Actualités

Alerte : 44 propriétaires de  bâtiments et 500 ménages sont exposés à des risques déboulement à Ratoma

today22 février 2023 4

Arrière-plan
share close

44 propriétaires de bâtiments et 500 ménages sont exposés à des risques d’éboulement notamment à Cobaya, Foulamadina, Yataya, Fossidè et Sonfonia dans la commune de Ratoma. C’est une annonce faite par le directeur national du Service National de gestion des catastrophes et des Urgences Environnementales, lors d’un entretien accordé à notre rédaction. Alhassane Barry demande l’implication des ministères de l’Administration du territoire, de l’Habitat et l’Aménagement du territoire afin d’éviter l’irréparable. 

D’après une enquête menée par le Service National de Gestion des catastrophes et des Urgences Environnementales, plusieurs  bâtiments et  ménages  dans les quartiers de Foulamadina, Yataya, Cobaya et Sonfonia   font face à un risque élevé de  catastrophes. « Quand je prends le comité de veille de Ratoma, ils (les membres)  ont travaillé sur une activité qu’on appelle identification des risques potentiels dans la commune de Ratoma. Ils sont allés trouver  dans les quartiers disons de  Lambanyi-Warréah,  Cobayah et Fossidè d’éboulement et des risques d’inondations. Après l’évaluation, on a compris qu’y a 500 ménages qui sont exposés à ces risques », prévientAlhassane Barry.

Compte tenu de ces risques, le directeur du Service National de gestion des catastrophes et des Urgences Environnementales a adréssé des lettres aux ministères concernés afin de prendre des mesures nécessaires.

 « Une note technique a été validée par le maire. On a interpellé le ministère de l’Administration du territoire et de Décentralisation en ce qui les concerne d’interpeller les maires, les chefs de quartiers  d’appeler ceux-là pour les informer aux risques auxquels ils sont exposés et surtout les sensibiliser » a-t-il confié.

Dans le cadre de la prévention et de gestion des risques et catastrophes, Alhassane Barry invite la population guinéenne à se mettre à l’abri de ces risques. «  J’ai un appel à cette population que je dis  dès fois qui n’est pas informée des risques auxquels elle fait face. Mais des fois, cette population elle-même fait exprès par ce que ceux viennent construire dans le bas-fond savent qu’ils sont à haut risque »  conseille   Alhassane Barry.

Des Comités de veille sont dépoyés dans certaines communes et préfectures environnantes dans le but de mener des enquêtes sur des risques et catastrophes dans ces localités », conclut-il.

Amara Simba pour soleilfmguinee.net 

RépondreTransférer

Écrit par: Razakou Moussa

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%