Soleil FM
Image default
Actualités

Le pape François en RDC : que de défis !

38 ans après Jean-Paul II, François est très attendu par les Congolais. Si la RDC est un poids lourd du monde catholique, le pays est en tension.

Pour la troisième fois de son pontificat, le pape François se rend en Afrique du 31 janvier au 5 février 2023. Il a choisi la République démocratique du Congo et le Soudan du Sud, deux pays ravagés par des années de conflits armés. D’abord à Kinshasa, le pape mettra ses pas dans ceux de Jean-Paul II, qui s’était rendu dans le pays, alors appelé Zaïre, en 1980 et 1985. Il y sera notamment accueilli par un de ses proches, le cardinal Fridolin Ambongo, l’archevêque de Kinshasa qu’il a nommé au Conseil des cardinaux chargé de l’aider dans sa réforme de la Curie au Vatican. Trente-huit ans après et au regard du fort engagement historique de l’Église catholique dans la politique les attentes sont immenses. D’autant plus que le pays qui s’apprête à voter pour la présidentielle dans moins d’un an connaît une crise sécuritaire sans précédent dans l’Est depuis une nouvelle offensive du M23. Les conflits s’enveniment également dans le Nord, le Sud-Kivu et l’Ituri. Sur le plan politique, pas un jour ne passe sans qu’une nouvelle affaire de corruption n’éclate et surtout les autorités sont entrées dans un bras de fer avec le voisin rwandais.

Au-delà de ce contexte explosif, il faut savoir qu’avec près de 45 millions de fidèles, la RDC est le pays africain qui compte le plus grand nombre de catholiques. C’est aussi un pays qui a une histoire singulière avec l’Église, où elle a accompagné la consolidation de la conscience démocratique.

Pourquoi le pape François a-t-il tenu à s’y rendre ?

Initialement prévue en juillet 2022, cette visite avait été reportée en raison des douleurs au genou du pape de 86 ans, qui se déplace en chaise roulante. Mais plusieurs sources avaient invoqué des risques de sécurité à Goma, dans l’est de la RDC, une étape finalement supprimée.

Au total, Jorge Bergoglio prononcera douze discours et rencontrera, outre les autorités, des victimes de violences, des personnes déplacées, des membres du clergé et des représentants d’œuvres caritatives. Une messe sera donnée le 1er février, au cœur de Kinshasa, dans l’aérodrome dédié aux appareils légers depuis un accident survenu en 1996, et situé au sein de l’aéroport militaire de Ndolo.

Parmi les thématiques attendues figurent le défi du réchauffement climatique et de la déforestation, l’éducation, les problématiques sociales et sanitaires et le soutien à la communauté chrétienne, a précisé le porte-parole du Saint-Siège, Matteo Bruni, assurant qu’« aucune menace spécifique » ne pesait sur la sécurité du pape.

Mais c’est bien l’appel à la paix qui constituera l’enjeu majeur dans ces deux pays ravagés par les conflits : les violences armées depuis un quart de siècle au Nord-Kivu, en RDC, et une guerre civile sanglante au Soudan du Sud, qui ont poussé des millions de personnes sur les routes.

Laisser un commentaire

8  +  2  =