Soleil FM

Soleil FM : Actualités

Toute l’actualité sur l’Afrique, l’Amérique, l’Europe, le Proche-Orient, l’Asie…

Actualités

AFRIQUE-ECO : les dirigeants ont un plan en deux phases

LINSAN

 Le Président en exercice de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, a annoncé samedi à accra la mise en place d’une nouvelle feuille de route pour accélérer le processus d’instauration de la monnaie unique « Eco », a rapporté un communiqué de la présidence ivoirienne, au terme du 59è sommet ordinaire tenu à Accra.

« Au plan économique, Nana Dankwa Akufo-Addo a souligné que la question de la monnaie unique est toujours d’actualité et a révélé la mise en place d’une nouvelle feuille de route pour accélérer le processus », a indiqué le texte.

A noter que ce sont 15 pays d’Afrique de l’ouest qui se sont accordés sur le projet de l’Eco. La création de cette monnaie se fera en deux phases.

Dans la première phase, les pays qui disposent de leurs propres monnaies (Gambie, Ghana, Guinée, Nigeria et Sierra Leone) doivent lancer une monnaie unique, puis dans une deuxième phase les 8 pays membres de l’Uemoa qui ont en commun le franc CFA (Franc de la Communauté financière en Afrique) devraient s’y greffer, de sorte à ce que tous les pays membres de la Cedeao utilisent une même et unique monnaie.

Le projet de monnaie unique date de plusieurs décennies, mais il n’a pu être concrétisé pour diverses raisons.

Lors du sommet, le Président Nana Akufo-Addo a salué les mesures prises au niveau de l’espace communautaire, qui ont permis d’atténuer l’impact de la pandémie de Coronavirus et a appelé ardemment à la mise au point des vaccins propres aux pays africains, a souligné le même texte.

Sur la situation au Mali, le Président de la Commission de la CEDEAO, Jean–Claude BROU a préconisé la mise en œuvre des décisions prises le 31 mai dernier, lors du Sommet extraordinaire de la CEDEAO, en particulier le respect de la date de l’élection présidentielle fixée au 22 février 2022.

En marge du sommet, un protocole d’accord a été signé entre le Sénégal et la Guinée pour la réouverture de leurs frontières, fermées depuis la pandémie de la fièvre Ebola en Guinée.

Source : www.aa.com.tr/fr/afrique

LAMINE LINSAN

Actualités

A la une Gbagbo se dit ‘’heureux de retrouver la Côte d’Ivoire et l’Afrique’’

LINSAN

Laurent Gbagbo est arrivé ce jeudi 17 juin 2021 à Abidjan en provenance de Bruxelles. Il foule le sol de la Côte d’Ivoire pour la première dois depuis qu’il a été chassé du pouvoir en 2011. Cela fait suite à son acquittement par la Cour pénale internationale (CPI), où il était poursuivi pour crimes contre l’humanité. Il doit ce retour au bercail aux autorités ivoiriennes qui ont donné le feu vert comme gage de la réconciliation nationale.

L’avion de la ligne régulière de la compagnie Brussels Airlines s’est posé peu avant 16h30 (heure locale et TU), il avait à son bord l’ancien Président ivoirien Laurent Gbagbo.

Le revenant a été acclamé à sa descente d’avion par des centaines de personnes, celles qui avaient pu avoir accès à l’aéroport, ses proches, les responsables de son parti, le Front populaire ivoirien (FPI), et le personnel de l’aéroport et de compagnies aériennes. 

Des milliers de personnes s’étaient massées le long du parcours jusqu’à l’ancien QG de son parti, le FPI.

Tout au long de la journée, la police a dispersé avec du gaz lacrymogène tous ceux qui tentaient de se rassembler près de l’aéroport, situé dans le Sud de la capitale, dans le quartier de Port-Bouët où des échauffourées ont aussi opposé les forces de l’ordre à des partisans de Laurent Gbagbo. 

Les partisans de L. Gbagbo venus l’accueillir à l’aéroport de O. Bouagni le 17 juin 2021

L’ex-président s’est rendu ensuite en cortège dans le quartier d’Attoban, où se trouve son ancien QG de campagne, où des centaines de personnes l’ont accueilli. Devant les membres de la direction de son parti, le Front populaire ivoirien (FPI), il s’est dit “heureux de retrouver la Côte d’Ivoire et l’Afrique après avoir été acquitté” de crimes contre l’humanité par la justice internationale.  “Je suis ivoirien mais j’ai appris en prison que j’étais d’Afrique. Toute l’Afrique me soutient”, a-t-il insisté devant des partisans.

“J’ai des larmes aux yeux en pensant à ma mère décédée”, a-t-il déclaré, évoquant ce décès survenu pendant qu’il était emprisonné à La Haye. Il a ajouté qu’il aurait l’occasion de faire “plus tard” un discours politique.

A lire sur france24

LAMINE LINSAN

Actualités

Nigeria: le chef de Boko Haram Abubakar Shekau est mort, confirme le groupe jihadiste rival Iswap

soleilfm

Le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, s’est suicidé lors de combats contre le groupe jihadiste rival de l’Etat islamique en Afrique de l’Ouest (Iswap), a affirmé celui-ci dans un enregistrement audio publié deux semaines après  de premières informations faisant état de sa mort. 

(suite…)
Actualités Sociétés

Les mots du ministre guinéen de l’environnement à l’occasion de la journée mondiale de l’environnement

LINSAN

Le ministre d’Etat, ministre de l’environnement des eaux et forets de la Guinée, Mohamed Oye Guilavogui a fait une déclaration à la faveur de la célébration de la journée mondiale de l’environnement, dont soleilfmguinee.net a reçu une copie. Lisez l’intégralité ci-dessous.

REPUBLIQUE DE GUINEE

Travail-Justice-Solidarité

CELEBRATION DE LA JOURNEE MONDIALE DE L’ENVIRONNEMENT CELEBRE LE 05 JUIN 2021.

A L’OCCASION NOUS VOUS LIVRONS LA DECLARATION DU MINISTRE D’ETAT, MINISTRE DE L’ENVIRONNEMENT DES EAUX ET FORETS, MOHAMED OYE GUILAVOGUI

Chers compatriotes,

La Journée Mondiale de l’Environnement, date anniversaire de la création du Programme des Nations-Unies pour l’Environnement (PNUE) est célébrée à travers le monde, le 5 juin de chaque année.

L’objectif visé par cette journée est de susciter l’intérêt de la classe politique et le désir d’agir. Elle est mise à profit pour informer et sensibiliser les acteurs du développement, pour qu’ils comprennent que leur participation active et effective à la gestion durable de l’environnement est essentielle et qu’ils doivent de ce fait, changer favorablement leurs comportements et attitudes à l’égard des questions environnementales.

La célébration de cette Journée donc, permet aux nations et aux peuples d’améliorer leur qualité de vie sans compromettre, celle des générations futures. Le Pakistan aura le privilège de l’accueillir cette année 2021.

Le thème central de cette année retenue par le PNUE est intitulé « La restauration des écosystèmes ». Les écosystèmes expriment l’interaction entre les organismes vivants – plantes, animaux, personnes – et leur Environnement. Cela inclut la nature, mais aussi les systèmes créés par l’homme, comme les villes ou les exploitations agricoles.

Citoyennes et citoyens,

Des forêts aux terres agricoles en passant par les étendues et les cours d’eau douce, les océans et les littoraux, les écosystèmes dans toute leur vitalité et leur diversité, sont le pilier de notre prospérité et notre bien-être. Or, nous dégradons aujourd’hui ces précieuses ressources de façon alarmante.

Depuis trop longtemps, nous exploitons et détruisons les écosystèmes de notre planète. Toutes les trois secondes, le monde perd suffisamment de forêts pour ouvrir des terrains de distraction et loisir par exemple, et au cours du siècle dernier, selon le rapport spécial du GIEC/PNUE sur les conséquences d’un réchauffement planétaire, nous avons détruit la moitié de nos zones humides.

Pas moins de 50% de nos récifs coralliens ont déjà disparu et  jusqu’à 90% d’entre eux pourraient disparaître d’ici  2050, même si le réchauffement de la planète se limitait à une augmentation de un virgule cinq degré Celsius.

La perte d’écosystèmes prive le monde des puits de carbone, comme les forêts et les tourbières. Les émissions mondiales de gaz à effet de serre ont augmenté pendant les trois années consécutives et la planète est en passe de subir un changement climatique potentiellement catastrophique.

La Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes est un moyen de contribuer à renverser cette tendance et d’offrir un avenir plus durable à la nature et à l’humanité. Les écosystèmes sont le socle de toute une vie sur terre. Protéger les écosystèmes, c’est protéger la planète et ses habitants.

Face à ces défis, la Journée Mondiale de l’Environnement se concentre sur la restauration des écosystèmes et son thème est « Réimaginer, Recréer, Restaurer ». Ce qui est en adéquation avec la vision du Gouvernement Guinéen à travers ‘l’Initiative présidentielle de reboisement.  Aussi, elle est en phase non seulement avec la campagne de reboisement  annuelle du Ministère de l’Environnement des Eaux et Forêts,  mais aussi avec les objectifs de l’ambitieuse idée de projet portant le reboisement de 500 000 ha initié par le Département, et sur une période de 5 ans.

La restauration des écosystèmes consiste enfin à prévenir, à stopper et à inverser les dommages pour passer de l’exploitation de la nature à sa guérison. Cette Journée mondiale de l’environnement donnera le coup d’envoi de la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes 2021-2030, une mission mondiale visant à faire revivre des milliards d’hectares, des forêts aux terres agricoles, du sommet des montagnes aux profondeurs de la mer.

Citoyennes et Citoyens

Nous ne pouvons pas remonter le temps. Mais nous pouvons planter des arbres, rendre nos villes plus vertes, redonner vie à nos jardins, changer notre régime alimentaire et assainir les rivières et les côtes. Nous sommes la génération qui peut faire la paix avec la nature. C’est notre dernière chance de remettre les choses en ordre.

Soyons actifs, pas anxieux. Soyons audacieux, pas timides. C’est notre moment. C’est votre moment. Rejoignez la Génération Restauration !

Le Ministère de l’Environnement, des Eaux et Forêts, à travers le Gouvernement Guinéen saisit donc cette opportunité, pour lancer un appel à tous les responsables politiques et administratifs, à tous les citoyens de notre pays pour une prise de conscience collective accrue pour l’initiation d’actions concrètes, en vue d’améliorer le cadre de vie de nos populations dans nos différentes villes.

Main dans la main pour restaurer les écosystèmes, pour une Guinée propre, verte et plus vivable !

Vive la Journée Mondiale de l’Environnement !

Vive les Nations Unies !

Vive la République de Guinée!

Je vous remercie !

Publication : Service Communication : MEEF

Actualités Sociétés

« … à cause de la déforestation les animaux ne savent plus où aller… », Ibrahim Kalil Diakité à l’occasion de la journée mondiale de l’environnement

LINSAN

Les nations unies ont décidé de faire du 05 juin de chaque année, la journée mondiale de l’environnement. Cette journée a pour objectif de sensibiliser les populations sur la protection de l’environnement. Cette année le thème retenu porte sur la restauration des écosystèmes.

A cette occasion la rédaction de soleilfmguinee.net a joint ce samedi ce samedi 05 juin 2O21, le Président de l’Association Guinéenne pour le Développement Durable et la Protection des Ecosystèmes, Ibrahim Kalil Diakité a mis l’accent sur cette journée et envisagé quelques actions en faveur de la protection de l’écosystème ainsi que les bonnes pratiques environnementales. Lisez ci-dessous ses propos recueillis par notre reporter Fatoumata Nimaga.

« Cela part déjà de la conservation de ce qui existe et la création de ce qui n’existe pas. Donc pendant cette journée et tous les autres jours qui vont suivre, le thème de l’environnement sera au centre de toutes les préoccupations. Cette année le thème porte pratiquement sur la protection des écosystèmes, encore une fois la dimension de l’habitat que ça soit l’habitat humain ou l’habitat sauvage, elle est fortement influencée par la dégradation de l’environnement en termes de pollution, en termes d’augmentation des ordures ménagères et la carbonisation, et tous ceux-ci affectent l’habitat humain qui est en milieu urbain.

En ce qui concerne l’habitat sauvage, à cause de la déforestation les animaux ne savent plus où aller et à la limite ne savent pas comment se nourrir aujourd’hui. Puisque nous sortons d’une période pandémique, il y’a également beaucoup de maladies qui sont liées aux eaux souillées, donc c’est de conscientiser les populations pour une gestion correcte des eaux puisées par exemple, et y a de ces pratiques assez simples et nous allons passer de porte à porte pour les expliquer. Voilà cette année ces quelques actions que nous allons entreprendre dans ce sens, d’une part la protection de notre écosystème et d’autre l’adoption des bonnes pratiques environnementales », explique Ibrahim Kalil Diakité.

Propos recueillis par FATOUMATA NIMAGA

Actualités Guinée Politique

A la une Conakry : Adama Barrow en visite chez Alpha Condé, les deux inaugurent un centre dès après l’aéroport

LINSAN

Après l’aéroport international de Gbessia-Conakry, où le Président guinéen est venu réceptionner son homologue gambien ce jeudi 3 juin 2021, ces chefs d’Etat se sont dirigés avec leurs protocoles à Kaporo, un quartier situé dans la banlieue de Conakry. Alpha Condé et son homologue ont mis l’occasion à profit pour inaugurer le centre de gestion des permis de conduire. Un projet piloté par le ministère des transports.

Satisfait de cette réalisation, le ministre des transports a d’abord salué l’entreprise en charge du projet avant de souligner l’importance accordée à ce permis.

« L’intérêt pour ce projet, c’est tout d’abord assurer la sécurité dans la circulation en République de Guinée. Et l’autre intérêt non des moindre c’est que ce permis est valable à l’international. Cette société a signé un accord qui permet aux guinéens détenteurs de ce permis de s’en servir partout où ils se trouvent dans le monde. Soit on échange avec le permis du pays ou on échange avec le permis guinéen. Aussi ça évite que les accidents ne se produisent parce que ce permis là ne se donne pas à n’importe qui », a expliqué Mohamed Keïta

En plus d’être authentique, ce document n’est pas falsifiable.  Pour son obtention, il faut préalablement passer par des tests.

« Il y’a ici des machines de dernière génération. Donc fini la fraude, c’est le permis de conduire biométrique qui va commencer en Guinée. Pour quelqu’un qui veut avoir un permis il faut passer dans une école et voir si la personne n’a pas une maladie incompatible avec la conduite. Et on t’examine si les cours théoriques et pratiques sont assimilés. C’est en ce moment seulement qu’on peut laisser la personne prendre un permis », a commenté Mômon Sacko, directeur du projet en charge.

Pour faire adhérer les citoyens à cette initiative, une campagne de sensibilisation est prévue dans les prochains jours à l’intérieur du pays, a indiqué Alhassane Kénéma, directeur général d’informafrik.

SAMUEL DEMBA DUOLAMOU    

Actualités Guinée Politique

Morcèlement des structures professionnelles : « l’Etat est à la base de cette division… », incrimine Moussa Samoura, un analyste politique

LINSAN

Les structures socio-professionnelles vont de mal en pire en Guinée. Le constat révèle qu’elles sont toutes divisées. En réalité, ce sont les citoyens qui payent le prix de cette division.

Dans un entretien accordé à la rédaction soleilfmguinee.net ce jeudi 3 mai 221, Moussa Samoura, Analyste politique et chef de département à l’Université Mahatma Gandhi de Conakry déplore cet état de fait. Il accuse l’Etat d’être à la base de cette division entre les acteurs socio-professionnels.

Depuis maintenant plusieurs années les structures syndicales, les organisations de la société civiles et les acteurs politiques sont dans une division qui ne dit pas son nom. Et pour cause la lutte des intérêts égoïstes et la préférence du gouvernement pour avoir le contrôle sur ces structures socio-professionnelles. Moussa Samoura est un analyste politique et enseignant chercheur à Conakry.

« Dans un premier temps cela découle d’une crise de confiance entre les acteurs. Et la seconde cause est la lutte des intérêts, aujourd’hui mise en avant par la stratégie même du gouvernement à appliquer et à encourager cette politique. Comme on le dit plus ils sont divisés, plus ils n’auront pas le contrôle sur la politique gouvernementale » a-t-il regretté.

Pour cet analyste politique, ces acteurs socio-professionnels doivent se battre pour le bien-être des travailleurs en particulier et des citoyens en général.

« Un militant de la société civile ou un militant du mouvement syndical est un militant qui milite pour la bonne cause. Mais, il met sa conviction afin de lutter pour la cause commune. Alors comme disait Victor Hugo ‘’ vous voulez être des grands hommes de demain, mais mourez aujourd’hui’’. Cela veut tout simplement dire qu’il faut vous sacrifier pour les autres, ceux qui resteront de vous c’est ça que les gens diront de vous », a renchérit Moussa Samoura.

 L’universitaire propose quelques solutions de sortie de crise.

 « La première des choses il faudrait d’abord que les gens fassent l’examen de confiance qui peut les amener vers une prise de conscience, dire que ce que nous sommes en train de faire n’est pas une chose qui peut nous honorer, n’est pas une chose qui peut nous grandir demain pour la prospérité. Ce qu’on dira de vous qui est positif, qui est plus important, le matériel n’est rien » a-t-il proposé.

Pour l’heure, aucune initiative n’est mise en œuvre pour le rapprochement de ces différentes organisations de la vie socio-professionnelle de la Guinée.

AMARA SIMBA