Sociétés

Journée Internationale de l’Action pour la Santé des Femmes : Kadiatou Konaté fait des recommandations en faveur des femmes

today28 mai 2024 22

Arrière-plan
share close

Le 28 Mai de chaque année, l’humanité célèbre, la Journée Internationale de l’Action pour la Santé des Femmes. Elle vise à sensibiliser le public aux enjeux de la santé des femmes, en mettant l’accent sur les questions spécifiques auxquelles elles sont confrontées. Elle encourage aussi l’éducation et l’information sur les droits en matière de santé reproductive, la planification familiale, la prévention des maladies sexuellement transmissibles et d’autres problèmes de santé.

La journée Internationale de l’Action pour la Santé des Femmes est l’occasion de plaider en faveur des politiques et de programmes qui améliorent la santé de la couche féminine. Elle favorise la campagne pour l’accès à des soins de santé abordables, des services de santé sexuelle et reproductive. Kadiatou Konaté  parle de cette journée.

« La santé est un droit fondamental pour tout être humain, dont la femme ne fait pas l’exception. En cette journée internationale de la santé des femmes, je prie le gouvernement de s’intéresser à la santé des femmes dans les zones rurales qui est un défis majeur » A-t-elle plaidé ?

Pour assurer une couverture sanitaire pour toutes les femmes en Guinée, cette activiste fait des recommandations.

« En matière de la santé y a aussi des femmes qui accouchent dans les conditions assez précaires où les centres de santé à travers les inspections ne prennent pas en compte. En cette journée il est important de veiller sur ces femmes qui sont dans ces zones rurales qui n’ont pas de kits sanitaires : de kits de grossesses et de kits d’accouchements. Pendant cette journée je profite pour rappeler les autorités à jeter coup d’œil et prendre des actions concrètes. Réduire considérablement les coups de soins… » A-t-elle proposé ?

Selon les données de l’Association Agir pour le Cœur des Femmes, 89 % des femmes présentent au moins deux facteurs de risque cardio-vasculaires. 46 % d’entre elles présenteraient deux facteurs de risque gynécologiques comme une contraception contre-indiquée.

Amara Simba Sylla pour le www.soleilfmguinee.net

Écrit par: Louis Oscar LOBE MOUKOURI

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%