Actualités

Conakry: quand policiers et usagers se rejettent la responsabilité des embouteillages

today9 décembre 2022 5

Arrière-plan
share close

Circuler à Conakry est devenu très difficile. Surtout depuis que les travaux de l’échangeur de Bambéto et la réfection de certaines voiries ont commencé. Des embouteillages montres sont formés çà et là. A cela, s’ajoute, la mauvaise conduite de certains usagers. La rédaction de Soleil FM a touché du doigt cette réalité que vivent les habitants de la capitale.

Au rond-point de Lambanyi, dans la commune de Ratoma, des conducteurs d’engins roulants s’impatientent dans des bousons interminables. Ibrahima Sorry Sylla, taxi maître  narre son calvaire.

« Premièrement, il y a de problèmes de banditisme. Ensuite, les gens conduisent mal et parfois n’ont pas assez de maitrise. Même si tu es prudent, ils peuvent venir te cogner », avance cet usager.

Les conducteurs de tricycle sont à la base de cet état de fait, soutient l’adjudant-chef Morlay Bangoura de la police routière, posté dans un carrefour à Lambayi.

« Nous souffrons sur la route. Je suis au niveau du Centre commercial. Les chauffeurs ne nous respectent pas. Les tricycles ne respectent pas la ligne. Ils viennent toujours en dehors des rangs. Cela empêche ceux qui descendent. Tout cela nous met dans des difficultés. La route parle. Il y a des panneaux de signalisation. Mais eux, ne considèrent pas cela. S’ils apprenaient le code de la route, ça serait très important. », a laissé entendre l’agent de police.

Malgré les efforts consentis sur  la réglementation de la circulation routière, beaucoup restent à faire.

Mamadou Dian Diallo pour Soleilfmguinee.net

Écrit par: Razakou Moussa

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%