Actualités

Circulation sans casques: « On peut recevoir entre 10 à 20 cas d’accidents graves par semaine », Dr Nèma Albert Loua, Traumatologue au CHU Donka

today20 mai 2023 2

Arrière-plan
share close

Le refus du port des casques est l’une des causes de mortalité en Guinée. En moyenne, le service traumatologie du Centre Hospitalo Universitaire Donka enregistre une dizaine de cas d’accidents par semaine qui sont souvent fatals pour les motocyclistes. Malgré ce risque qu’encourent ces conducteurs, le phénomène est très  fréquent dans la circulation. Notre rédaction est allée à la rencontre du Docteur Nèma Albert Loua, médecin traumatologue au CHU Donka.

Beaucoup des motocyclistes ne portent pas de casques dans la circulation en Guinée. Parmi les villes qui n’observent pas cette mesure, Conakry ne fait pas exception : « Les traumatisés crâniens qui viennent après ces accidents sont très nombreux. Et beaucoup sont des personnes démunies qui pratiquent ce métier jusque pour se trouver du pain de séjour, si elles sont victimes de ces accidents qui intéressent parfois leurs têtes, la plupart perdent leur vie », a expliqué Dr Nèma Albert Loua, Traumatologue au CHU Donka.

Ce manque de civisme est un risque auquel s’exposent ces conducteurs de motos. A Donka, plusieurs cas d’accidents provoquant des traumatismes crâniens sont enregistrés chaque semaine : « Ce sont plusieurs établissements sanitaires de la capitale qui reçoivent ces accidents. Mais en ce qui concerne Donka, il ne peut pas y avoir une semaine sans au moins avoir 5, 10 à 20 cas », a-t-il déclaré.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, 74% d’accidents des motocyclistes, peuvent avoir la vie sauve s’ils prennent le soin de porter leurs casques. Pour respecter ces conseils, Dr Loua donne les avantages du port des casques : «  Quand il y a un accident quelques soit le risque, le casque protège beaucoup plus le coût et non la tête. Il y a des personnes qui ont perdu aujourd’hui les yeux dans ces accidents, et si elles portent les casques, certainement elles pouvaient survivre ou peut être elles pouvaient éviter cela », a-t-il conseillé.

Dans la circulation, la plupart des conducteurs portent des casques pour éviter la police. L’OMS suggère aux pays d’adopter des lois pouvant contraindre ces motocyclistes à minimiser le risque de décès.

Samuel Demba Duolamou pour soleilfmguinee.net

Écrit par: Razakou Moussa

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%