Actualités

Environnement : le gaspillage de nourritures  est   responsable du rejet de 3,3 gigatonnes de gaz à effet de serre par an

today7 février 2023 24

Arrière-plan
share close

Le gaspillage alimentaire a des impacts très considérables sur l’environnement. Cela se traduit par un gâchis de ressources naturelles (eau, surface agricole) mais aussi des pollutions liées à la production des aliments (utilisation de pesticides, engrais chimiques). Le gaspillage des nourritures  est aussi  responsable du rejet de 3,3 gigatonnes de gaz à effet de serre par an.

La nourriture non consommée représente 8% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. D’après  l’Organisation des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), cela équivaut  à environ sept fois le volume de CO2 émis par la France. Algassime Diallo, président de l’ONG « La Guinée verte » rappelle  que ce gaspillage est involontaire avant de parler   de son impact sur l’environnement.

 « Le gaspillage de la nourriture est involontaire d’abord. Par exemple les ananas, les oranges et surtout les bananes, on les prend à de longues distances, à l’arrivée, ce n’est plus utilisable. On est obligé de les déverser dans des espaces exposés. Et cela à un impact sur l’environnement par ce que ça devient des ordures et ça dégage des odeurs nauséabondes » a-t-il expliqué.

 A la maison, encore beaucoup  de nourritures sont jetées  à la fin des  repas. Mandjou Kourouma, citoyen  demande à ceux qui le font de penser aux autres personnes. « y a les gens qui n’ont pas à manger, si vous savez vous aller pourquoi ne pas donner à ceux qui en on besoin y a ça et y a la protection de la nourriture » propose  ce citoyen.

Souvent, ce gaspillage alimentaire s’explique par des quantités achetées trop importantes et des conditions de conservation. Algassime Diallo défenseur de la nature fait des propositions. « Il faut qu’il ait existence permanente de l’électricité. Avec l’existence de l’électricité on peut conserver les nourritures dans les frigos pour ne pas que ça pourrit. Par exemple dans la culture des bananes, il faut qu’il ait des mesures de conservation », recommande cet activiste de la nature.

Selon un rapport de  l’Organisation des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation (FAO), « les pertes alimentaires sont estimées à 1,3 milliard de tonnes de nourriture chaque année et cela contribuent à  la réduction involontaire de nourriture disponible pour la consommation humaine. «Les conséquences économiques directes pour les producteurs exceptés le poisson et les fruits de mer s’élèvent à 750 milliards de dollars par an ». 

Amara Simba Sylla

Écrit par: Razakou Moussa

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%