés depuis que le CNRD a déposé Pr. Alpha Condé. De la dissolution de toutes institutions républicaines, en passant par la récupération des biens de l’Etat et la création de la CRIEF contre les crimes économiques, le président du RRD parle de satisfactions. « Dans une transition, il y’a le climat politique, social et économique qui s’apprécie. Aujourd’hui il faut dire que le bilan du CNRD est mitigé. Vous n’êtes pas sans savoir qu’ils ont réussi au moins à stabiliser les ressources internes dans la stabilité parce qu’ils réussissent à fournir de l’électricité, de l’eau et à payer les fonctionnaires. Cela est dû à leur capacité de mobilisation », a salué Abdoulaye Kourouma.

Les cases de Bellevue restituées à qui de droit et l’Aéroport de Conakry rebaptisé du nom de feu Ahmed Sékou Touré, voilà des actes dont se réjouit le secrétaire général par intérim du PDG-RDA. « Il faut dire que dans tous ses orientations, le CNRD continuer de marquer positivement l’esprit des Guinéens. Vous avez la CRIEF aujourd’hui qui est l’une des innovations du CNRD. Aujourd’hui on s’est rendu compte qu’avec la CRIEF on peut au moins évoluer par ri crochet avec la lutte contre les crimes économiques. Donc les poursuites qui sont engagées sont vraiment important », martèle  Oyé Béavogui.

Pour le président de l’UDRP et membre de l’ANAD, le peuple a eu tort d’acclamer le coup d’Etat. Docteur Edouard Zoutomou Kpoghomou. « On n’avait parlé de la justice étant la boussole des actions, de la refondation de l’Etat, de la restitution des biens de l’Etat et la restitution des libertés publiques, mais tout cela a été balayé d’un revers de main. Ça fait d’ailleurs que c’est un sentiment de regret franchement. Peut-être même que les acteurs politiques n’auraient dû acclamer le coup d’Etat du CNRD à l’époque », a-t-il fustigé.

En sa qualité de leader politique et ancien député, Abdoulaye Kourouma propose au CNRD ce qui suit, pour sauver son image. « C’est de faire en sorte que nous retournions à l’ordre constitutionnel parce que le pays bon à l’allure actuelle. Donc il faut vraiment travailler pour que nous quittions dans la cette crise ».

Il faut dire que l’an 1 du CNRD intervient à un moment où le climat sociopolitique est tendu avec les multiples appels à manifester du FNDC.

Samuel Demba Duolamou