Actualités

Guinée : le parti UFR de Sidya Touré s’oppose à une idée du CNT

today10 février 2022 6

Arrière-plan
share close
Saikou-Yaya-Barry, secrétaire exécutif de l'UFR

Le secrétaire exécutif de l’Union des Forces Républicaines ne partage pas les premières initiatives du Conseil National de la Transition. Si au cours de leur première plénière Docteur Dansa Kourouma et collègues ont prévu d’effectuer une tournée à l’intérieur du pays pour rencontrer les populations à la base, Saîkou Yaya Barry pense que c’est du populisme. Joint par notre rédaction ce mercredi, l’ancien député invite plutôt cet organe à aller sur l’essentiel.

De l’avis des acteurs politiques, la première plénière des membres du Conseil National de la Transition, tenue le lundi dernier a été une occasion ratée. C’est le cas du secrétaire exécutif de l’UFR qui trouve inopportun, le voyage des conseillers à l’intérieur du pays. Saîkou Yaya Barry

« En réalité tous ceux qui sont au CNT là-bas, sont venus de l’intérieur de pays ou ils connaissent les réalités de l’intérieur du pays. Quel est le public cible qu’ils veulent rencontrer à l’intérieur du pays. Parce qu’en réalité s’ils arrivent est ce que c’est toute la population qu’ils vont écouter ? Ceux qui vont écouter sont au sein du CNT ».  

Au cours de cette même séance, le président du CNT a aussi demandé que l’hymne national soit entonné à l’ouverture de chaque plénière suivie par des prières. Sur ces points, l’ancien député demande au CNT de faire très attention.  

« C’est vrai que le pays a eu beaucoup de problèmes mais ce n’est pas le populisme qui peut arranger ça, c’est la volonté de vouloir le faire. L’hymne nationale ce n’est pas quelque chose qu’on entonne partout et ensuite les prières, il faut faire attention, Dieu et miséricorde, si vous priez alors que vos cœurs ne sont pas remplis de bonnes intentions, ça ne sert absolument à rien », a ajout Saikou Yaya Barry.

Pour répondre aux attentes du peuple, notre interlocuteur propose à l’organe transitoire ce qui suit: « C’est traduit en loi, ce que le dialogue politique va arrêter et que l’avis de chacun compte. Deuxièmement, c’est sur la constitution, ceux qui ont fait la constitution de 2010 sont plus aguerris que ceux qu’on a aujourd’hui.  Certes, elle n’est pas parfaite mais on peut la toiletter ».

Saikou Yaya Barry a aussi conseillé le président de la transition d’accepter de discuter avec les forces vives de la nation pour faciliter le retour à l’ordre constitution.  

Samuel Demba Duolamou

Écrit par: Razakou Moussa

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%