Actualités

Procès annoncé de Kassory et Cie, Me Sidiki Bérété à Aly Touré : « Lui-même sait que c’est impossible »

today9 mars 2023 7

Arrière-plan
share close

Le mercredi 15 mars 2023 est la date prévue pour la tenue du procès de Dr Ibrahima Kassory Fofana, Dr Mohamed Diané, Oyé Guilavogui, respectivement ancien Premier Ministre, ancien Ministre de la Défense nationale et des Affaires Présidentielles et ancien Ministre de l’Environnement et des Eaux et Forêts, tous poursuivis pour de présumés détournements de deniers publics.

L’annonce a été faite le mercredi 08 mars 2023 par Le procureur spécial près la Cour de Répression des Infractions économiques et financières (CRIEF ndlr). Interrogé au lendemain de cette annonce, Maitre Sidiki Bérété, un des avocats des anciens dignitaires du régime déchu affirme que c’est impossible d’ouvrir ce procès. Il parle des préalables avant la tenue duquel procès.

Le procureur spécial près la Cour de Répression des Infractions économiques et financières a annoncé le mercredi 8 mars 2023 l’ouverture du jugement de Dr Ibrahima Kassory Fofana ancien Premier Ministre, Dr Mohamed Diané ancien Ministre de la défense nationale, Oyé Guilavogui  ancien Ministre de l’Environnement, à partir du 15 mars 2023. Me Sidiki Bérété un des membres du pool d’avocats de ces anciens dignitaires ne croit pas à la tenue de ce procès. « Il ne pourra pas programmer. Lui-même, il  sait que c’est impossible. Ce n’est pas moi, l’article 80 dit la signification à la partie adverse avec consignation de garantie. Il n y a pas lieu à exécuter jusqu’à ce que la Cour Suprême se prononce. L’effet substantif de l’affaire en matière pénale est de plein droit l’article 80 du droit pénal. Quand on notifie un pourvoi en cassation à monsieur le procureur et l’agent judiciaire de l’Etat, le pourvoi a un effet substantif, vous allez programmer comment un procès. On est toujours régi par les textes de loi », argumente-t-il.

Poursuivant sa communication, Me Sidiki Bérété demande la libératon de son client avant l’ouverture du procès. « S’ils veulent un procès, ils n’ont qu’à les libérer. C’est un préalable, il faut que les Kassory, les Diané et les Oyé Guilavogui tout le monde soit dehors avant tout  procès. On ne négocie pas avec la loi. On a obtenu les libertés, ils sont malades, qu’on les libère, après on va aller au procès », martèle l’homme en robe noire.

A en croire Maître Sidiki Bérété, la procédure a été violée par le procureur spécial près la Cour de Répression des Infractions Economiques et Financières (CRIEF).

Amara Simba Sylla pour soleilfmguinee.net

Procès annoncé de Kassory et Cie, Me Sidiki Bérété à Aly Touré : « Lui-même sait que c’est impossible »

Le mercredi 15 mars 2023 est la date prévue pour la tenue du procès de Dr Ibrahima Kassory Fofana, Dr Mohamed Diané, Oyé Guilavogui, respectivement ancien Premier Ministre, ancien Ministre de la Défense nationale et des Affaires Présidentielles et ancien Ministre de l’Environnement et des Eaux et Forêts, tous poursuivis pour de présumés détournements de deniers publics.

L’annonce a été faite le mercredi 08 mars 2023 par Le procureur spécial près la Cour de Répression des Infractions économiques et financières (CRIEF ndlr). Interrogé au lendemain de cette annonce, Maitre Sidiki Bérété, un des avocats des anciens dignitaires du régime déchu affirme que c’est impossible d’ouvrir ce procès. Il parle des préalables avant la tenue duquel procès.

Le procureur spécial près la Cour de Répression des Infractions économiques et financières a annoncé le mercredi 8 mars 2023 l’ouverture du jugement de Dr Ibrahima Kassory Fofana ancien Premier Ministre, Dr Mohamed Diané ancien Ministre de la défense nationale, Oyé Guilavogui  ancien Ministre de l’Environnement, à partir du 15 mars 2023. Me Sidiki Bérété un des membres du pool d’avocats de ces anciens dignitaires ne croit pas à la tenue de ce procès. « Il ne pourra pas programmer. Lui-même, il  sait que c’est impossible. Ce n’est pas moi, l’article 80 dit la signification à la partie adverse avec consignation de garantie. Il n y a pas lieu à exécuter jusqu’à ce que la Cour Suprême se prononce. L’effet substantif de l’affaire en matière pénale est de plein droit l’article 80 du droit pénal. Quand on notifie un pourvoi en cassation à monsieur le procureur et l’agent judiciaire de l’Etat, le pourvoi a un effet substantif, vous allez programmer comment un procès. On est toujours régi par les textes de loi », argumente-t-il.

Poursuivant sa communication, Me Sidiki Bérété demande la libératon de son client avant l’ouverture du procès. « S’ils veulent un procès, ils n’ont qu’à les libérer. C’est un préalable, il faut que les Kassory, les Diané et les Oyé Guilavogui tout le monde soit dehors avant tout  procès. On ne négocie pas avec la loi. On a obtenu les libertés, ils sont malades, qu’on les libère, après on va aller au procès », martèle l’homme en robe noire.

A en croire Maître Sidiki Bérété, la procédure a été violée par le procureur spécial près la Cour de Répression des Infractions Economiques et Financières (CRIEF).

Amara Simba Sylla pour soleilfmguinee.net

Écrit par: Razakou Moussa

Rate it

Articles similaires

Guinée Actus

« La lenteur dans l’élaboration de la constitution peut entrainer un régime dictatorial » prévient Abdoulaye Sadjo BARRY président du (B.A.G).

« L’actualité sociopolitique en Guinée et menace de glissement du calendrier de la transition », est le thème d’une conférence de presse animée ce jeudi par le président du parti Bloc pour l’Alternance en Guinée (B.A.G). Abdoulaye Sadjo BARRY a invité le CNRD à organiser un dialogue. Depuis plus de deux ans, […]

today25 mai 2024 6 2

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%