Actualités

Pénurie du poisson sur le marché guinéen: la ministre de la pêche tente de convaincre le CNT

today30 mars 2023 1

Arrière-plan
share close

La Ministre de la Pêche, de l’Aquaculture et de l’Economie maritime était ce mercredi 29 mars 2023 devant le Conseil National de la Transition. Pendant deux heures d’horloge à l’hémicycle, Charlotte Daffé a tenté de convaincre l’institution parlementaire sur la pénurie de poissons sur le marché guinéen. Elle s’est aussi exprimée sur bien d’autres sujets brûlants de son département.

C’est un nouvel exercice qui commence pour les ministres du gouvernement Goumou. La première personne à ouvrir le bal est la Ministre de la Pêche, de l’Aquaculture et de l’Economie maritime.  Devant le CNT, Charlotte Daffé fait l’état des lieux depuis sa prise de fonction : « Ce que nous avons constaté, c’était une insuffisance de cadres à l’intérieur du pays, une insuffisance d’infrastructures, une insuffisance d’une usine de conservation. Des ports et débarcadères mal aménagés. Sur 235 débarcadères recensés, il n’y en a que  12 qui fonctionnent. Il y avait également un système de défaillance au sein des débarcadères », a-t-elle dénoncé.

Parmi ces défis, s’ajoute la problématique du manque de poissons sur le marché. Charlotte Daffé consciente de cet état de fait, donne les raisons : « Aujourd’hui, l’augmentation de la démographie fait que les espèces se font de plus en rare. Les espèces se font rares, le réchauffement climatique fait que nos poissons sont en train de  migrer vers les zones peu froides, il y a aussi l’éloignement des zones de pêche. Mais ce qu’il faut savoir c’est que les pêcheurs artisanaux n’ont pas d’accompagnement. Donc c’est une activité qui est menée essentiellement par le privé », s’est défendue la Ministre.   

Selon la Ministre, son département est en train de mettre en place des mécanismes fiables et viables pour pouvoir satisfaire le besoin de la population : « Par exemple, sur 74 navires qui ont pêché en 2022, 10 n’appartiennent pas à la Guinée. Sinon, les navires guinéens déversent 100% de leur capture sur le territoire contre 60% des navires étrangers sur le marché local. Ce qui n’était pas le cas avant », a-t-elle martelé.

Le marché local est approvisionné par la pêche artisanale et industrielle alors que la Guinée ne dispose pas de navires contrairement aux pays de la sous-région, a fait remarquer Charlotte Daffé.

Samuel Demba Duolamou

Écrit par: Razakou Moussa

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

22  −  13  =  


0%