Soleil FM
Image default
Actualités Sociétés

Conakry : la saponification, une source de revenu pour beaucoup de jeunes guinéens au chômage

La fabrication du savon est devenue une activité lucrative pratiquée de nos jours par de nombreux Guinéens. A Conakry par exemple, ce sont les femmes qui excellent beaucoup plus dans ce métier. Raison de plus pour  bon nombre d’entreprises d’offrir des possibilités de formation afin de favoriser l’employabilité à des personnes ayant été à l’école ou non.

Située au Carrefour SOS dans la commune de Ratoma, une entreprise de la place œuvre depuis 2 ans dans la formation en saponification dans l’optique dit-elle de lutter contre le chômage de la jeunesse dans la capitale. Ibrahima Sarif Bah en est le directeur général.

    « Quand vous prenez le métier de saponification, à moins que tu veuilles,   sinon tu ne peux pas chômer. C’est un métier qui évolue dans l’utilité publique. Tout le monde utilise le savon et la plupart des gens qui viennent ici arrivent à s’en sortir. Donc, c’est pour pouvoir pallier ce problème de chômage et d’immobilisme.  C’est-à-dire les gens qui ne bougent pas ».

Il nous parle également des différentes variétés de savons que l’entreprise fabrique.

 « Nous apprenons aux gens  comment faire beaucoup de recettes en matière de cosmétique.  C’est-à-dire en réalité, comment faire le savon de ménage, usage domestiques pour laver les habits ou bien les produits qui sont utilisés pour le nettoyage et l’entretien culinaire. Mais aussi les produits qui sont utilisés pour le lavage des voitures, carreaux et les produits pour le corps et toilettes».       

  « Si tu te croise les bras à ne rien faire et qu’il faut avoir un emploi dans ton domaine, tu vas longtemps durer à la maison. C’est ce qui explique aujourd’hui pas mal de chômage de beaucoup de personne .Voilà un emploi à ce sens »,  invite Ibrahima Sarif  Bah.

D’après notre constat, cette entreprise évolue dans bien d’autres activités génératrices de revenus mais visiblement, c’est la saponification qui intéresse le plus la gente féminine trouvée sur place.

Fatoumata Camara

Laisser un commentaire

  −  3  =  3