Actualités

Fonction Publique : Julien Yombouno face au CNT

today10 mai 2023 1

Arrière-plan
share close

Les Ministres du Gouvernement de transition continuent à se succéder devant le Conseil National de la Transition à l’hémicycle du Palais du peuple. Ce mercredi, c’est le Ministre du Travail et de la Fonction publique, Julien Yombouno qui répondait aux questions des Conseillers Nationaux pour la circonstance.

Deux heures d’horloge, c’est le timing qui a été imparti au Ministre du Travail et de la Fonction publique pour répondre aux 36 questions suivies des relances posées par les membres du CNT. Une occasion pour Julien Yombouno de donner d’amples informations dans le sens des acquis des réformes engagées dans son département : « Nous avons procédé au nettoyage du fichier. Cela nous a permis de sortir du fichier près de 17 milles agents parce qu’ils étaient dans des positions irrégulières soit décédés depuis une décennie mais jamais radiés et le mal dans tout ça, ce n’est même pas la famille qui bénéficie  de leurs salaires », a-t-il fait remarquer.

Dans les sociétés minières ou encore les entreprises évoluant sur le territoire national, des employés  organisent souvent des mouvements de revendications pour l’amélioration de leurs conditions d’existence. Le ministre de la Fonction publique rassure que l’Inspection générale du Travail veille sur ces cas mais la plupart de ces réclamations ne sont pas justifiées, a-t-il fait comprendre : « C’est qu’il y’a beaucoup de mouvements sociaux dans les entreprises privées surtout mais beaucoup d’autres ne sont pas souvent légaux. Donc nous, ce que nous pouvons faire en tant qu’une Administration du travail, c’est de prévenir à travers des tests. C’est pourquoi nous avons engagé la révision du code de travail pour l’adapter au contexte », a répondu le Ministre.

A quand l’organisation d’un concours d’accès à la fonction publique après l’extirpation de 17 mille fictifs du fichier ? Le chef de département du Travail demande aux diplômés sans emploi de prendre leur mal en patience : « On ne peut pas engager le recrutement des nouveaux agents tant qu’on a pas encore su exactement combien de fonctionnaires émargent à la fonction publique. Tous les effectifs qu’on avance pour le moment, ça pourrait être plus ou beaucoup moins d’ailleurs. Nous allons prendre un peu notre mal en patience pour tout concours de recrutement massif », a-t-il déclaré.

Conscient des erreurs commises lors de la mise à la retraite des fonctionnaires notamment dans le département de la sécurité, Julien Yombouno souligne que son ministère n’est pas responsable de ces cas. Mais des procédures sont engagées par les départements concernés afin de régulariser ces situations.

Samuel Demba Duolamou pour soleilfmguinee.net

Écrit par: Soleil FM

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%