Soleil FM
Image default
Actualités Guinée Economie

CNT : les conseillers adoptent le document de programmation budgétaire pluriannuelle 2023-2025

Le Conseil National de la Transition (C.N.T) était en plénière ce mercredi 27 juillet 2022. Il était question de voter et adopter la loi pluriannuelle de l’orientation du document budgétaire de l’année 2023-2025.  

A l’unanimité, le document a été adopté.  Après lecture du rapport, le ministre du Budget s’est exprimé.

«La conduite de ces travaux d’orientation de ce document a abouti d’une part à définir le cadre conceptuel d’élaboration du projet de Loi des Finances exercice 2023 et d’autre part à  identifier les chantiers de la transition dans le domaine budgétaire et financier conformément au cas de dépenses par les structures de l’Etat. Monsieur les conseillers nationaux du Conseil National de la Transition,  s’agissant des chantiers de la transition dans le domaine budgétaire et financier, mais aussi, il repose sur trois défis majeurs que le gouvernement compte relever avec votre soutien. Il s’agit  de renforcer notre économie, la poursuite pour la mise en œuvre de la feuille de route du gouvernement de la transition et la stratégie nationale de la lutte contre  la Covid-19 et contre les effets néfastes de la pandémie, de relancer la machine économique de notre pays», a déclaré Moussa Cissé.

Le président du CNT a parlé de l’ambiance qui a caractérisé les quatre jours de séance.

«A cette occasion, je salue l’ambiance de sérénité et de convivialité  qui a caractérisé les échanges entre les cadres des services nationaux de l’Administration et vous les honorables conseillers nationaux. En un temps record, ces cadres se sont prêtés aux questions des conseillers nationaux pour parvenir à des recommandations. Ce qui permettra pour notre part pour des mois à venir de jeter des bases de l’examen de la Loi des Finances Rectificatives et la Loi des Finances Initiales 2023 pluralistes et plus objectives de recettes des dépenses. Le problème fondamental du budget guinéen n’est pas la répartition sectorielle, mais plutôt la réalisation et le taux de réalisation qui aussi se trouve au taux de 40%. Le plus important, c’est la capacité de mobilisation des fonds tant sur le plan interne, mais aussi sur le plan externe », a précisé, Dr Dansa Kourouma.

Amara Simba Sylla

Laisser un commentaire

  −  2  =  1