Actualités

Marché de Matoto: des occupants accusent des agents de police de favoriser d’autres moyennant de l’argent

today14 décembre 2022 1

Arrière-plan
share close

Des occupants d’une partie du marché de Matoto sont à couteau tiré avec des agents de forces de sécurité. Les marchands accusent la police de favoritisme. Ils reprochent aux agents de laisser s’installer ceux qui graissent leurs pattes.

Tout est parti de la visite du ministre de la Santé et de l’Hygiène publique récemment au Centre de Santé à l’abandon de Matoto et qui est devenu un nid de personnes de tout genre. Pour certains, la police a profité de cette occasion pour les empêcher d’occuper leurs anciennes places.

« Comme ils ne travaillent pas à l’extérieur, on a demandé à la police de nous laisser vendre ici jusqu’à ce qu’ils commencent la rénovation du bâtiment. Mais, ils n’ont pas accepté. Nous sommes là, on ne peut rien faire. Cela fait maintenant une semaine, les policiers n’acceptent pas qu’on occupe cet espace. Pourtant, le ministre a bien précisé de ne pas occuper  l’intérieur de l’hôpital»,  témoigne Mamadou Mouctar Bah, marchand.

Quant à cet autre, il crie à l’injustice et affirme que la police profite de la situation pour soutirer de l’argent aux occupants.

«C’est à cause d’argent. Par ce que certains ont payé et  d’autres ne l’ont pas fait. C’est de l’injustice. On ne peut pas déguerpir les uns et laisser  d’autres. On se demande, si nous ne sommes pas tous des Guinéens. C’est la cause de notre frustration », indiqueIbrahima Diallo. 

Aminatou Diallo vend du lait de vache à la devanture de l’ancien centre de santé de Matoto. Elle plaide la cause des occupants.

« On nous a chassés de notre place. Nous avons des enfants à la maison, la scolarité et le logement. Il y a une semaine que nous ne tenons plus notre commerce. On a fait partir les bandits, mais la police est derrière nous».

Arry Camara pour soleilfmguinee.net

Écrit par: Razakou Moussa

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%