Soleil FM
Image default
Guinée Actus Sociétés

La grève de la FESATEL est-elle suspendue ? La mise au point de Abdoulaye Barry

C’est un ouf de soulagement pour les travailleurs de la téléphonie. Au sortir d’une rencontre le vendredi 20 août 2021, entre la Fédération Syndicale Autonome des Télécommunications  (FESATEL) et l’Autorité de Régulation des Postes et Télécommunications (ART), un protocole d’accord a été trouvé entre ces deux parties afin de reprendre le travail pour assurer le service minimum. C’est ce qu’a confié ce samedi 21 août 2021 Abdoulaye Barry, secrétaire général de la FESATEL.

Après plusieurs semaines de grève dans le secteur de la téléphonie sans suite,  la Fédération Syndicale Autonome des Télécommunications et les autorités du pays sont en passe de conclure un accord pour surseoir au débrayage constaté dans ce secteur. Abdoulaye Barry, le secrétaire général de la FESATEL annonce un accord trouvé.

« Nous avons trouvé un protocole d’accord responsable, vous allez voir le contenu quand tout sera finalisé. Cet accord règle le problème de l’emploi dans le secteur des postes et télécommunications pour une durée indéterminée», nous a-t-il confié d’entrée.

Contrairement à ce qu’annoncent d’autres médias, ce syndicaliste refuse de confirmer la suspension de la grève.

« Pour le moment, la grève n’est pas suspendue. Mais, quand on aura finalisé l’accord, on va tenir une assemblée générale avec les travailleurs et après, on va suspendre la grève. Ce qui reste clair, on est entrain de finaliser ce sur quoi on s’est entendu surpapier», a précisé le Secrétaire Général de la FASATEL. 

Pour bon nombre d’observateurs, la grève déclenchée par la FESATEL est passé inaperçue. Abdoulaye Barry ne partage cet avis.

« Vous savez en Guinée, les gens sont habitués à des grèves barbares, sortir et vandaliser les boutiques des autres. Mais avec le monde de la digitalisation, un travailleur, si tu veux grever, tu restes chez toi. C’’est ce qu’on a fait. Et cette grève a beaucoup impacté les patrons. Les chiffres qui partaient dans les recettes de l’Etat étaient entrain de baissés. Donc quelque part, ils ont trouvé nécessaire de nous appeler. Si beaucoup ont pensé que cette grève est passée inaperçue je ne pense qu’aujourd’hui on allait trouver un protocole d’accord », a-t-il répliqué.

Même si le droit de grève est reconnu par la constitution, le secrétaire général de la FESATEL invite ses collègues à être des syndicalistes participatifs et non destructifs.

SAMUEL DEMBA DUOLAMOU

Laisser un commentaire

99  −  89  =