Actualités

Justice (affaire Akouna matata) : Dame Laurence à la barre

today21 février 2023 9

Arrière-plan
share close

L’affaire  présumé viol sur  5 filles dans l’orphelinat   Akouna Matata s’est poursuivi ce mardi 21 février au tribunal de Première instance de Mafanco. À la barre, Dame Laurence Rouyer, fondatrice dudit  orphelinat qui a comparu pour la première fois   se dit convaincue que son ancien mari,  Nero Lancinet Camara qui est accusé de viol et attouchement est  effectivement passé à l’acte.

C’est une affaire qui oppose la fondatrice de l’orphelinat Akouna matata à son ex-mari, qu’elle  accuse d’avoir violé  des filles de son orphelinat. Après la comparution de celui-ci lors des précédentes audiences,  Laurence Rouyer a comparu pour une première fois ce mardi.  Selon son avocat, l’interrogatoire était basé sur son centre d’accueil et non sur les faits qui lui sont reprochés. 

 « Le seul bémol à l’audience d’aujourd’hui, c’est le fait que les questions posées non seulement par le ministère public mais aussi par madame la présidente, c’est le fait que les questions soient essentiellement axées sur la régularité des documents administratifs de l’orphelinat Akouna matata. Alors ce procès porte essentiellement sur des faits de viols et d’attouchement sexuel», a laissé entendre Maitre Modibo Camara.

Contrairement à l’avocat de la partie civile, la défense estime que Dame Laurence Rouyer est entrain de faire des machinations. Selon  maitre Sidiki Bérété, elle a confirmé les faits.

« Le jugement de divorce se repose uniquement sur l’attouchement. C’est un montage de madame. Cinq certificats pour des cas de viol le même jour même contenu. Ça c’est de simple pouvoir chimérique de cette dame âgée de plus de 24 ans d’un jeune homme qu’elle a hypnotisé. Elle est grave, elle n’est pas fréquentable. Aujourd’hui rien que l’élément de doute Nero doit être acquitté purement et simplement. Parce qu’elle a reconnu qu’elle a fait des montages. Elle a fait des machinations. Elle est passée par une chimère. C’est n’est pas normal», dénonce l’avocat.

A la demande de la partie civile, l’audience a été renvoyée au 07 mars 2023 pour la comparution des filles qui seraient victimes de viol et d’attouchement sexuel.

Mamadou Dian Diallo pour soleilfmguinee.net

Écrit par: Razakou Moussa

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%