Actualités

Conakry: des cas de violences enregistrés au début des opérations de déguerpissement sur l’axe

today11 février 2023 7

Arrière-plan
share close

Coup d’envoi ce vendredi à Conakry, de la campagne de dégagement des emprises sur la voie publique. Dans la commune de Ratoma, des jeunes en colère ont exprimé leur ras-le-bol contre cette décision. Ils ont été dispersés à coup de gaz lacrymogène.

Ce vendredi 10 février 2023, marque de début de l’opération de libération des artères publiques, annoncée par les autorités de la transition. Elle vise à rendre la circulation fluide et minimiser les accidents de la route. Le maire de la commune de Ratoma a donné le ton dans sa juridiction.

 « Il est question aujourd’hui de faire les marquages et ensuite procéder à l’enlèvement.  Nous avons pris l’axe et le littoral parce que si on enlève les artères principales, et qu’on ne dégage pas les rues, les quartiers, on aura rien fait. Donc on touchera à tout », a mentionné Alpha Oumar Sacko.

Sâa Florent Tolno, directeur communal des infrastructures et des travaux publics de la commune de Ratoma, salue la démarche. : « L’Etat prendra les dispositions pour aménager les accortement des routes puisqu’il ne s’agit pas seulement de libérer, il faudrait que ces espaces là ne soient pas abandonnés sinon les gens finirons par revenir. Donc, il y a des projets que nous allons monter : faire des parkings, des jardins,  des espaces de jeux pour les enfants pour que ça soit rentable pour la commune », a-t-il annoncé

Des citoyens de Ratoma n’adhèrent cependant pas à  cette opération. De Cosa à Kipé en passant par Bambéto, des jeunes s’insurgent contre le délai donné par les autorités. Mamoudou Kaba, exerce son commerce à Kipé. « On n’est venus trouver deux pickups plus une machine ce matin en nous disant de déguerpir les lieux sans préavis .Nous nous sommes que les commerçants, dans les conditions normales si vous voulez déguerpir quelqu’un dans un lieu de commerce, le minium des choses c’est de donner un préavis c’est 6 mois mais on n’a pas reçu ça. Tout d’un bon matin on vient saccager. Vous avez vu les dégâts qu’ils ont causés ici ? », s’est-il lamenté.      

Pendant que des jeunes exprimaient leur ras-le-bol face à ce déguerpissement, des conflits domaniaux ont envenimé la situation. Des échauffourées entre manifestants et agents des forces de sécurité ont été enregistrées à Kipé, Cosa et Petit Simbaya dans la commune de Ratoma.

Samuel Demba Duolamou pour soleilfmguinee.net

Écrit par: Razakou Moussa

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%