Soleil FM
Image default
Actualités Guinée Politique

Guinée: Abdourahmane SANOH, promet de poursuivre le combat après sa relaxe par le TPI de Mafanco

Abdourahmane SANOH, ancien coordinateur national du FNDC s’est exprimé ce vendredi sur le verdict du TPI de Mafanco qui l’a relaxé mercredi pour délit non constitué. Il a salué cette décision du tribunal et a demandé aux autorités de libérer les membres du FNDC détenus à la maison centrale de Guinée. L’activiste a réitéré son ambition de poursuivre son combat pour la citoyenneté en Guinée. C’était à la faveur d’un point de presse tenu au siège de la PCUD à Kipé dans la commune de Ratoma.


L’ancien coordinateur du front national pour la défense de la constitution a exprimé sa gratitude à ses avocats, avant de saluer le verdict rendu par le Tribunal de Première Instance de Mafanco le 11 janvier 2023 parle d’une acte de haute portée.


« Le sens de responsabilité qui a caractérisé ce verdict doit inspirer la majustrature de notre pays afin que ces bons exemples cessent d’être des exceptions. Je me réjouis du fait de cet implacable témoignage judiciaire.  Notre justice vient  de reconnaitre que les réunions  publique sont libres conformément à l’article 624 du code pénal  et que la non déclaration n’est pas une infraction», a déclaré Abderrahmane SANOH devant la presse.

L’ancien coordinateur national du FNDC n’a pas oublié les responsables du FNDC incarcérés à la maison centrale de Conakry.
« Dans cette circonstance très évocatrice des droits de l’homme, je voudrai avoir une pensée pour Oumar SYLLA alias Foniké Menguè et Ibrahima DIALLO pour lesquels j’éprouve beaucoup de peine à voir en prison plus pour leurs opinons que tout autre raison. J’exhorte les autorités de leur rendre au plus vite leur liberté ».

L’ancien ministre sous le CNDD souligne que sa foi en son combat est inébranlable et qu’aucun sacrifice n’est de trop pour l’assumer.
« Le plein exercice de la citoyenneté est une question de  dignité. Le négocier, l’aliéner, l’abandonner ou riser avec est un acte de lâcheté », estime t-il.


La Guinée a encore du chemin à faire dans la marche vers la démocratie regrette l’activiste. Il appelle toutes les composantes à œuvrer pour consolider la paix dans le pays. 

Mamadou Dian Diallo pour Soleilfmguinee.net

Laisser un commentaire

18  +    =  25