Actualités

Procès ou vente aux enchères des anciens dignitaires ? (La fléchette de Soleil FM)

today20 mars 2023 4

Arrière-plan
share close

La transition guinéenne est-elle en train de prouver son excellence dans l’organisation de procès surtout des anciens dignitaires de la République ? Je ne sais quoi répondre mais visiblement tous les ingrédients semblent réunis pour le supposer. Après l’ouverture du procès des évènements du 28 septembre ou de la junte de 2009, nous voilà dans celui des barons du Pr Alpha Condé devant la Cour de Répression des Infractions Économiques et Financières-CRIEF.

La seule différence est que les uns sont poursuivis pour des crimes de sang et les autres pour des crimes économiques. Tout est crime, tout compte fait. A nous de faire le discernement pour ne pas tourmenter le Guinéen lambda qui ne comprend pas trop ce jeu de mots.

Mais ce n’est que la première étape, sinon les autres ne tarderont pas à rejoindre un tribunal criminel pour d’autres crimes de sang. Rien n’est moins sûr dans ce méli-mélo.

Mais là n’est d’ailleurs pas tout le souci, c’est le show que la Guinée offre aux téléspectateurs du monde fans de la téléréalité.

Cela fait la publicité de notre pays dans le domaine de la transparence, peut-être mais surtout la façon spéciale de gérer la Respublica et comment ses gestionnaires sont eux-mêmes traités.

Sans nul doute qu’on aurait pu penser à l’image de la Guinée qu’à celle de ses dignitaires. Ils trainent avec eux le nom de la Guinée.

Mais j’oubliais que les héros sont souvent aveuglés par les caméras pour penser à quelques détails près. Ici ce qui importe, c’est la renommée à travers le temps et l’espace.

Ils ont leur raison, peut-être. L’histoire n’aime que les légendes et ne se souvient que d’elles. Et peut-être qu’on se souviendrait également toujours de ceux qui sont devant les tribunaux aujourd’hui ce, en fonction de la décision que prendra le juge par rapport à leurs cas.

En attendant, les héros sont aussi jugés, scrutés dans leurs moindres faits et gestes.

Un procès ce n’est pas une foire ou une fête foraine où l’on vient étaler ou vendre du charme ou tout au plus ce qu’on considère ou croit intéressant pour les forains.

L’idée d’imiter le procès des gangs serait-elle une erreur ? Ce ne sont pas les mêmes faits et encore moins les mêmes moments ou époques.

Je sais que ma position ne fait pas forcément l’affaire des médias. Mais voilà, l’intérêt de la Respublica est encore plus à prendre au sérieux que l’audimat d’un média.

Procès ou vente aux enchères des anciens dignitaires ?

La transition guinéenne est-elle en train de prouver son excellence dans l’organisation de procès surtout des anciens dignitaires de la République ? Je ne sais quoi répondre mais visiblement tous les ingrédients semblent réunis pour le supposer. Après l’ouverture du procès des évènements du 28 septembre ou de la junte de 2009, nous voilà dans celui des barons du Pr Alpha Condé devant la Cour de Répression des Infractions Économiques et Financières-CRIEF.

La seule différence est que les uns sont poursuivis pour des crimes de sang et les autres pour des crimes économiques. Tout est crime, tout compte fait. A nous de faire le discernement pour ne pas tourmenter le Guinéen lambda qui ne comprend pas trop ce jeu de mots.

Mais ce n’est que la première étape, sinon les autres ne tarderont pas à rejoindre un tribunal criminel pour d’autres crimes de sang. Rien n’est moins sûr dans ce méli-mélo.

Mais là n’est d’ailleurs pas tout le souci, c’est le show que la Guinée offre aux téléspectateurs du monde fans de la téléréalité.

Cela fait la publicité de notre pays dans le domaine de la transparence, peut-être mais surtout la façon spéciale de gérer la Respublica et comment ses gestionnaires sont eux-mêmes traités.

Sans nul doute qu’on aurait pu penser à l’image de la Guinée qu’à celle de ses dignitaires. Ils trainent avec eux le nom de la Guinée.

Mais j’oubliais que les héros sont souvent aveuglés par les caméras pour penser à quelques détails près. Ici ce qui importe, c’est la renommée à travers le temps et l’espace.

Ils ont leur raison, peut-être. L’histoire n’aime que les légendes et ne se souvient que d’elles. Et peut-être qu’on se souviendrait également toujours de ceux qui sont devant les tribunaux aujourd’hui ce, en fonction de la décision que prendra le juge par rapport à leurs cas.

En attendant, les héros sont aussi jugés, scrutés dans leurs moindres faits et gestes.

Un procès ce n’est pas une foire ou une fête foraine où l’on vient étaler ou vendre du charme ou tout au plus ce qu’on considère ou croit intéressant pour les forains.

L’idée d’imiter le procès des gangs serait-elle une erreur ? Ce ne sont pas les mêmes faits et encore moins les mêmes moments ou époques.

Je sais que ma position ne fait pas forcément l’affaire des médias. Mais voilà, l’intérêt de la Respublica est encore plus à prendre au sérieux que l’audimat d’un média.

La fléchette de Fatoumata Keïta

Écrit par: Razakou Moussa

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%