Actualités

Madagascar : la présidentielle, une lointaine préoccupation pour certains

today15 novembre 2023 67

Arrière-plan
share close

Dans la capitale malgache, de nombreux foyers n’ont pas accès à l’eau, la précieuse ressource.

Alors, chaque jour, Olivier fait la ronde de ses clients avant de se rendre à la fontaine publique. Il facture 10 à 20 centimes de dollars la bouteille de 20 litres, le prix variant en fonction de la distance et de la raideur de la pente.

Les Malgaches sont appelés aux urnes jeudi pour choisir leur prochain président. Une partie de l’opposition a appelé au boycott du scrutin et dénoncé des irrégularités alors que le président sortant, Andry Rajoelina, se dit assuré d’une victoire au premier tour. Olivier ira voter même si la présidentielle n’est qu’une lointaine préoccupation :  oui, je vais aller voter, mais je ne m’attends à rien de la part du gouvernement. C’est mon devoir de voter, alors j’irai voter dit-il.

À Madagascar, près de la moitié de la population n’a pas accès à l’eau et seulement 12 % à l’assainissement, selon la Banque mondiale. Avec des infrastructures vieillissantes, la compagnie publique Jirama est incapable de répondre aux besoins des plus de 3,4 millions qui vivent à Antananarivo et dans ses environs. 

Louise Razanajafy vit au pied des collines où les foyers ne sont pas raccordés :  le gouvernement ne vient jamais nous voir, ils ne nous parlent pas. Ils ne se soucient pas de nos problèmes d’eau.

Plusieurs habitants de ces quartiers populaires se sentent abandonnés par les autorités et souhaitent ne pas se rendre aux urnes. Car selon eux, les gouvernements qui se sont succédé à la tête de la grande île se sont enrichis au détriment de la population. Barry fait partie de ces septiques. Pour lui, il n’y aura aucune surprise, Andry Rajoelina sera réélu : non, parce que ils sont tous corrompus, la HCC et aussi le CENI. C’est déjà une élection tout fait, il est déjà élu.

Le scrutin initialement prévu le 9 novembre, avait été reporté d’une semaine le mois dernier à la suite de la blessure d’un candidat lors d’une manifestation. La campagne électorale pour le premier tour de l’élection présidentielle s’est officiellement achevée mardi. Mais l’opposition a appelé a manifesté ce mercredi pour réclamer la suspension du processus électoral.

Écrit par: renetatu

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%