Actualités

Macron menace de retirer les soldats français si le Mali « va dans le sens » de l’islamisme radical

today30 mai 2021 2

Arrière-plan
share close

Alors que les dirigeants de la Cédéao se réunissent dimanche pour débattre de la réponse à apporter au deuxième coup d’État perpétré au Mali en moins d’un an, Emmanuel Macron a assuré, dans un entretien au Journal du dimanche, qu’il envisageait un retrait de Barkhane si le Mali allait « dans le sens » des jihadistes.

Emmanuel Macron fait monter la pression sur le nouveau pouvoir à Bamako. Dans un entretien au Journal du dimanche (JDD) publié le 30 mai, le président de la République affirme que la France retirera ses troupes si le Mali allait « dans le sens » d’un islamisme radical, après un deuxième coup d’État dans le pays en neuf mois.

La France, avec environ 5 100 hommes au sein de Barkhane, soutient le Mali qui fait face depuis 2012 à une poussée jihadiste partie du Nord et ayant plongé le pays dans une crise sécuritaire avant de s’étendre au centre du pays. Mais Paris, comme l’UE, a dénoncé mardi un « coup d’État inacceptable » après l’arrestation du président Bah Ndaw et du Premier ministre Moctar Ouane, décidée par l’homme fort du pays, le colonel Assimi Goïta.

« Au président malien Bah Ndaw, qui était très rigoureux sur l’étanchéité entre le pouvoir et les jihadistes, j’avais dit : ‘L’islamisme radical au Mali avec nos soldats sur place ? Jamais de la vie !’ Il y a aujourd’hui cette tentation au Mali. Mais si cela va dans ce sens, je me retirerais », a mis en garde le président français, dans un entretien accordé à l’occasion d’un voyage au Rwanda et en Afrique du Sud.

Le chef de l’État affirme également avoir « passé le message » aux dirigeants d’Afrique de l’Ouest qu’il « ne resterait pas aux côtés d’un pays où il n’y a plus de légitimité démocratique ni de transition ». Il rappelle avoir dit depuis trois ans « au sein de plusieurs Conseils de défense que nous devions penser à la sortie ».

Les dirigeants ouest-africains se réunissent dimanche à Accra au Ghana pour trancher la question épineuse de leur réponse au double putsch des militaires maliens en neuf mois.

Avec AFP

Écrit par: soleilfm

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%