Soleil FM
Image default
Actualités Sociétés

Covid-19 en Guinée: le responsable des données et statistiques de l’ANSS fait l’état des lieux

Très discrète sur l’évolution de la pandémie à covid-19, l’Agence Nationale de Sécurité sanitaire sort de son mutisme. Au cours d’un entretien exclusif que Dr Sory Condé, le responsable des données et statistiques de l’ANSS a accordé ce mercredi à Soleil FM, il a déclaré qu’ : « Il n’y a pas d’autres raisons surtout la pandémie n’est pas encore terminée. Dans les centres de traitement, il y’a présentement vingt-cinq malades hospitalisés qui sont en train d’être pris en charge dont cinq sont dans les services des soins intensifs. Les autres sont suivis à domicile par nos équipes mobiles ».

En plus de ces statistiques, des cas de mort sont enregistrés dans les Centres de Traitement épidémiologique. Le responsable des données et statistiques de l’ANSS fait des révélations.  « Lorsqu’on regarde les quatre dernières semaines, on a enregistré six décès survenus dans nos centres de traitement.  Malheureusement, trois des personnes sont âgées de moins de 50 ans et les trois autres avaient plus de 50 ans. (…) D’abord aucun n’était vacciné contre la Covid-19. Tous présentaient des maladies chroniques dont l’hypertension artérielle, le diabète, le VIH SIDA, la tuberculose. Et puisque le décès est survenu dans un centre de traitement on fait la comptabilité comme ça».

Si la levée des restrictions sanitaires notamment le port du masque, la distanciation sociale et le couvre sont délaissés par la population, Docteur Sory Condé réitère que la vaccination, elle, est toujours en vigueur en Guinée.

« D’ailleurs tous les voyageurs qui arrivent en Guinée doivent remplir des conditions. Soit être complément vaccinés à l’un des vaccins reconnus en Guinée soit être testés négatifs 72H avant le départ. Présentement, il y’a la compagne de vaccination qu’on appelle le plan d’intensification. Ça se passe à Conakry et à N’zérékoré. Au moins une vingtaine d’équipes sont engagées à Conakry ici. Nous avons fait la micro planification pour les régions », fait-il savoir.

Grâce à la baisse du nombre de cas de coronavirus ces derniers temps, la plupart des centres de traitement épidémiologiques sont  aujourd’hui utilisés pour d’autres fins.

Samuel Demba Duolamou

Laisser un commentaire

8  +  2  =