Soleil FM
Image default
Guinée Actus Sociétés

Guinée, vaccin anti-COVID : se faire vacciner est un casse-tête

Malgré l’arrivée d’importants lots de vaccin en Guinée,  des  citoyens rencontrent d’énormes difficultés sur le terrain  pour avoir une dose de vaccin. C’est le cas à  Lambanyi dans la commune de Ratoma/Conakry où certains dénoncent la lenteur, qui, selon eux s’expliquerait par la corruption des agents vaccinateurs.

A Lambanyi les citoyens semblent avoir pris conscience de la menace du variant Delta du Coronavirus. A encroire les statistiques publiées par l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSS), le taux de positivité est passé de un à 11 % ces derniers jours.

Pour se mettre à l’abri, ce citoyen sous l’anonymat dénonce quelques deffaillances dans sa zone de vaccination.

« Depuis 7heures moi je suis là, j’ai remarqué qu’il y a une lenteure au niveau des agents vaccinateurs », regrette-t-il.

Même son de cloche chez cet autre citoyen. Selon Oumar Fanta Condé cette lenteur s’expliquerait par la complicité de certains agents.

« On était là nombreux, certains ont été vaccinés. Mais vers la fin, la dame a commencé à derailler. Ils ont privilégié certains à cause de l’argent et nous qui n’en ont pas, nous sommes restés à l’écart de 6heures à 15heures. Par finir, c’est pour nous dirent que les cartes sont finies. Comment les cartes peuvent finir et qu’il y ait beaucoup de vaccin. C’est impossible ! », explique Oumar Fanta condé.

Une accusation rejetée en bloque par Mamadou Tham Soumah, agent communautaire dans la zone de Lambanyi. Selon ce délégué, des dispositions sont prises dans sa juridiction pour répondre aux besoins des populations.

« Ici au centre de santé de Lambanyi nous sommes organisés. Chaque fois que nous venons, nous procédons aux appels, c’est-à-dire les premiers venus sont inscrits et c’est par rapport à cette liste qu’ont appels. Par exemple, pour hier ceux qui n’ont pas pu être vaccinés, ce matin on a commencé par eux. Nous sommes mieux organisés, c’est  pourquoi il n’y a pas de pagaille ici », précise-t-il.  

Tout de même sur le terrain, le constat revele qu’il y a un engoument autour de cette vaccination.

 Djénaba MARA et Alpha Abdoulaye BARRY

Laisser un commentaire

  +  49  =  57